Essai du Range Rover V8 : la quintessence de l’évolution d’un SUV légendaire

Après plus d’un demi-siècle d’existence, le Range Rover continue son chemin avec l’arrivée de la cinquième génération. Précurseur du SUV, le baroudeur chic doit désormais composer avec une concurrence nombreuse. Pas de quoi pour autant perturber son flegme légendaire. Plus technologique, encore plus luxueux, s’installer à bord reste une aventure en soi, tant pour le conducteur que ses passagers, comme nous avons pu le mesurer durant les quelques jours passés en sa compagnie.

Essai Range Rover 2022

Si aujourd’hui les SUV et autres 4×4 ont envahi les routes au point de devenir la norme, le Range Rover conserve une aura à part, capable d’attirer les regards. D’aucuns évoqueront sa stature imposante – 2m20 de large, plus de 5m de long en châssis « court », 5m20 en LWB – mais c’est surtout sa ligne qui attire l’œil. À l’heure où la tendance est à la surenchère d’agressivité à base d’arêtes et d’angles acérés, Land Rover mise sur le contrepied. Une forme de minimalisme émane du Range Rover 5e génération, dont les aspérités ont tout simplement disparu.

La retenue est la chose la plus difficile à réaliser, vous pouvez concevoir une voiture et ajouter une ligne ici, une autre là, pour moi c’est juste du style.

Gerry McGovern, directeur de la création de Jaguar Land Rover – ADMagazine

Si la face avant reste assez commune à la marque, l’arrière marque sa singularité. Les feux, tout en verticalité, se limitent à leur plus simple expression et se fondent à la perfection, tout comme l’essuie-glace habillement dissimulé. Toit et vitres arrières semblent quant à eux ne faire qu’un, encore plus avec l’option « toit couleur contrastée noir » et le pack « shadow ».

Essai Range Rover 2022

Ce nouveau Range Rover donne ainsi le sentiment d’être taillé d’un seul bloc, à l’instar des Riva, ces bateaux de luxe, icônes des grands lacs italiens ou de certains ports du Sud de la France.

De profil, même constat, une forme de pureté se dégage avec pour base une ligne de caisse assez haute. De quoi garantir au Range sa singularité, sur laquelle son image s’est en grande partie bâtie. Sortir des sentiers battus et même être paré pour affronter des situations extrêmes dans le plus grand confort.

Essai Range Rover 2022

Cette cinquième génération ne déroge pas à la règle avec la capacité de traverser des gués de 90 cm de profondeur ou des pentes dont l’angle d’attaque peut frôler les 35° en position haute. Se débarrasser du superflu n’a donc pas pour seule motivation le design, c’est aussi l’expression d’un savoir-faire. Et si les capacités de franchissement ne seront sans doute que rarement utilisées sur un véhicule dont le tarif flirte avec les 180 000 euros pour notre configuration, cela permet au quotidien de profiter du meilleur CX du segment (0,3).

Pas de quoi cependant inverser la consommation (indécente avouons-le, 14l/100 au bas mot) du V8 biturbo du P530 essayé (le Range se décline aussi en des motorisations hybride rechargeable, P440E et P510E, plus raisonnables avant une version full électrique en 2024). Le prix à payer pour profiter d’une accélération digne d’une sportive (4,6s au 0 à 100 km/h). Mais au quotidien, c’est surtout le couple (750 Nm) et ce murmure si caractéristique – mais presque imperceptible tant l’insonorisation est efficace – d’une motorisation noble désormais appelée à disparaître qui reste à l’esprit.

Montre YEMA Navygraf Forces Sous-Marines

La discrétion, un point commun partagé avec la YEMA Navygraf Forces Sous-Marines présente à notre poignet durant cet essai. Une montre réalisée en collaboration avec la Marine nationale afin de célébrer les 50 ans de la FOST (Force Océanique STratégique) et ses sous-marins. Lunette en saphir inrayable, boîtier en acier de 39 mm capable de résister à 30 BAR (300 m), la Navygraf FSM semble parée pour affronter sereinement les imprévus.

Essai Range Rover 2022

Cette sensation de sérénité, on la ressent également à bord du Range Rover. Position (très) haute, moquette épaisse, vitres feuilletées mais aussi système actif d’annulation des bruits parasites placés dans les appuis-tête, sans oublier ces sièges dont le confort et le moelleux ne sont pas sans rappeler ceux d’un fauteuil club. Point de cuir ici cependant mais une matière plus éco-responsable, l’Ultrafabrics. Réalisée à partir de polyuréthanes, dont l’impact est moindre en termes de CO2.

Essai Range Rover 2022

Doux au toucher, plus chaleureux à l’accueil en association avec du Kvadrat, un tissu composé en majorité de laine vierge peignée. Pour encore plus d’exclusivité, il faudra se tourner vers le service « Special Vehicle Operations ». S’ouvre alors une vaste combinaison d’options possibles : céramique, marqueterie, cuir et autres accessoires.

Et pour une fois, les passagers arrière sont tout aussi choyés. Sièges inclinables, chauffants, ventilés, écrans individuels ou encore accoudoir central motorisé avec sa propre interface de contrôle sans oublier les portes avec fermeture « soft close ».

Un souci du détail qui se prolonge avec le système de climatisation accompagné d’un purificateur et l’installation audio Meridian Trifield 3D doté de pas moins de 34 haut-parleurs pour une expérience sonore immersive au niveau de chaque siège. Le tout intégré avec la plus grande discrétion. Un point commun avec la technologie (5G, assistant Amazon Alexa, …), omniprésente mais sans jamais donner l’impression d’être trop intrusive.

Saluons la lisibilité des écrans et le soin apporté aux polices choisies. Les multiples caméras permettent quant à elles de profiter d’une vision 360° parmi les plus précises du marché. Indispensable pour manœuvrer en ville mais aussi partir à l’aventure hors des chemins balisés.

Essai Range Rover 2022

De quoi mettre à l’épreuve les capacités du « Terrain Response 2 », fer de lance de Land Rover, qui travaille désormais avec la suspension adaptative, en mesure de procéder à des ajustements pas moins de 500 fois par seconde ! En plus du différentiel électronique, le nouveau Range Rover profite de série de roues arrières directrices. Un atout pour améliorer le dynamisme en courbe à haute vitesse même si les deux tonnes six ne sont pas franchement compatibles avec une conduite sportive (sans compter que le freinage mériterait alors plus de mordant).

Essai Range Rover 2022

Mais là n’est pas la vocation du Range Rover, paradoxalement bien plus à l’aise dans les chemins étroits du Barn, hôte d’un jour lors de notre essai. Là, les roues arrières directrices prennent sens, avec un rayon de braquage digne d’une berline compacte (11m). Le Range apparaît alors dans son élément. Ne manquaient plus que quelques échanges dans la langue de Shakespear pour se prendre pour un Lord.

Essai Range Rover 2022 - Le Barn Hotel

En réalité, nul besoin d’emprunter le Shuttle ni de prendre son passeport pour cela. Situé à proximité de Rambouillet, au cœur du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, le Barn offre calme et dépaysement à moins d’une heure de Paris. Espace bien-être (sauna, hammam, bains nordiques), équitation, randonnées à pied ou à vélo (en libre accès), le tout dans une ambiance cosy avec en prime une carte de saison avec des produits locaux (certains issus du propre potager du Barn) proposés au restaurant La Serre. Idéal pour profiter de la nature et se ressourcer le temps d’un week-end.

La route du retour sera l’occasion d’apprécier les phares Full LED dont la portée peut atteindre les 500m avec masquage automatique pour ne pas éblouir les autres usagers croisés, piétons, cyclistes ou même animaux. De la haute technologie, allégorie de l’automobile actuelle. Est-ce la sensation d’être à bord d’un tapis volant, les couleurs automnales ou l’heureuse mélancolie de Lou Reed et son « Walk on the wild side » ? Toujours est-il que nous vient alors l’image des vieux Range de notre enfance avec ses phares jaunes. Car oui, à l’instar de Porsche et sa 911, le Range Rover fait partie de l’histoire de l’automobile. Un mythe, qui comme la sportive de Stuttgart, a su évoluer sans perdre son âme. Véhiculer des émotions, c’est aussi ça l’automobile…

Essai Range Rover 2022
Essai Range Rover 2022

© Julien Thoraval – Photos non libre de droits.

Julien

Mettre en lumière les dernières nouveautés High-Tech et automobiles, tel est mon quotidien sur Masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *