Essai Jaguar F-Type V8 450 ch : le supplément d’âme que les voitures électriques n’auront jamais

A l’heure où les considérations écologiques priment sur la passion automobile, rares sont encore les constructeurs à proposer un modèle équipé d’une motorisation « noble ». Parmi la poignée d’irréductibles, Jaguar avec sa F-Type et son V8 de 5l de cylindrée. Un couple généreux (580 Nm) mais surtout une sonorité parmi les plusenvoûtantes du marché, il n’en fallait pas moins pour nous donner l’envie de s’installer à son bord, le temps d’un week-end. Prenez place, on vous emmène.

Essai Jaguar F-Type P450 AWD

Au cours des derniers mois, nous avons eu l’occasion d’essayer certaines des dernières nouveautés automobiles. Porsche Taycan, BMW i4 M50 ou encore Volvo C40 Twin Recharge. Des modèles 100% électrique et sans point commun de prime abord avec notre Jaguar si ce n’est offrir une puissance proche du coupé de Coventry. Oui mais voilà, aussi réussies et performances soient-elles, il leur manque ce petit supplément d’âme, ce petit plus capable de faire vibrer le passionné d’automobile qui sommeille.

Réveiller le félin, c’est le message que semble nous faire passer le bouton START qui clignote tels les battements d’un coeur après avoir saisi la poignée affleurante pour ouvrir la portière. Des détails, oui, mais comment ne pas être sous le charme. Un bref appui, et le V8 se fait entendre, encore plus à froid lors du premier démarrage. Une mélodie, désuète désormais mais à laquelle, certain(e)s ne peuvent rester insensible. D’aucuns regretteront que le râle du fauve soit désormais assagi par rapport aux précédentes générations. C’est un fait mais il n’en demeure pas moins expressif, surtout après avoir ouvert les clapets d’échappement grâce au bouton idoine situé sur la console centrale.

Jaguar F-Type P450 AWD

Car oui, la F-Type est la digne héritière d’une longue lignée de coupé et cabriolet de la marque britannique. En premier lieu, la Jaguar Type E, une des plus belles voitures du monde selon les dires même d’Enzo Ferrari. Excusez du peu. Un mythe aujourd’hui inaccessible pour le commun des mortels, si ce n’est, pourquoi pas, à travers un des cadres décoratifs proposés par The Automologist. Encadrement alu, une miniature personnalisable selon vos envies, tant en termes de modèle que de coloris, le tout collé sur une impression soignée. De quoi moderniser le traditionnel poster.

Jaguar F-Type vs Jaguar XR

Si la Type E est sans doute la plus connue, d’autres ont aussi marqué leur époque. Jaguar XJS, XK8 ou plus récemment la XR dont nous avons eu la chance de croiser la route dans les deux carrosseries au cours de notre essai. De quoi mesurer les évolutions de style entre ces deux modèles mais aussi les similitudes à l’image de l’aile arrière dont la courbure reste un des éléments fort du style de la F-Type. Une ligne à la fois sensuelle et puissante, caractéristiques du trait de crayon de Ian Callum, le directeur du design de Jaguar, aussi à l’origine de certaines Aston Martin du début des années 2000.

Jaguar F-Type P450 AWD

La face avant s’inscrit davantage dans la rupture. Du moins pour ce troisième restylage de la F-Type. Désormais équipée de LED, le long capot aboutit sur des phares plus fins. De quoi renforcer le regard de notre félin et lui donner davantage de caractère. Pour autant, si la F-Type ne passe pas inaperçue – surtout dans cette livrée Rouge Firenze – elle conserve une sorte de classe à l’anglaise.

Jaguar F-Type P450 AWD

Point d’artifices tape-à-l’œil si ce n’est une petite touche d’excentricité du côté de la ligne d’échappement avec ces doubles sorties orientées vers le haut. De quoi assurer les vocalises du fauve et le laisser respirer. Car oui, malgré un certain flegme, le V8 compressé de 450 ch présent sur la F-Type ne rechigne pas à accélérer le rythme (4,6s au 0 à 100 km/h). Une pression vers le bas pour enclencher le mode Dynamic et les rapports s’enchainent vers des vitesses inavouables avec en prime ce petit crépitement caractéristique au moment de passer le rapport supérieur à l’approche de la zone rouge.

Plus rigide grâce aux suspensions raffermies, le mode Dynamic est toutefois à réserver aux chaussées en bon état sauf à vouloir ressentir chaque aspérité de la route. La boîte ZF à huit rapports n’est pas la plus radicale du marché mais elle offre un agrément qui sied à merveille à la F-Type quel que soit le rythme adopté. Enquiller les virages du bocage normand à rythme soutenu ou cruiser à 130 au régulateur sur l’A13 en direction de Deauville, à vous de choisir. De quoi faire tomber la consommation en dessous de 10l/100 contre près de 15l/100 pour la première option.

Si le coupé Jaguar est une stricte deux places, le volume du coffre (338l) permet de partir en week-end sans (trop) se poser de questions quant aux bagages superflus. Votre moitié ne devrait par ailleurs pas trouver à redire sur le confort. Certes la position basse pourra déplaire mais en dehors de cette caractéristique inhérente aux coupés sportifs, les sièges offrent un bon maintien. Le design intérieur mise sur la sobriété. Le noir prédomine et se décline entre plastiques, alcantara, cuir et carbone. Le toit panoramique (1200€) se révèle indispensable pour apporter un peu de clareté et ainsi moins se sentir oppressé.

Jaguar F-Type P450 AWD

L’instrumentation numérique déjà aperçue sur d’autres modèles du groupe n’est pas aussi personnalisable que chez certains concurrents germaniques et l’écran central de 12,3 pouces mériterait sans doute une densité de pixels plus élevée pour coller aux standards d’un véhicule premium dont le tarif débute à 72 000€ (116 000€ pour la version P450 AWD essayée auquel s’ajoute un malus de 50000€ en 2023…). Mais est-ce si important ?

Non, l’essentiel est ailleurs. La Jaguar F-Type incarne à merveille l’automobile, celle des gentlemen driver. Le doux ronronnement du V8, la mélodie qui l’accompagne et ce plaisir coupable de se laisser aller à jouer avec les palettes pour profiter du couple (580 Nm) sans pour autant atteindre des vitesses prohibées.

Une puissance raisonnable, la facilité d’une transmission intégrale, un certain confort compatible avec un usage régulier. Il n’en faut pas plus pour saisir le premier prétexte venu pour se caler dans ses baquets, lancer son morceau favori (Beautiful Day – U2) sur l’excellent système audio signé Meridian et s’échapper quelques heures ou quelques jours…

Jaguar F-Type P450 AWD

C’est en tout cas l’envie qui nous (re)vient en repensant à cet essai automnal. A moins que notre dévolu se jette cette fois sur la version R, plus radicale avec ses 575ch uniquement sur les roues arrière…

Jaguar F-Type P450 AWD

© Julien Thoraval – Photos non libres de droits.

Julien

Mettre en lumière les dernières nouveautés High-Tech et automobiles, tel est mon quotidien sur Masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *