Road trip en Ecosse : une aventure électrique au volant de la Cupra Born

Masculin.com a eu la chance d’être invité par Cupra afin de découvrir la Born, le dernier modèle de la marque, pour un roadtrip dans un cadre idyllique : l’Écosse.

L'optimisation des performances de votre voiture de sport commence par le choix des bonnes pièces de rechange. Que vous soyez un amateur passionné ou un pilote professionnel, la qualité et le choix d...Lire la suite

De Glasgow à Edimbourg, en traversant la région des Loch, ce voyage a été une véritable immersion dans la beauté naturelle de l’Écosse, ponctuée de quelques arrêts culturels bien mérités. Est-ce que la compacte électrique du constructeur espagnol s’est avérée une bonne compagne de voyage ? Voyons ça ensemble tout de suite !

Ecosse

Découverte de la Cupra Born : la promesse d’un roadtrip électrisant

Avant de prendre la route, laissez-moi vous présenter notre compagnon de voyage : la Cupra Born VZ XL. Compacte électrique de 4,32m du néo-constructeur espagnol, la Born est un véhicule qui se distingue par son style très différent de sa cousine chez VW. D’emblée, associer roadtrip et voiture électrique peut sembler osé, mais c’est le pari fait par les équipes de Cupra pour mettre à l’épreuve la Born.

Cette voiture est propulsée par un moteur électrique de 230 chevaux sur l’essieu arrière et dispose d’une grosse batterie d’une capacité de 77 kWh, promettant une autonomie confortable de 550 kilomètres en cycle mixte WLTP. Cupra met en avant la sportivité et la dynamique de conduite de la Born, avec une accélération de 0 à 100 km/h en seulement 7 secondes, la V.Max étant bridée électroniquement à 160 km/h.

Une fois à bord, la Cupra Born offre un intérieur moderne et dans la lignée de son design extérieur. Son tableau de bord numérique, son écran central tactile XXL et ses sièges confortables aux finitions soignées promettent un voyage en tout confort, mon modèle disposait en sus de l’affichage tête haute, pour ne pas quitter la route des yeux. Enfin, avec un coffre de 385 litres, elle assure une capacité de chargement appréciable pour notre roadtrip.

Vous l’aurez compris, l’objectif de ce voyage en Écosse n’est pas seulement de découvrir les magnifiques paysages de ce pays, mais aussi de mettre à l’épreuve la Cupra Born. En effet, entre les villes animées, les routes sinueuses des lochs et les longues étendues de la campagne écossaise, ce roadtrip sera le terrain de jeu idéal pour tester la polyvalence et les performances de cette compacte électrique.

De Glasgow à la campagne écossaise : une transition fascinante

La première étape de notre roadtrip était Glasgow, une métropole écossaise vibrante, connue pour son dynamisme et son riche patrimoine culturel. Les bâtiments de Glasgow sont un mélange fascinant de l’ancien et du nouveau, où l’architecture victorienne coexiste harmonieusement avec des structures contemporaines audacieuses, offrant une esthétique urbaine unique et attrayante.

En ville, la Born est dans son élément et offre une expérience de conduite souple, tout en douceur, dans le plus grand des silences. Son couple immédiat de 310 Nm permet de se glisser aisément dans le flot de circulation.

Mais Glasgow est plus qu’une simple escale urbaine ; c’est la porte d’entrée de notre roadtrip à travers certaines des plus belles régions de l’Écosse. En quittant la ville, nous avons emprunté la route du nord, plongeant directement dans l’Écosse rurale. Le paysage a rapidement changé, les gratte-ciels et les rues animées de Glasgow cédant la place à des collines verdoyantes et des lacs scintillants, offrant une expérience de conduite véritablement immersive.

Où manger à Glasgow ?

Glasgow est une ville réputée pour sa scène culinaire dynamique, et pendant notre séjour, nous avons eu l’occasion de découvrir plusieurs restaurants et pubs qui se sont distingués par leur qualité.

Premièrement, le Corinthian Club. Situé dans un bâtiment victorien impressionnant, ce lieu offre un cadre élégant et luxueux pour un repas. Les plats sont savoureux et bien présentés, bien que le service puisse parfois être un peu aléatoire.

Ensuite, les Two Fat Ladies at The Buttery. Ce restaurant propose un menu éclectique, axé sur les produits de la mer, mais pas seulement. L’accueil chaleureux et le service impeccable ont rendu notre repas d’autant plus agréable.

Enfin, le Drum & Monkey. Ce pub traditionnel écossais propose une large sélection de bières Gin’s et Whiskies, ainsi qu’un solide menu de plats classiques. L’ambiance conviviale et le service amical ont fait de notre visite une expérience authentiquement écossaise.

Où dormir à Glasgow ?

Pour notre séjour à Glasgow, nous avons séjourné au Motel One Glasgow. Cet hôtel trois étoiles est idéalement situé au cœur de la ville, à proximité de la gare, offrant un accès facile aux principales attractions.

Les chambres sont modernes, propres et bien équipées, garantissant un séjour confortable et surtout, en silence. Le rapport qualité-prix est excellent, faisant du Motel One Glasgow une option idéale pour les voyageurs qui souhaitent explorer la ville sans sacrifier le confort.

Sur la route des Loch : Montagnes et prairies entremêlées

Prenons la route vers le Loch Lomond, un vaste lac s’étirant entre les montagnes. Sa beauté naturelle et ses eaux calmes en font un lieu de visite incontournable pour les amateurs de nature et de tranquillité. Après une petite heure de route depuis Glasgow, le paysage change du tout au tout, et la Born évolue sereinement au milieu des montagnes écossaises.

Un arrêt à la distillerie Glenturret

Pour débuter ce roadtrip en beauté, nous avons fait un premier arrêt à la distillerie Glenturret, le berceau du célèbre whisky éponyme. Nichée au cœur des paysages époustouflants de l’Écosse, cette distillerie est la plus ancienne en activité du pays, avec une histoire remontant à 1763.

En franchissant les portes de la distillerie, nous avons été immédiatement plongés dans l’atmosphère unique de ce lieu chargé d’histoire. La visite guidée nous a mené à travers les différentes étapes de la production du whisky, depuis la mouture de l’orge jusqu’à la distillation dans les alambics traditionnels.

L’odeur envoûtante du malt, les fûts de chêne alignés dans la cave de vieillissement, le ronronnement des alambics… Tous ces éléments ont contribué à créer une expérience immersive, offrant une véritable plongée dans le processus de fabrication du whisky.

Et bien sûr, la visite ne serait pas complète sans une dégustation… Qui s’est déroulée tranquillement le soir à l’hôtel, fort d’une petite fiole offert après la visite, car nous sommes là avant tout pour un roadtrip, en toute sécurité ! On a aussi profité de la visite pour recharger nos Born, la distillerie disposant de 3 points de recharge en 22 kWh pour les visiteurs.

Riche de cette expérience sensorielle et culturelle, nous avons repris la route, direction le nord, vers la région des Lochs, pour poursuivre notre aventure écossaise.

Pour le déjeuner, nous avons fait escale au Clachaig Inn, un pub traditionnel écossais réputé pour sa cuisine locale, niché en pleine montage, et prisé des randonneurs pour une étape gourmande avant de repartir sur les sentiers.

Voir le Viaduc de Glenfinnan

Notre arrêt suivant a été au Viaduc de Glenfinnan, un impressionnant ouvrage d’art qui est devenu un emblème de l’Écosse. Pour les fans d’Harry Potter, c’est un must : c’est là que passe le Poudlard Express, ou plutôt le Jacobite Train dans la réalité. Il est maintenant temps de prendre la route vers le mythique Loch Ness pour terminer la journée.

La route vers le Loch Ness est une expérience en soi. Au fur et à mesure que nous avancions, le paysage se transformait à nouveau, chaque virage révélant une nouvelle merveille. Les vastes étendues de landes et de collines verdoyantes étaient ponctuées de petits villages pittoresques et de ruines de châteaux, ajoutant une note de mystère et d’histoire à la beauté naturelle environnante.

Finir la journée au Loch Ness

Le Loch Ness lui-même est une icône mondiale, sa renommée dépassant largement les frontières de l’Écosse. Même si le fameux monstre qui y vivrait n’a jamais montré le bout de son nez lors de notre visite, la beauté tranquille et mystérieuse du lac a largement compensé son absence.

Le dîner s’est déroulé au The Lock Inn Pub, un autre lieu typiquement écossais avec le meilleur Fish & Chips de mon séjour.

L’hôtel Lovat, une tranche d’histoire des Highlands

L’hôtel Lovat, niché au cœur des magnifiques paysages des Highlands, est un véritable témoin de l’histoire écossaise. Le Lovat a vu le jour en 1869, en tant qu’auberge de station appelée simplement « The Inn ». Avec l’arrivée du chemin de fer en 1903, l’établissement a pris de l’ampleur pour devenir « The Lovat Arms & Station Hotel ». Malgré la fermeture de la ligne ferroviaire aux passagers en 1911, l’hôtel a continué à prospérer, se renommant « The Lovat Arms Hotel ».

L’hôtel est resté une affaire de famille. En 2011, Sean Kelly a rejoint l’équipe en tant que chef cuisinier. Après une romance hôtelière, Caroline et lui se sont mariés en 2015 et sont devenus les fiers propriétaires de l’hôtel.

Séjourner au Lovat, c’est donc plonger au cœur de l’histoire des Highlands, tout en profitant d’un confort moderne et d’une hospitalité chaleureuse, ainsi que d’une cuisine de très haut vol, petit déjeuner inclus !

Cerise sur le gâteau, et détail fort important pour notre périple, l’hôtel dispose de plusieurs bornes de recharge (2 CSS de 50 kWh et 2 Type 2 de 22 kWh), l’occasion de faire un premier point conso depuis notre départ de Glasgow : 14,7 kWh/100 km pour 262 km parcourus, et pile 50% de batterie restante, soit des chiffres très proches de la théorie, en conduisant tout à fait normalement ; ce roadtrip commence bien !

Sur la route d’Aberdeen : une immersion dans le patrimoine écossais

Le deuxième jour de notre périple nous a guidés vers Elgin, une petite cité empreinte d’histoire et de culture. Connue pour ses majestueuses ruines et ses édifices historiques, cette ville offre une parfaite introduction à l’héritage écossais.

La route qui longe le Loch Ness offre une vue spectaculaire sur le lac et les collines environnantes, et des arrêts réguliers sont nécessaires pour prendre des photos et simplement admirer le paysage. Cette partie du voyage a été un véritable moment fort de notre roadtrip, illustrant parfaitement la beauté sauvage et indomptée de l’Écosse.

Sur la route, la Born continue de distiller son confort et son silence, et quand il n’y a pas grand chose à redire, c’est que c’est bon signe. Oui, on aurait aimé un toit ouvrant ou vitré pour apprécier, ô miracle, le soleil écossais qui s’est invité durant une partie de notre séjour. C’est le moment de profiter de toutes les aides à la conduite dont l’excellent travel assist, la conduite autonome de niveau 2, combinant un régulateur adaptatif à un suivi actif de trajectoire. C’est doux, ça fonctionne bien, et ça a le bon goût de ne pas être trop vocal, parfait.

Nous avons sillonné les rues d’Elgin, s’attardant ici et là pour admirer l’architecture pittoresque et la vie locale. À l’heure du déjeuner, nous avons fait une pause au Badenoch’s. Ce café-bar cosy avec sa carte variée a su nous redonner des forces pour la suite du parcours.

Visite de Johnstons of Elgin, les rois du cachemire

Après ce moment convivial, nous avons visité la fabrique de cachemire Johnstons of Elgin. Cette institution de renom, véritable emblème de l’artisanat écossais, nous a ouvert ses portes pour une visite passionnante. À travers une immersion dans les ateliers, nous avons pu apprécier l’art délicat de la confection du cachemire, témoin du savoir-faire exceptionnel de ces artisans.

Et si le nom de la maison ne vous dit rien, sachez que c’est eux qui produisent écharpes et autres pulls en cachemire pour la très grande majorité des grandes maisons de couture.

La visite de la distillerie Glenlivet

En début d’après-midi, nous avons pris la route pour la distillerie Glenlivet. Nichée au cœur de la vallée de la Spey, cette distillerie est une icône du whisky écossais. Une visite guidée sur réservation vous permet découvrir le processus de distillation et bien sûr, de déguster quelques-uns des meilleurs whiskys de la maison… mais on a fait l’impasse, conduite oblige !

À notre arrivée à la distillerie Glenlivet, l’atmosphère de tradition et d’excellence était palpable. L’histoire de cette distillerie remonte à 1824, lorsque son fondateur, George Smith, a eu le courage de défier les distillateurs clandestins et d’obtenir la première licence de distillation légale. Depuis lors, la distillerie n’a cessé de perpétuer son héritage, tout en innovant pour créer des whiskies d’exception.

La journée s’est achevée à Aberdeen, où nous avons savouré un dîner succulent au Vovem Steakhouse, réputé pour la qualité de ses viandes, dont son Waigyu écossais.

Sandman Signature Aberdeen Hotel & Spa : un havre de paix en plein cœur d’Aberdeen

Puis, nous avons passé la nuit au Sandman Signature Aberdeen Hotel & Spa, un établissement élégant et confortable situé en plein cœur de la ville d’Aberdeen. Ce charmant hôtel se trouve dans l’un des bâtiments les plus historiques de la ville, l’ancien campus de St Andrews Street de l’Université Robert Gordon, qui contribue à la riche architecture de la cité de granite.

C’est l’heure d’un autre point conso, depuis le Loch Ness, nous avons consommé 14,3 kWh/100 km pour 271 km parcourus, et à nouveau pile 50% de batterie restante une fois à l’hôtel. L’occasion aussi de louer le confort de la Born sur les longs trajets. Certes, son poids se fait sentir sur les petites aspérités de la route, mais le confort sur la durée est indéniable.

Le départ : de Aberdeen à Edimbourg, en passant par Saint Andrew

Notre dernier jour a débuté à Aberdeen, où nous avons dit au revoir à la charmante cité de granite. Nous avons pris la route vers le sud, longeant la pittoresque côte écossaise en direction de Saint Andrew. La beauté de cette route est à couper le souffle, avec des falaises abruptes, des plages de sable fin et des petits villages côtiers qui jalonnent le trajet.

Nous avons fait une pause à Saint Andrew, une ville côtière renommée pour son université, ses ruines médiévales et, bien sûr, pour être le berceau du golf. Nous avons déjeuné au restaurant Haar. Situé en plein cœur de la ville, Haar est reconnu pour sa cuisine innovante autour de la mer, qui met à l’honneur les produits locaux. Son menu dégustation en 5 plats est à essayer absolument !

Après le déjeuner, nous avons repris la route pour notre dernier arrêt : l’aéroport d’Edimbourg. Le voyage retour a été l’occasion de réfléchir aux incroyables paysages et expériences de ces derniers jours. L’Écosse nous a accueilli avec son histoire riche, ses paysages à couper le souffle et sa chaleureuse hospitalité. Un voyage inoubliable que nous sommes heureux de vous raconter.

Ecosse

L’Expérience Extrême E

Peu après notre arrivée à Glasgow, Cupra nous a invité à assister à une course très spéciale, l’Extrême E.

Extrême E est une série de courses hors route radicales se déroulant dans les coins les plus reculés de la planète, affectés par le changement climatique. Il s’agit d’une compétition de sport automobile dont l’objectif est de mettre en lumière les problèmes mondiaux liés à l’environnement et de promouvoir la durabilité. Dix équipes, chacune composée d’un pilote homme et d’une pilote femme, participent à cette compétition, organisée en dix courses à travers cinq lieux incroyables. Chacun de ces lieux a donc été choisi pour mettre en évidence les effets du changement climatique et pour montrer comment Extrême E travaille avec les acteurs du changement pour faire partie de la solution.

Cupra s’est engagé dans la série Extrême E comme une manière de promouvoir les véhicules électriques et de démontrer leur potentiel dans des conditions extrêmes. L’équipe ABT Cupra XE, pilotée par Klara Andersson et Nasser Al Attiyah, participe à ces courses avec une voiture électrique tout-terrain conçue pour résister à des conditions de course très difficiles.

Malgré un début difficile, où la voiture de l’équipe ABT Cupra a été endommagée lors des qualifications, les pilotes ont su rebondir et finir en 3ème position de la « Redemption Race », une course de rattrapage, sous une pluie typiquement écossaise.

Cette expérience a été pour nous un moment fort du voyage, une véritable immersion dans l’esprit de compétition, mais aussi une prise de conscience de l’impact du changement climatique sur notre planète. Assister à une course de l’Extrême E, c’est aussi participer à un mouvement plus large qui vise à sensibiliser le public aux problèmes environnementaux et à promouvoir les solutions durables.

L’occasion aussi pour nous de poser nos yeux pour la première fois sur un Tavascan, nouveau SUV 100% électrique de Cupra.

La Cupra Born, meilleure alliée des rouleurs ?

Au cœur de ce périple écossais se trouvait la Cupra Born, un modèle qui promettait de nous faire découvrir une nouvelle manière de vivre le roadtrip, plus respectueuse de l’environnement sans compromettre la performance.

Sur autoroute, la Cupra Born nous a séduit par sa stabilité et sa capacité à maintenir une vitesse constante sans effort, même sur de longues distances grâce au Travel Assist, mais aussi à son système audio tout à fait correct. Le silence de la motorisation électrique était particulièrement appréciable, contribuant à une expérience de conduite sereine et agréable.

En ville, nous avons apprécié la maniabilité et la réactivité de la voiture. Son gabarit compact a rendu la conduite en milieu urbain aisée, et le système de navigation intuitif nous a guidé sans difficulté à travers les rues sinueuses de Glasgow et Edimbourg. La capacité de la voiture à se faufiler a également été un atout dans la circulation urbaine.

En milieu rural, la Cupra Born a su faire face aux défis des routes écossaises, sinueuses et moyennement entretenues, soumises aux aléas des éléments. Et force est de constater que la Born s’en est vraiment bien tirée.

Ecosse

Si nous devions souligner un inconvénient, ce serait l’infrastructure de recharge encore perfectible en Écosse. Bien que nous n’ayons jamais été à court de batterie, l’anticipation des arrêts de recharge a nécessité une certaine planification. Cependant, cela nous a également permis de découvrir certains lieux que nous n’aurions peut-être pas visité autrement.

L’autonomie réelle de la Cupra Born est très proche des chiffres annoncés, avec plus de 520 km à chaque fois pour nous, une très belle performance et une conso moyenne de 14,9 kWh sur les 1200 km de trajet, dont un bon tiers d’autoroute à 110 km/h.

Si on rajoute à ça l’éligibilité de la Cupra Born VZ XL au bonus écologique (prix public de 46 500€), c’est la voiture électrique la plus autonome dans son segment de marché. Ajoutons à cela son équipement de sécurité et de divertissement (Car Play et Android Auto sans fil) hyper complet qui fait d’elle une vraie alternative aux modèles plus chers.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Ces quelques jours au volant de la Born nous laissent avec une excellente impression. Evidemment elle n’est pas parfaite, aucune voiture ne l’est, mais si on prend en compte ses prestations dynamiques, son confort, l’équipement et le prix final, la Cupra Born est sans doute le bon plan de 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *