Essai Skoda Superb Combi 2024 : mamie fait de la résistance !

Renault Talisman Estate, Opel Insignia Tourer, Ford Mondeo SW… la liste des « breaks routiers » a perdu plusieurs de ses illustres (et moins illustres) membres ces dernières années. Certains constructeurs font encore de la résistance, à l’image de Skoda, qui dévoile la nouvelle version de sa Superb Combi alors que cette appellation fête ses 90 ans en 2024.

Sur un marché clairsemé, face à des rivales aussi disparates que la Mazda 6, la Peugeot 508 SW voire la Citroën C5 X, cette nouvelle routière tchèque dispose de sérieux atouts pour faire régner la loi. Si bien que la question mérite d’être posée : et si la Skoda Superb Combi était tout simplement le meilleur break du marché ?

20 ans d'existence, près de deux millions d'exemplaires vendus, le BMW X3 est un véritable best-seller pour la marque allemande. Pas de droit à l'erreur pour cette quatrième génération du SUV star qu...Lire la suite

Un break à l’ancienne comme on les aime

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, parait-il. Skoda applique l’adage à la lettre en mettant à jour sa Superb l’année même de ses 90 ans. Car, si elle n’a fait son retour qu’en 2001, la première Skoda Superb a vu le jour en 1934. Mais la nonagénaire d’aujourd’hui n’a finalement plus grand-chose à voir avec son aïeule.

Pour sa nouvelle itération, Skoda a fait le choix de ne proposer sa familiale routière qu’en version break dans un premier temps. Un pari audacieux, mais qui s’inscrit dans une certaine logique puisque la Superb de troisième génération s’est écoulée à plus de 850 000 exemplaires, dont plus de 67 000 pour la Combi en 2023.

Ce respect des traditions se retrouve également dans le choix des motorisations de ce modèle : un bloc diesel 2.0 TDI et un moteur essence 1.5 TSI développant tous deux 150 chevaux, ce dernier étant même couplé à une micro-hybridation 48V. Pour ceux qui trouvent la proposition un peu légère, sachez que la famille va vite s’agrandir, avec l’arrivée annoncée d’une toute nouvelle motorisation hybride rechargeable de 204 chevaux, qui devrait offrir plus de 120 kilomètres d’autonomie en mode tout électrique. Tradition, certes, mais cela rime aussi avec innovation.

Essai Skoda Superb Combi 2024

Skoda vise toujours plus haut

Côté design, pas de grosses surprises en vue, pourtant, la nouvelle Superb Combi paraît nettement plus racée. La faute à des lignes plus tendues et à une volonté « d’élargir » le véhicule visuellement, pour mieux l’ancrer sur la route. Concrètement, la voiture s’allonge de 4 cm pour atteindre 4m90 (pour 1m85 de large et 1m48 de haut) et affiche un empattement XXL de 2m84. Visuellement plus élégante, cette grande routière confirme surtout l’impression laissée par les modèles les plus récents du constructeur (Enyaq et Kodiaq notamment) : Skoda se la joue de plus en plus premium, quitte à marcher ouvertement sur les platebandes de la maison-mère Volkswagen.

Boxe-t-elle vraiment dans la même catégorie que la Passat ? Peut-être. Peut-être pas. En tout cas, la Superb Combi n’a pas à rougir face à sa prestigieuse cousine. Et cela tient parfois à de simples détails, tels qu’un logo en 2D sur la calandre, de nouveaux feux Matrix LED ou encore des clignotants défilants. Mais bien sûr, c’est surtout à l’intérieur que l’on ressent le plus cette montée en gamme, au même titre que sur le nouveau Kodiaq : des matériaux et assemblages qui offrent un meilleur niveau de qualité perçue, des sièges ergonomiques ventilés et massants, un nouvel écran d’infodivertissement de 13 pouces, un Virtual Cockpit de 10,25 pouces derrière le volant ou encore des Smart Dials, ces « commandes intelligentes » à mi-chemin entre le bouton traditionnel et la commande tactile qui permettent de régler la climatisation, le mode de conduite ou encore le volume sonore.

Intérieur Skoda Superb Combi

Mais si ces ajouts peuvent avoir un air de déjà-vu, il y a un élément où la Superb Combi sort clairement du lot : l’espace à bord. Bénéficiant de son empattement géant, elle permet aux gros gabarits d’être très à l’aise à l’arrière, tant au niveau des jambes que des épaules ou de la tête. La marque n’hésite pas à parler de « salon roulant » pour qualifier cet intérieur et le terme n’est (preque) pas exagéré. Même les valises seront au large dans le coffre avec un volume de chargement minimum de 690 litres sous le cache-bagages et jusqu’à 1920l tous sièges rabattus. C’est la référence absolue en la matière !

Coffre Skoda Superb Combi

La Superb trouve le bon compromis sur la route

En ayant fait le choix de conserver des motorisations « traditionnelles », Skoda nous rappelle que l’on peut éprouver de réelles sensations au volant d’une voiture en 2024. Dans la version essence que nous avons essayée, les 150 chevaux ne sont pas de trop pour animer la bête (avec un 0-100km/h annoncé en 9,3 secondes), mais une fois lancée, plus rien ne l’arrête.

Maniée en douceur, la jolie Tchèque évolue sereinement et se montre raisonnable en termes de consommation (moins de 6,5l/100 km). En étant plus nerveux que la pédale de droite, elle prouve que son nouveau châssis est parfaitement équilibré, plus ferme que sur la génération précédente (peut-être trop ?), avec une direction très précise. Sur les lacets du Puy Mary, certaines relances sont un peu longues, mais dans les courbes rapides, la Superb se meut avec une agilité certaine.

Une fois redescendus dans la vallée, nous avons pu constater qu’elle restait très agréable à conduire sur autoroute, bénéficiant de l’habituel arsenal d’aides à la conduite (régulateur adaptatif, aide au maintien dans la voie…). Et même si la ville n’est pas son terrain de prédilection, elle parvient encore à s’en sortir honorablement.

En résumé, notre avis sur la nouvelle Skoda Superb Combi

Au terme d’un parcours varié d’environ 300 kilomètres dans des paysages fabuleux (le Cantal est une région à découvrir !), cette Skoda Superb Combi nous aura laissé une impression très positive… au même titre que le Kodiaq. Son design résolument plus moderne est certes classique mais élégant et l’intérieur est très soigné, avec un équipement complet et des finitions de qualité. Et que dire du confort et de l’espace à bord, toujours un point fort du constructeur ?

Le comportement routier destine essentiellement cette Superb aux parcours au long cours, mais celle-ci séduira aussi bien les professionnels de la route que les familles et pour cause : l’armoire normande du brocanteur ou la poussette des jumeaux y trouveront facilement leur place !

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Agréable à vivre et à conduire, cette Skoda voit son prix sensiblement enfler, proportionnellement à sa montée en gamme : proposée à partir de 44 380€ (et 54 330€ pour la version Selection 1.5 TSI 150ch DSG7 essayée ici), la Superb Combi est désormais plus chère qu’une VW Passat, disponible dès 42 990€… Mais cela peut-il l’empêcher de prétendre au titre de meilleur break du segment ?

Avis Skoda Superb Combi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *