Greffe de cheveux : pourquoi les hommes en sont fous ?

La greffe capillaire, solution la plus efficace pour lutter contre la calvitie ?

Nous, les hommes, on aime rire des femmes et de leurs problèmes capillaires : le brushing qui prend l'eau, les racines qui repoussent sous les cheveux colorés, les frisouilles involontaires… Mais soyons honnêtes : nous, les hommes, n'avons pas toujours beaucoup d'humour au sujet de nos propres cheveux ! Surtout quand la calvitie frappe à notre porte.

Sur Masculin, on vous a déjà donné quelques conseils coiffure lorsque vous commencez à perdre vos cheveux… et que vous ne l'assumez pas pleinement ! Mais justement, pour lutter contre ce problème, la greffe capillaire est une solution idéale. Si certains se tournent vers l'étranger (et notamment la Turquie), il y a aussi un pionnier en la matière en France : Gil Mennetrey est en effet LE spécialiste du cheveu et de la calvitie depuis 40 ans.

A l'heure où la greffe capillaire séduit de plus en plus d'hommes, nous avons pu faire le point avec lui sur cette pratique. Et sur la meilleure façon de lutter efficacement contre la calvitie.

Gil Mennetrey, fondateur du premier institut capillaire du monde

Comment devient-on le spécialiste du cheveu ? C’est la première question à laquelle nous à répondu Gil Mennetrey, président et fondateur du groupe du même nom, mais aussi à la tête des instituts Norgil. Né en France, de parents coiffeurs dans une petite ville des Hautes-Vosges, Gil Mennetrey a toujours été passionné par les soins capillaires et particulièrement par le traitement de la chute des cheveux : "Je suis issu d’une famille de chauves ! Mon grand-père était chauve, mon père était chauve, mon frère aussi et moi aussi, j’ai commencé à perdre mes cheveux assez tôt."

300x250-timeone

Mais comme de nombreux hommes, Gil Mennetrey a refusé de se plier à cette fatalité : "J’aimais trop les femmes pour devenir chauve ! Du coup, c’est en essayant de résoudre mon problème que j’ai eu l’idée de me lancer dans l’aventure capillaire."
Avec son ami Norbert Theuret, il crée une chaine de boutiques de perruques, les Perruq'Shop de France, et se retrouve très vite à la tête de 85 boutiques franchisées. Puis, pour aller plus loin, tous deux fondent le premier institut capillaire du monde en 1975. Son nom : Norgil. Il s’agit aujourd’hui du troisième groupe mondial et du n°1 en Europe, avec plus de 100 instituts.

Des compléments capillaires invisibles

On ne peut pas faire repousser les cheveux. C’est un fait. Mais on peut stabiliser leur chute ou y remédier via un complément capillaire. Bien loin de la moumoute d’antan, les compléments capillaires actuels sont invisibles et résistent à tout : "Même si une femme vous passe la main dans les cheveux, elle ne s’en apercevra pas. Et vous pouvez aussi faire de la plongée ou du rugby, il n’y a pas de problème."

Des cheveux jetables à entretenir chaque mois

Les compléments capillaires sont une bonne solution pour les gens souffrant d’une calvitie importante. Fabriqués en Chine, avec des cheveux naturels, ces compléments sont fixés sur le crâne grâce à une résine ultra-résistante. Il suffit ensuite de se rendre chez un spécialiste – un capillitologue – une fois par mois pour entretenir son complément capillaire.
En termes de prix, "le recours à un complément capillaire est cher et pas cher en même temps". Comme il s’agit de "cheveux jetables à entretenir chaque mois, il faut payer chaque mois", précise Gil Mennetrey. Pour cela, comptez donc environ 200 euros par mois en moyenne.

300x250-timeone

Avec la greffe, vos cheveux repoussent toujours

Pour certains, le complément capillaire garde un côté artificiel difficilement acceptable. Et surtout, cela s’adresse à ceux qui ont perdu la majorité de leurs cheveux. Comme l’explique encore Gil Mennetrey – lui-même greffé –, "il arrive fréquemment que des gens viennent en me disant 'Je veux retrouver mes cheveux' et dans ce cas, la seule solution est une greffe capillaire".

Dans tous les cas, avant d’opter pour tel ou tel procédé, le bilan capillaire est obligatoire. Si la greffe capillaire s’avère être la solution idéale, il reste encore à savoir combien de cheveux devront être réimplantés et combien de séances de greffe seront nécessaires – une ou deux, normalement. C’est aussi cela qui va déterminer le prix d’une greffe capillaire : comptez de 3 000 à 6 000 euros.

Certes, c’est une somme importante. Mais la greffe capillaire comporte un avantage essentiel : les cheveux greffés ne tombent jamais. Enfin, ils tombent, mais repoussent forcément.
L'explication est simple. Chez l’homme, les cheveux de la couronne hypocratique ne tombent jamais : cette zone se trouve sur la nuque et les tempes. "Si vous regardez bien les hommes les plus chauves, ils ont quand même des cheveux dans cette zone." Du coup, la greffe capillaire consiste à prélever des cheveux dans cette couronne et à les réimplanter ailleurs sur le crâne. Les cheveux gardent alors leur empreinte génétique et repoussent forcément. "Et pour ceux qui n’auraient pas assez de cheveux malgré tout, il est désormais possible de prélever des poils sur le torse !"

Si les hommes sont souvent qualifiés de douillets, il convient de signaler que la greffe capillaire n’est absolument pas douloureuse. "Contrairement aux autres greffes, il n’y a jamais de rejet ici. Quand les racines sont greffées, il faut 3 mois pour que les premiers cheveux poussent. Et après, le résultat est invisible : même votre coiffeur ne pourra s’apercevoir que vous avez été greffés." Alors, si vous en avez les moyens, pourquoi vous priver ?

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur le site personnel de Gil Mennetrey ou sur le site des instituts Norgil

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !