Lutter contre la calvitie

Les nouvelles méthodes

Être un homme jeune avec un début de calvitie, ce n'est jamais facile.  Mais avant  de se dire qu’il est trop tard, il faut penser à tous les traitements qui sont aujourd'hui disponibles pour remédier à ce problème. Masculin.com fait le point sur les dernières méthodes pour lutter contre la chute de cheveux.

En bonus, l’INTERVIEW de Hélène Clauderer , spécialiste des problèmes de cheveux.


Mieux vaut prévenir…
Il existe de nombreux produits pour prévenir la chute des cheveux. Leur but : fortifier le cheveu et le cuir chevelu avant que la calvitie ne pointe le bout son nez. L'Oréal propose par exemple une gamme de produits capillaires Elsève Homme qui semble faire ses preuves. Mais il n’y a pas que les shampoings. La marque Oenobiol, spécialisée dans les gélules, propose des solutions spécialement étudiées pour les hommes : un fortifiant capillaire à base de zinc et de vitamines destinés à renforcer la fibre du cheveu. 

Consulter un dermatologue
Si vous souhaitez une expertise et remédier plus profondément à vos problèmes de calvitie, n’hésitez pas à consulter un dermatologue. Ce spécialiste n’est pas simplement expert en problème de peau. Il a aussi de véritables compétences en matière de chute de cheveux. Une fois un diagnostic précis établi, il vous prescrira un traitement (non remboursé par la Sécurité sociale). Pendant longtemps, il s'agissait d'appliquer un produit localement, mais, depuis peu, il existe un traitement par voie orale qui peut être très efficace s'il est commencé à temps.


Pour en savoir plus :
– L'Oréal Professionnel Homme, shampoing Densité. Contenance : 250 ml. Prix : 12,90 Euros.
– Phytophanère des Laboratoires Phyto. Contenance 60 capsules : 18 Euros. 120 Capsules : 28 Euros.
– System Professional, shampoig Maxximum tonic. Contenance : 100 ml. Prix : 45 Euros.Pour les cas plus avancés : la microgreffe
Sous anesthésie locale, on vous prélève des cheveux avec leur racine sur une bande située à l’arrière du crâne. Vos cheveux sont ensuite réimplantés par groupe de 2 ou 3 à l’avant du crâne. Plus question de souffrir le martyre. Aujourd’hui, cette méthode est bien rodée et ne laisse même plus de cicatrices. Comptez environ 3 500 à 4 000 Euros la séance de 2 heures. Le tarif est assez élevé mais les résultats sont garantis. Votre front dégarni sera de l’histoire ancienne.

Et l’avenir dans tout ça ?
Actuellement, l’avenir du traitement de la calvitie se trouverait dans la méthode de clonage capillaire, procédé étudié par les scientifiques américains et britanniques. Le principe est le suivant : les chercheurs cultivent les cellules des papilles dermiques responsables de la formation des cheveux. Une fois que ces cellules se sont multipliées, elles sont injectées dans le cuir chevelu du patient pour permettre la naissance de nouveaux cheveux. 

Une autre découverte risque aussi de bouleverser le traitement de la calvitie. Une équipe de chercheurs du King's College London a mis en évidence un nouveau gène variant agissant dans la formation de la calvitie. Ce dernier serait lié à un autre gène déjà connu pour agir sur la perte de cheveux. Leur présence augmente de 7 fois le risque d'être chauve. Et un Européen sur sept aurait ces gènes. L'étude a porté tout d'abord sur 1 125 hommes atteints de la calvitie la plus commune, l'Androgenic alopecia, et a découvert deux régions génétiques accroissant les risques de pertes de cheveux.

RETROUVEZ l'interview de notre expert en cheveu, Helène Clauderer. Fille de René Furterer, qui a consacré sa vie au traitement du cheveu, Hélène Clauderer a suivi très tôt les traces de son père. Elle dirige aujourd’hui le centre Clauderer, spécialisé dans les traitements contre la chute des cheveux. Interview.

Pouvez-vous nous dire à partir de quel moment la micro-greffe de cheveux peut être envisagée ?
« Il y a tout d’abord un critère d’âge. Avant 35 ans, cette technique n’est pas conseillée. Ensuite, il faut prendre en compte l’importance de la calvitie. Si votre cuir chevelu est simplement parsemé et que vous avez encore une bonne partie de vos cheveux en bonne santé, la micro-greffe n’est pas forcément la meilleure alternative. Bien sûr, le chirurgien pourra vous implanter des petits greffons là où vous êtes dégarni, mais l’opération va endommager les cheveux à côté, qui risquent par la suite de tomber.  »

Lorsque la greffe n’est pas envisageable, quelle solution apportez-vous à vos patients ?
« Je conseille toujours de ne pas attendre pour consulter un expert. Si vous constatez que vous perdez vos cheveux, ne vous dites pas que vous êtes condamnés à des problèmes héréditaires. De nombreuses solutions existent, comme le Minoxidil, un traitement local qui fonctionne chez un tiers des hommes. »

Comment ces derniers réagissent-ils face à des problèmes de calvitie ?
« La calvitie est vécue de façon très différente d’un homme à l’autre. Pour certains, cela est catastrophique. En général, ces hommes consultent dès les premiers signes de chute de cheveux. Reste que la calvitie n’est jamais facile à accepter car le cheveu est vraiment lié à l’identité profonde des personnes. »

Pensez-vous, qu’un jour, on soignera durablement la calvitie ?
« Il y a eu de grandes avancés dans le domaine de la lutte contre la calvitie. Malheureusement, pour le moment, personne n’a trouvé la solution pour reproduire le cycle de vie des cheveux. Mais je pense que d’ici 10 ans une solution durable sera trouvée. Selon moi, cela passera par des progrès dans la génétique. »

Pour en savoir plus :
– Découvrez le savoir-faire du centre Clauderer.

Partager