Arrêter de fumer petit à petit, c'est plus efficace ?

Arrêter la cigarette du jour au lendemain n'est pas la solution idéale

--- Le ---

A tous ceux qui luttent contre le tabac et veulent arrêter de fumer, sachez qu'un arrêt graduel pourrait être plus efficace que de stopper net la cigarette.

Arrêter de fumer petit à petit, c'est plus efficace ?
© Hemera Technologies ©
RelaxNews

Une équipe de chercheurs de l'université de Copenhague a montré qu'arrêter de fumer du jour au lendemain pouvait entraîner des rechutes rendant un arrêt prolongé de la cigarette encore plus difficile à atteindre.

Des symptômes proches de la démence

"Des scanners du cerveau de fumeurs réguliers montrent que ces personnes doivent faire face à des symptômes proches de la démence dans les premières heures suivant leur arrêt", a expliqué le professeur Albert Gjedde, spécialiste en neurosciences à l'université de Copenhague.

Dans cette étude, parue dans le Journal of Cerebral Blood Flow and Metabolism, le Dr. Gjedde note que cette sensation désagréable serait responsable de la mauvaise habitude des fumeurs qui les pousse à replonger dans leur paquet. "Ce n'est peut-être pas pour retrouver un effet de bien-être que les fumeurs retournent à leur addiction, mais simplement parce que les symptômes de manque sont insupportables", précise-t-il.

La nicotine, c'est comme les antidépresseurs ?

La nicotine et le fait de fumer accroissent de façon ponctuelle l'activité cérébrale, mais dès que l'on arrête, l'oxygénation du cerveau et l'afflux sanguin s'effondrent, d'au moins 17%.

C'est pourquoi le Dr. Gjedde n'hésite pas à comparer les effets de la nicotine à ceux de médicaments addictifs, comme les antidépresseurs. A l'arrêt de ces médicaments, les patients peuvent ressentir un puissant manque, comparable à celui ressenti par les fumeurs qui essaient de se sevrer, note le professeur.

Un arrêt graduel pour limiter la dépendance

Le fait d'arrêter la cigarette de façon graduelle peut réduire peu à peu la dépendance, mais le docteur tient à préciser que les effets du tabac sur le cerveau ne sont pas encore compris à 100% par la communauté scientifique.

"Ces nouveaux résultats montrent qu'il peut être judicieux d'arrêter de fumer de façon graduelle (...), simplement pour éviter les pires symptômes de manque", conclut le Dr. Gjedde.

Thèmes connexes : tabac cigarette sante science
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES