Manger des insectes, c'est dangereux pour la santé ?

Une pratique à la mode mais pas sans risque

--- Le ---

Manger des insectes, voilà une découverte culinaire insolite mais de plus en plus tendance. Pourtant, l'entomophagie ne serait pas sans risque.

Manger des insectes, c'est dangereux pour la santé ?
© P.studio66 / shutterstock.com ©
RelaxNews

L'entomophagie ou le fait de se nourrir d'insectes est courant dans certains pays et commence à connaitre un certain engouement en Europe – on avait notamment testé les fourmis volantes ici. Pourtant, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) recommande la vigilance.

Manger des insectes, une tendance et un besoin

L'Anses, qui s'est penché sur la question de l'entomophagie, fait en effet "l'inventaire des dangers potentiels véhiculés par les insectes et des besoins de recherche sur cette question".

Deux milliards d'hommes dans de nombreux pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie raffolent des criquets, grillons ou autres sauterelles et petites bêtes, aliments principaux au coeur de nombreux plats de leur cuisine traditionnelle.

En Europe, cette alimentation exotique riche en protéines et vitamines, commence à faire des adeptes. Restaurants, cantines d'entreprise ou même grandes surfaces n'hésitent plus à la proposer. De grands chefs tentés par la quête de nouvelles recettes inventives mettent eux aussi les insectes au menu de leur carte.  
D'autant plus que, pour relever le défi de nourrir la planète, en 2003, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) s'est prononcée en faveur du développement de l'élevage d'insectes à grande échelle. 

Quels dangers potentiels ?

Après avoir réalisé "un état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques liés à la consommation d'insectes", l'Anses s'est intéressée aux dangers qu'entraine cette pratique.

Ils sont avant tout d'ordre allergique et liés à certaines substances chimiques (venin), physiques (dard) des insectes ou allergènes à l'ensemble de ces arthropodes (acariens, crustacés, mollusques). Des parasites, virus, champignons ou autres substances encore peu explorées sont également susceptibles de "véhiculer certains dangers qui doivent être maitrisés par la fixation de normes spécifiques afin de réduire les risques potentiels liés à la consommation de ces produits", souligne l'Anses. L'institution indique que les conditions d'élevage et de production devraient également bénéficier "d'un encadrement spécifique".

Les insectes ne sont pas officiellement autorisés

L'Anses préconise d'établir des listes des différentes espèces et stades de développement d'insectes propres à la consommation, d'explorer "la question du bien-être animal", de "définir un encadrement spécifique des conditions d'élevage et de production" et "de fixer des mesures de prévention du risque allergique".
Elle pointe surtout la prudence et appelle les consommateurs à être vigilants en attendant que des recherches approfondies soient menées.

Les nouveaux aliments doivent normalement faire l'objet d'une autorisation des États membres et de l'Autorité européenne de sécurité des aliments. Or, à ce jour, les insectes ne sont pas officiellement autorisés dans l'Union européenne et aucune demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) n'a été reçue ni accordée concernant les insectes par la Commission européenne.

A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS