[CRITIQUE] BLACKkKLANSMAN : l'histoire dingue d'un flic noir infiltré dans le Ku Klux Klan

Spike Lee dézingue les suprémacistes blancs américains dans son nouveau film

--- Le ---

Présenté au Festival de Cannes 2018, BLACKkKLANSMAN - J'ai infiltré le Ku Klux Klan débarque au cinéma ce 22 août. Et vous devez absolument aller le voir.

[CRITIQUE] BLACKkKLANSMAN : l'histoire dingue d'un flic noir infiltré dans le Ku Klux Klan
Universal Pictures ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

C'est l'histoire d'un mec. Noir, le mec. Mais alors noir, noir. Et en fait, il devient flic. Et après, il décide de s'infiltrer parmi les membres bien blancs et bien racistes du Ku Klux Klan. Derrière cette introduction qui a tout de la blague de plus ou moins bon goût se cache en réalité l'histoire dingue mise en scène par Spike Lee dans son nouveau film, BLACKkKLANSMAN.

L'histoire vraie de Ron Stallworth

Le mec noir dont on parlait à l'instant, c'est Ron Stallworth. A l'écran, il est interprété par John David Washington, le fils de Denzel Washington, qui avait lui-même campé Malcolm X dans le film du même nom réalisé en 1992 par un certain... Spike Lee.

Basé sur "des p****** de faits réels", BLACKkKLANSMAN relate donc l'histoire de Ron Stallworth, "l'homme noir du Klan" évoqué dans le titre. Aujourd'hui à la retraite, ce policier afro-américain est parvenu à infiltrer les rangs du Ku Klux Klan à Colorado Springs, dans le Colorado, en 1979. Une enquête incroyable qu'il a lui-même relatée dans son livre "Black Klansman : Race, Hate, and the Undercover Investigation of a Lifetime" (ici en français).


Entre biopic et comédie

L'un des points forts de ce film est le ton employé par Spike Lee. Le réalisateur parvient à ne pas tomber dans le cliché des "méchants racistes blancs contre les étudiants noirs opprimés" en instillant une bonne dose d'humour à chacun de ses personnages... Le duo formé par Ron Stallworth / John David Washington et Flip Zimmerman / Adam Driver (oui, le Kylo Ren de Star Wars) fonctionne à merveille et les personnages secondaires sont tout aussi réussis (notamment Topher Grace dans la peau de David Duke, le président du KKK).

Pour autant, pas question de sombrer dans la parodie ou de perdre le fil conducteur, au contraire : si les faits remontent aux années 1970, ils font aussi écho à l'actualité récente des USA, la présidence de Donald Trump (moqué sans jamais être cité) et les événements de Charlottesville, en 2017. A ce titre, la fin du film est un modèle du genre.

Le meilleur film de la rentrée

Alors que l'été est traditionnellement la saison des blockblusters à gros budget (type Ant-Man et la Guêpe ou En Eaux Troubles), BLACKkKLANSMAN démontre que les films dits d'auteur ont aussi leur mot à dire.

Récompensé par le Grand Prix au dernier Festival de Cannes, le long-métrage de Spike Lee est peut-être bien le meilleur film de cette rentrée 2018.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan
Sortie le 22 août 2018
Durée : 2h15
De Spike Lee
Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace, Laura Harrier, Ryan Eggold

Note du film : ★★★★☆

Découvrez la Galerie Photo

Thèmes connexes : critique film film 2018
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS