[CRITIQUE] Les Animaux Fantastiques 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

La saga Harry Potter se poursuit dans les Crimes de Grindelwald

--- Le ---

Le deuxième volet des Animaux Fantastiques, Les Crimes de Grindelwald, débarque au cinéma ce 14 novembre. Si le carton est assuré, que nous réserve ce film ?

[CRITIQUE] Les Animaux Fantastiques 2 : la magie opère-t-elle toujours ?
Warner Bros Pictures ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

Deux ans après un premier opus plutôt bien accueilli par la critique et le public (plus de 800 millions de dollars au box-office mondial et 4 millions d'entrées en France), Les Animaux Fantastiques reviennent au cinéma ce 14 novembre 2018.

Intitulé "Les Crimes de Grindelwald", ce nouveau volet renforce les liens avec la saga originelle d'Harry Potter tout en étendant l'univers magique de J.K. Rowling (qui a d'ailleurs écrit le scénario du film). Faut-il s'en réjouir ? On va tenter de répondre à cette question dans cette critique.

Les Crimes de Grindelwald, ça parle de quoi ?

L'histoire des Animaux Fantastiques 2 reprend exactement là où s'était achevé le premier volet. A savoir l'évasion du mage noir Gellert Grindelwald. Celui-ci a pour ambition de rallier de nombreux fidèles pour permettre aux sorciers de "vivre librement". Ou plutôt d'asservir les humains normaux, dépourvus de pouvoirs magiques (les Moldus, Non-Mages ou Sans-Charmes si vous préférez).

Pour le contrer dans ces noirs desseins, Grindelwald devra faire face à Norbert Dragonneau (qui l'avait démasqué, permettant son arrestation dans le premier film), la magnétique Leta Lestrange ou encore un certain Albus Dumbledore...


Rendez-vous en terre connue

Dragonneau, Lestrange, Dumbledore ou même McGonagall. Voici des noms que les fans d'Harry Potter connaissent bien. Ces personnages centraux ont permis au réalisateur David Yates de renforcer les liens entre les deux sagas. Et ça marche ! Difficile de bouder son plaisir en entendant ces patronymes familiers ou (encore plus) en redécouvrant l'école de Poudlard, avec des images accompagnées par la musique de James Newton Howard.

Un univers visuel toujours magique

L'adaptation sur grand écran du monde des sorciers est toujours aussi réussie et c'est bien l'une des forces de ce film. Outre la célèbre école où le jeune Harry fera ses classes plus tard, Les Crimes de Grindelwald permettent de découvrir le Paris de l'entre-deux-guerres (l'histoire se déroule en 1927), joliment recréé en images de synthèse.

Avant cela, c'est aux Etats-Unis que les premières scènes du long-métrage nous plongent immédiatement dans l'ambiance, lors de l'évasion spectaculaire de Grindelwald. Parfois foutraque, souvent épique, le résultat permet de ne pas s'ennuyer et d'en prendre plein les yeux pendant 2h15. Certaines scènes sont visuellement superbes, à l'image du "combat" final et du show de Grindelwald.

Johnny Depp et Jude Law, deux évidences

Aperçu à la fin des Animaux Fantastiques, Gellert Grindelwald est évidemment le personnage central de ce deuxième volet, qui porte son nom. Pour l'interpréter, c'est Johnny Depp, désormais ex-Jack Sparrow, qui a été choisi. Moins expansif que le pirate des Caraïbes mais plus inquiétant, il s'annonce comme un adversaire de taille pour Albus Dumbledore. Ce dernier est campé par un excellent Jude Law, aussi facétieux que mystérieux (dans un style qui n'est pas sans rappeler Cyril Lignac, mais on s'éloigne du sujet).

A côté de ce duo charismatique, Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne) nous apparaît toujours aussi sympathique, accompagné de ses créatures fantastiques. D'ailleurs, les nombreux personnages secondaires sont bien plus que de simples faire-valoir, qu'il s'agisse de Leta Lestrange (Zoe Kravitz), Croyance (Ezra Miller), Tina Goldstein (Katherine Waterston) ou encore Queenie (Alison Sudol). Jacob Kowalski (Dan Fogler), seul personnage non-magicien de la bande, vient apporter une touche humoristique supplémentaire.

Mais alors, c'est un chef d'oeuvre ?

Arrivé à ce stade de la critique, tout semble parfait pour ces Crimes de Grindelwald. Mais ne nous emballons pas !

Si l'on prend plaisir à revoir apparaître des lieux et personnages déjà connus, il en ressort forcément une impression de déjà-vu. D'autant que la trame narratrice est très classique, avec un affrontement entre le bien et le mal, un méchant sorcier qui veut dominer tous les autres, des personnages tiraillés entre le bien et le mal et de sacrées histoires de famille (oui, ça fait un peu Star Wars, aussi, mais avec davantage de subtilité).

Pourtant, comme je l'ai dit plus haut, impossible de s'ennuyer pendant les 134 minutes de ce film. David Yates parvient à donner une dimension presque politique et historique à l'ensemble, bien loin de l'univers magique et enfantin du premier Harry Potter. La tension monte ainsi tout au long du film, jusqu'à la "révélation finale" qui devrait faire naître bon nombre de théories dans la communauté des Potterheads, en attendant le troisième volet des Animaux Fantastiques, prévu en en 2020.

Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald
Sortie le 14 novembre 2018
Durée : 2h14
De David Yates
Avec Eddie Redmayne, Jude Law, Johnny Depp, Ezra Miller, Zoe Kravitz, Katherine Waterston, Alison Sudol, Dan Fogler...

Note du film : ★★★★☆

Découvrez la Galerie Photo

A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS