Les 5 albums de la rentrée

De la musique pour tous les goûts

Beaucoup de chanson française, un peu de variété internationale. L'automne 2009 s'annonce éclectique avec, entre autres, les albums de -M-, Féfé et… Tokio Hotel. Plus ou moins connus, ces artistes devraient en tout cas faire parler d'eux.


Mister Mystère, le double -M-
Retour aux sources pour -M- ! Son nouvel album, « Mister Mystère », s'articule autour de la chanson éponyme, qui s'ouvre sur un cri polaire et déroule un tapis de guitares qui annoncent la couleur rock de l'album. Sous la plume déjantée de l'indomptable Brigitte Fontaine, l'artiste se montre fiévreux et incandescent, comme dans la chanson « Tanagra », autre moment fort, qui alterne riffs hendrixiens et passages de piano plus soul.
Le mythe de -M-, lui, est mis à l'épreuve dans le titre « Le roi des ombres », ode aigre-douce à la solitude du créateur tout autant qu'à son salut, c'est-à-dire à sa rencontre avec l'autre : « Je suis M / Tu es M », chante Matthieu Chédid, avant de reprendre « Je suis l'ombre de ton ombre / Tu es l'ombre de mon M ».


Après quoi court -M- ?
Sans tomber dans la schizophrénie, -M- dévoile ici toute sa dualité et sa part de mystère. Voilà qui justifie pleinement le titre de son album. Pour le reste, cet album reste « classique », avec des chansons qui évoquent, entre autres, la tentative désespérée de se délivrer du temps qui passe (« Semaine et Délivre »), de déjouer la mort (« Hold up », reprise d'une chanson de son père), de chasser son spleen (Phébus et L'élixir), ou bien, comme toujours, de s'interroger sur le désir et ses mystères dans le très athlétique « Est-ce que c'est ça ? » dans laquelle -M- pose cette question cruciale et ô combien occidentale : « Dis, après quoi on court ? ».
Cadeau bonus
Et comme toujours chez -M-, l'objet discographique recèle aussi quelques trésors cachés dans son arrière-boutique : « Mister Mystère » offrira à ses auditeurs un bouquet de quatre chansons supplémentaires intitulé « Lettres à Tanagra » et disponible sur la face DVD de l'album via un lien internet.

Source : www.zikeo.net

Ancien membre du groupe mythique Saïan Supa Crew, Féfé – alias Fé² ou Féniksi – sort enfin son premier album solo, disponible dans les bacs dès le 12 octobre 2009.

Il y a une vie après le Saïan
Trois ans après la sortie du dernier album du Saïan, «Hold Up », les membres du sextet ont un peu disparu de la scène rap française, si bien que le groupe s'est plus ou moins officiellement séparé. Féfé revient donc aujourd'hui avec un premier album solo, « Jeune à la retraite ».
Un nouveau style musical
Cet album marque un véritable changement de ton pour celui que l'on nomme le rappeur technique du rap français. Accompagné d'une guitare offerte par Patrice (avec qui il collabore sur une chanson et qui était déjà présent sur un titre du « Hold Up » du SSC), Féfé se met à la recherche d'un nouveau son. Finit les productions synthétiques et place au live, à la vraie compo !
Le résultat s'avère plus mélodieux, mais toujours aussi pêchu, à l'instar du premier single « Dans ma rue » ! Féfé s'est forgé un nouveau style musical, à la croisée du hip hop, du blues, de la soul, et de la chanson française.
Féfé à l'âge du rap d'adulte
Pour ce « Jeune à la retraite », il a collaboré avec Dan the Automator qui réalise, enregistre, mixe l'album et apporte une touche funky à ce savoureux mélange des genres.
Dans la lignée de ce que l'on peut aujourd'hui du « rap d'adulte », Féfé livre un album de treize titres et réussit la prouesse de fédérer les genres et d'offrir aux amateurs de musique un album d'une très grande qualité.

Source : www.zikeo.net

Les jeunes filles en fleur vont être contentes : ils sont de retour ! Qui ça, « ils » ? Les Tokio Hotel bien sûr ! Loin de ne faire rêver que les adolescentes, le groupe allemand a conquis un large public avec son précédent album. Plus d'un million d'unités, tous supports CD et DVD confondus, ont été vendus en France depuis l'émergence du groupe, en 2006.
Tokio Hotel sait s'entourer
Le 5 octobre 2009 marquera l'arrivée dans les bacs de « Humanoid ». Ce nouvel opus s'annonce comme étant de loin le meilleur de Tokio Hotel. Le résultat d'un gain de maturité et d'expérience, sans doute. Mais aussi le fruit d'une collaboration mûrement réfléchie avec des compositeurs et producteurs de renom, tels que The Matrix (KoRn), Guy Chambers (Robbie Williams, Texas, Kylie Minogue…), Ryan Tedder (OneRepublic), Red One (Enrique Iglesias, Lady Gaga), Desmond Child (Aerosmith, Ricky Martin, Bon Jovi, Kelly Clarkson, The Rasmus…), Kevin Rudolf, Kara Dio Guardi (Pink, Pussycat Dolls…).
Attention, carton en vue !
Le premier single issu de l'album « Humanoid », s'intitule « Automatisch » et sort le 21 septembre 2009. Une chanson bien choisie qui résume tout discours : l'évolution musicale du groupe est saisissante, le titre est fort, percutant, novateur, surprenant et impeccable en termes de production, précurseur d'un retour sur les chapeaux de roues. Bref, probablement l'un des cartons de l'automne.

Source : www.zikeo.netOn ne change pas une formule qui gagne ! Ce gimmick pourrait bien être celui de Brigitte Fontaine, à l'heure de la sortie de son nouvel album, « Prohibition », dans les bacs dès le 5 octobre 2009.
Des gimmicks ou autres formules toutes faites, Brigitte Fontaine n'en regorge pas. Contestation et provocation restent en revanche ses maîtres-mots.

Brigitte Fontaine est « vieille et (nous) encule »

Dans ce nouvel opus, Brigitte Fontaine chante donc la Prohibition. Pas celle de Chicago dans les années 30, non. Celle d’aujourd’hui, celle de l’Hexagone, bien réelle, et celle d'une société qui semble n'avoir plus aucun repère.
Et pour étaler toute sa rage, Brigitte Fontaine ne s'embarrasse pas d'un vocabulaire très fleuri : « Partout c’est la prohibition / Parole écrit fornication / Foutre interdit à soixante ans / Ou scandale sans précédent / Je suis vieille et je vous encule / Avec mon look de libellule / Je suis vieille et je vais crever / Un petit détail oublié ».
Drôlement terrible ou terriblement drôle
Un beat, entre rock reptilien et électro dépouillée, lance les hostilités. Et puis entre la voix, ténébreuse, presque mécanique de Brigitte Fontaine. Humour noir et mélancolie se confrontent tout au long d'un album, qui s'annonce drôlement terrible ou terriblement drôle, au choix. Un album où Brigitte Fontaine évoquera aussi  l'amour, le mystique, la mort, Grace Jones, le suicide au gaz ou encore les prisons…  Ces thèmes profonds ne font que confirmer l'esprit contestataire d'une artiste, qui n'a rien à envier aux pseudos-rappeurs actuels qui crient leur haine conter la société sur des textes sans fond.

Pas question de parler ici du fameux « album de la maturité ». Marc Lavoine n'en est plus à ce stade. Mais son nouvel album, dans les bacs en cette rentrée 2009, marque une nouvelle étape dans la carrière de l'artiste. Une étape importante, puisqu'il s'agit du dixième album de l'artiste. Du coup, le nom de cet opus, « Volume 10 », sonne comme une évidence.

Une affaire de famille
Pour écrire les chansons de ce « Volume 10 », Marc Lavoine s'est inspiré d'un fait marquant de sa vie : le décès de son papa… intervenu à la même période que la naissance de son fils. « Ça a été un choc. C’est comme si tu sortais d’un endroit, et tu ne sais plus où tu as garé ta voiture. Tu es perdu. Quand tu es perdu, tu rappelles un peu la famille. » Là, c'est sa famille artistique que Marc Lavoine a contacté. Des gens comme Fabrice Aboulker (qui a écrit les « Yeux Revolver ») ou Christophe Cazenave (auteur de la musique de « Toi mon amour »).
En pensant à Gainsbourg
Dès lors, ce dixième album de Marc Lavoine fait preuve d'un relatif classicisme, faisant souvent référence aux années 1970, à des artistes tels que Joe Dassin, Charles Gainsbourg – la musique de la chanson « Quand je suis seul » a d'ailleurs été écrite par Lulu Gainsbourg, fils de… Un univers qui colle parfaitement au personnage de Marc Lavoine, qui n'avait alors plus qu'à poser ses textes, de sa voix calme et langoureuse. Le résultat est, comme d'habitude, un subtil mélange de séduction et d'émotion, dont deux des plus beaux fruits son deux duos : « Lentement » avec sa fille Yasmine et « La grande amour » avec Valérie Lemercier.

Partager
Tags: people
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !