L’imaginarium du Docteur Parnassus

Le délirium de Terry Gilliam

Réalisé par Terry Gilliam, « L'imaginarium du Docteur Parnassus » marque la dernière apparition au cinéma de Heath Ledger.

« Brazil », c'était lui. « L'armée des 12 singes » avec Bruce Willis, aussi. Plus récemment, « Les frères Grimm » et « Tideland », c'était encore lui. Mais ces deux dernières œuvres resteront plus « anecdotiques ». Lui, c'est bien sûr Terry Gilliam, réalisateur aussi génial que barré, ex membre des Monthy Pythons de son état.


Un film marqué par la mort de Heath Ledger
Ce 11 novembre 2009, c'est avec « L'imaginarium du Docteur Parnassus » que Terry Gilliam revient au cinéma. Ce film, dévoilé au dernier festival de Cannes, devrait en tout cas marquer les esprits bien plus que les derniers réalisés par le cinéaste américain. Et cela à cause d'un nom : Heath Ledger. Ce film marquera effectivement la dernière apparition du comédien, décédé pendant le tournage à l'âge de 28 ans.


Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrell, trois en un
Tragique en elle-même, cette disparition aura eu d'importes conséquences sur la génèse du film. Ainsi, le personnage initialement campé par Heath Ledger dans « L'imaginarium du Docteur Parnassus » est également campé par Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrell. Un élément qui, loin de perdre le spectateur, donne une dimension supplémentaire au film de Terry Gilliam.

Pas de doute. « L'imaginarium du Docteur Parnassus » est bel et bien un film de Terry Gilliam. Un (très) bon film de Terry Gilliam. Celui-ci raconte l'histoire du Docteur Parnassus – on s'en serait douté – et de sa troupe, qui voyagent dans leur roulotte d’un autre temps. Ce personnage, qui a le pouvoir de projeter les gens dans leur propre imaginaire, se retrouve face à un cruel dilemme : suite à un pari gagné contre le diable, Parnassus (Christopher Plummer, parfait) devint eternel, mais par amour pour une femme, il demanda la jeunesse en échange de son immortalité. Un souhait exaucé par le diable (Tom Waits, cynique à souhait), à condition que le jour de ses seize ans, le premier des enfants de Parnassus à naitre lui appartienne…


Course contre la montre
L'histoire de « L'imaginarium du Docteur Parnassus » se déroule donc quelques heures avant l'anniversaire de Valentina, la fille du docteur, portée à l'écran par la sublime Lily Cole. Mais le diable propose un ultime pari au docteur, afin de lui permettre de sauver sa fille. Dans cette course contre la montre, Parnassus, aidé par Percy (Verne Troyer, Minimoi, dans « Austin Powers »), Anton (Andrew Garfield), fait la rencontre de Tony (Heath Ledger et ses trois « co-interprètes »). Une rencontre qui bouleversera toute l'histoire.

Terry Gilliam résume « L'imaginarium du Docteur Parnassus » assez simplement, avec deux grandes thématiques principales : « Ce film est un condensé de ce que j'ai déjà fait et de ce que je voulais faire dans ma carrière. Il pose aussi la question du choix. Des choix que nous devons faire chaque jour. »
« Starbuck's, c'est le mal. Il faut le détruire »
Dans le film, les personnages qui traversent le miroir et se retrouvent dans l'imaginarium se retrouvent en effet confrontés à un choix – le Bien ou le Mal – qui aura des conséquences sur le reste de leur vie. Pour Terry Gilliam, « tout ceci représente parfaitement notre société actuelle ». Ce que le cinéaste illustre par une drôle de métaphore : « Quand vous voulez un café, chez Starbuck's, vous avez un million de possibilités. Et vous, ça vous énerve, parce que vous ne voulez qu'un simple café. Les gens détestent être face à de multiples choix. Starbuck's, c'est le mal. Il faut le détruire ! »


« Non, je ne regrette rien »
Dans sa carrière, Terry Gilliam a pourtant dû en faire, des choix. Comme celui d'interrompre le tournage de « Don Quichotte » après une tempête de sable et la blessure de son acteur Jean Rochefort. Mais aussi comme celui de poursuivre le tournage de « L'imaginarium du Docteur Parnassus » après le décès de Heath Ledger. Tous ces choix, Terry Gilliam les assume. Pour le meilleur et pour le pire. Et de conclure en fredonnant, en français dans le texte : « Non, je ne regrette rien. » Ce qui est une bonne chose, car il aurait été très dommage de passer à côté d'un grand film comme « L'imaginarium du Docteur Parnassus ».

« L'imaginarium du Docteur Parnassus » de Terry Gilliam
Avec Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law, Colin Farrell, Christopher Plummer, Verne Troyer, Lily Cole…
Sortie le 11 novembre 2009

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !