Virginie Efira, de la TV aux tables de poker

La belle blonde fait sauter la banque

L’animatrice et comédienne Virginie Efira a découvert le Texas Hold’em sur le tard, en 2007, à l’occasion d’une émission de télévision. Pourtant, elle a fait une entrée fracassante dans le milieu en remportant déjà deux tournois et en résistant longuement lors de la dernière finale du Partouche Poker Tour, au casino Palm Beach de Cannes. Elle a confié ses impressions à nos partenaires de Madeinpoker.com.

Dans quelles circonstances particulières avez-vous découvert le poker ?

J’ai toujours aimé les jeux. Enfant, avec mon père, il y avait une véritable tradition du jeu. Tous les soirs, on faisait une partie d’échecs. Il nous arrivait aussi de jouer au poker menteur. Puis, en arrivant à Paris, j’ai découvert la frénésie autour de ce jeu, sans toutefois y participer. C’est en 2007, au cours du « Tournoi des As », émission diffusée sur Paris Première, que j’ai chopé le virus. C’était la première fois que je jouais au Texas Hold’em No limit. J’ai immédiatement été séduite par la simplicité avec laquelle on pouvait rentrer dans ce jeu mais aussi par la complexité qu’il représentait au final.
 
Comment êtes vous passée du stade de débutante à celui de joueuse confirmée ?

J’ai énormément appris en jouant et en échangeant avec les professionnels que je côtoie régulièrement. Ma participation au tournoi Partouche, à Cannes, avec l’équipe de Poker 770, m’a fait énormément progresser. Deux jours entiers à évoluer entourée des meilleurs joueurs de la discipline ; ça vous fait forcement avancer ! Mais, à cause de mon métier et de mes nombreux tournages, je reste parfois un certain temps sans pratiquer et c’est dans ces moments particuliers que je suis plus faible.
Quels sont vos meilleurs souvenirs à une table ?
Il y en a deux. Ma victoire au tournoi mensuel des célébrités organisé à l’Aviation Club de France et, dernièrement, ma participation à l’étape finale du Partouche Poker Tour, à Cannes. Je suis très fière car j’ai résisté assez longtemps et j’ai terminé à la 176ème place (sur plus de 500 participants). Je suis sortie la tête haute après presque vingt heures de jeu  ! J’ai perdu avec une paire de dames contre les rois. C’était une expérience géniale, très excitante et absolument éprouvante. Aujourd'hui, quelle est la place du poker dans votre vie et quelle sont vos ambitions en la matière ?

Je joue davantage donc je progresse plus. J’ai envie de donner une excellente image de ma team donc j’essaye de toujours jouer mon meilleur poker même si c’est loin d’être évident…
Au poker, comme dans la vie, je ne me fixe jamais d’objectif trop précis. Je n’aime pas ça ! J’évite ainsi de me mettre toute seule une pression inutile. Ce qui m’intéresse, pour le moment, c’est de ne pas faire du sur place et d’améliorer mon niveau de jeu grâce à mes participations aux tournois.
 
On voit de plus en plus de people se mettre au poker. Selon vous, est-ce un phénomène de mode ?

Le poker est plus qu’un phénomène de mode, il touche toutes les couches de la société. Les personnalités du sport, du cinéma ou des médias n’y échappent pas. Je vois en effet de plus en plus de people autour de moi se mettre au poker avec plus ou moins de succès. Depuis un certain temps, il y a un fort engouement général qui se tassera certainement un peu mais qui ne disparaitra jamais je crois.
 
Et comment êtes-vous perçue par vos adversaires et par les joueurs pro ?

Je ne sais pas comment je suis perçue. Lors de ce fameux tournoi, je sais que les autres joueurs à ma table étaient extrêmement respectueux et que mon image à table devait être bonne. Concernant les joueurs pro, je ne peux pas répondre car nous ne sommes pas dans la même catégorie. Mais attendez dans 15 ans !Quel regard portez-vous sur l'explosion du Hold’em No Limit et sur sa médiatisation ?

Sur le plan médiatique, je comprends assez bien l’explosion du Hold’em. La simplicité apparente du jeu fait que chacun peut s’y mettre rapidement. Et une fois qu’on s’y est mis, on se rend compte qu’on ne sait rien. C’est très excitant aussi. Après, il y a une forme de glamour lié à l’univers de ce jeu. La nuit, l’argent, les rencontres, le sexe … Il y a une tension dramatique permanente. Un suspense de chaque instant. C’est très cinématographique. Un jeu d’argent fascine aussi par le danger et les risques qu’il représente. C'est étroitement lié à notre époque. Le rapport à l’argent est très particulier aujourd’hui. Moi qui suis mordue de tournois, je ne me sens pas l’âme d’une véritable joueuse dans le sens « casino » du terme. Quand je joue avec des amis ou en famille, on perd ou on gagne, mais presque rien. J’ai toujours évité les tables où le pouvoir d’achat devient le principal argument du jeu.
 
Enfin, pensez-vous que le poker pourrait avoir sa place en prime time d’une chaine de télévision nationale ?

Non, je ne pense pas qu’une émission de poker parvienne à réellement trouver sa place en prime d’une chaine nationale. Pourquoi pas sur une chaine publique tant qu’on y est ! Les horaires tardifs correspondent mieux à l’univers de ce jeu et au public qui s’y intéresse. Actuellement, la meilleure émission française est pour moi celle de Canal Plus . J’ai d’ailleurs eu la chance d’y participer une fois en compagnie de Patrick Bruel. On m’avait également proposé d’y revenir régulièrement. J’ai décliné l’offre car je pense ne pas avoir encore le niveau pour être vraiment pertinente. Et en plus, je préfère mille fois jouer que commenter. Je laisse donc ça aux autres…

Pascal Tribo – Madeinpoker.com


 Expert du Poker ? Retrouvez toute l'actu sur Madeinpoker.com

Partager