Des graffeurs détournent des croix gammées nazies sur les murs de Berlin

A Berlin, des croix gammées recouvrent encore parfois les murs de la ville. Heureusement, des street-artistes savent comment détourner ces odieux symboles.

Projet PaintBack à Berlin : art et humour contre le racisme

Des graffeurs berlinois ont décidé d'utiliser leurs talents artistiques contre le racisme. Ils recouvrent les croix gammées peintes sur les murs de la ville par des dessins humoristiques et inoffensifs.

"Les moustiques, ça nous énerve, tout comme les fascistes"

Depuis quelques années, plusieurs murs de Berlin sont recouverts d'un triste symbole, la Croix Gammée. Des artistes de rue ont décidé de réagir et de les transformer en dessins joyeux.

Le cinéma est un art qui a le pouvoir de nous transporter dans des mondes différents, de nous faire ressentir une gamme d'émotions et de nous faire réfléchir à des questions profondes. Depuis l'a...Lire la suite

Ibo Omari, l'un des graffeurs à l'origine du projet PaintBack explique ces actions en disant simplement : "Les moustiques, ça nous énerve, tout comme les fascistes". Il insiste aussi sur le fait qu'il ne veut pas que les touristes venant découvrir la capitale allemande voient ce symbole. Et Ibo Omari de préciser que les actes de son collectifs sont légaux et autorisés.

Un graffiti pour recouvrir une croix gammée

La croix gammée transformée en message de tolérance

Choisissant l'art comme arme, les street-artistes du projet PaintBack recouvrent les symboles nazis par des dessins qui donnent le sourire aux habitants.

Des dessins représentant un cube, des moustiques, un hibou, des épées entrecroisées ou une petite fille joyeuse sont venus recouvrir ces symboles racistes. Les passants peuvent cependant repérer la Croix Gammée dans ces œuvres. En effet, les graffeurs ont utilisé et suivi les lignes du symbole déjà présentes.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Quoi qu'il en soit, ce groupe démontre qu'un dessin virulent et haineux peut, avec quelques bombes de peintures, un peu d'imagination et du talent, devenir une image inoffensive. On peut y interpréter une lutte contre la xénophobie, un message invitant à la tolérance et au changement. Eh oui, c'est aussi ça, le street-art !