Episode #1 : The I-Land (Netflix)

Une ile mystérieuse, des naufragés suspicieux, la nouvelle série de Netflix ne vous rappelle rien ?

Avecla rubrique « Episode #1 », nous vous proposons dedécouvrir une série après avoir visionné son 1er épisodeuniquement. Des spoilers sont possibles, mais les suppositions irontaussi bon train !

En2004 débarquait sur les écrans la série Lost qui allait marquerles esprits, et pour certains devenir une série « culte ».En 2019 une troupe de scénaristes aventuriers se lancent dans lacréation d’une histoire où des naufragés amnésiques doiventcohabiter sur une ile hostile. Le parallèle est évident, l’idéeforcément casse-gueule, mais on ne sait jamais, sur un malentendu ilpeut quand même y avoir une bonne surprise.

L’île est vilaine

Nousvoici donc en présence d’une jeune femme se réveillantparfaitement maquillée sur un banc de sable fin, avec un coquillageà portée de main. Comme le ferait tout un chacun, elle soufflededans pour s’en servir de corne de brume. A proximité d’elle,une autre naufragée à l’air sombre arrive, et la menace en moinsd’une minute avec un couteau. Puis vient un troisième personnageindiquant que d’autres naufragés sont sur la plage. Effectivement,presque côte à côte se trouvent tous ces gens, 10 au total. S’ensuit une sorte de réunion donnant lieu à la première engueulade etoù une femme va découvrir que nos amnésiques ont leurs noms brodéssur l’étiquette de leurs chemises, comme des sous-vêtements de(vieux) enfants.

Une terre fertile aux navets

Enmoins de 5 minutes, la série met en place tout ce qui fait le seld’un gros nanar : mauvaises répliques, des acteurs bienpropres surjouant à fond, et des incohérences à tout va. Lalogique est oubliée si elle permet de faciliter la vie desscénaristes. Et en situations de danger, les protagonistes ont desréactions que l’on n’oserait montrer dans un hypothétique « LesMarseillais à Koh-Lanta ». On cherche des vivres ? C’estl’occasion parfaite pour lancer une histoire de c*l ! Ontrouve un objet ? On le jette. On doit s’organiser ? Toutle monde fait bronzette et va se baigner. Et bien sûr, un requin sepointe.

Pourtout dire, j’aime les bons nanars, ça peut être amusant. Mais TheI-Land n’est même pas drôle, c’est juste une accumulation deponcifs, sans rythme, avec des répliques plates et acteurs plusperdus dans leurs dialogues qu’ils ne le sont sur leur île. Lefinal de l’épisode est épique avec la découverte d’un panneauindicateur dont finalement tout le monde se fout, parce que allerbronzer ce n’est pas plus mal.

Vite, la fin !

A-t-onenvie de voir la suite de la série ? Assurément non !Rien ne tient la route dans ce premier épisode qui donne envie des’enfuir à la nage loin d’ici. Au mieux, on sera curieux deregarder le dernier épisode pour voir si le final est aussi mauvais,ou si dans une lueur d’espoir les choses se sont améliorées.Franchement, je n’y crois pas.

Partager
Alain Daldem

Média, automobile, et gastronomie : trois domaines différents mais qui font mon quotidien. Je reste à l'affût des actualités de ces secteurs. Au plaisir de les partager prochainement avec vous sur masculin.com !