Willy Kiezer
Il y a 2 semaines

Les vieilles vignes bonifient-elles le vin avec l’âge ?

En général, les bouteilles de vin affichent fièrement leurs origines. Leur origine géographique, bien sûr, mais aussi leur provenance de vieilles vignes quand tel est le cas.

Mais qu’entend-on par là en réalité ? Un vin issu de vieilles vignes sera-t-il nécessairement différent ou meilleur qu’un autre ?

Qu’est-ce qu’une vieille vigne ?

Nombreuses sont les informations fournies par l’étiquette d’un vin, surtout en grande surface. Au-delà d’un puissant marketing nous poussant généralement à passer à l’acte, cette étiquette (et la contre-étiquette, celle à l’arrière) est bourrée de renseignements intéressants.

Attention, mention facultative !

Appellation, millésime et nom du domaine : certaines infos sont obligatoires et d’autres plus ou moins indispensables, ouvrant la place à de potentiels (nombreux) abus. C’est le cas de la célèbre mention “vieilles vignes“, souvent inscrite sur les étiquettes des bouteilles que nous achetons.

Eh oui, notre mention du jour est en effet facultative, ce qui suggère donc beaucoup de choses. Tout d’abord, qu’elle n’est pas à l’abri d’être utilisée à de simples fins marketing, à des abus en quelques sortes. Des abus légaux car, en l’absence de législation, le producteur peut en “faire” ce qu’il veut.

Quel âge ont les vieilles vignes ?

Alors, quels sont ces abus ? On peut bien sûr citer l’âge des vignes où sont cultivés les raisins. Parce que, effectivement, il faut s’interroger : à quel âge la vigne est-elle considérée comme étant vieille ? 25 ans, 30 ans ou 50 ans ? Il faut avouer que c’est un flou total !

La mention “vieilles vignes” n’est d’ailleurs pas la seule à partager ce flou.  D’autres sont facultatives et souvent utilisées à mauvais escient : c’est le cas des mentions de type “élevé en fût de chêne” ou “récoltée à la main“, elles aussi facultatives, mais cela sera l’objet d’un prochaine article, promis !

L’absence de législation entraîne forcément un “abus de confiance” car, en effet, le consommateur se dirigera instinctivement vers ces cuvées ornées de ces mentions, pensant faire l’affaire du siècle. Malheureusement, votre bouteille pourrait bien cacher un jus provenant de raisins de vignes d’à peine 25 ans… Posez-vous une question : est-on vraiment vieux à cet âge-là ?

Comment éviter de tomber dans le piège ?

Pour éviter de tomber dans un panneau qui légalement n’en est pas un, le conseil est de ne pas acheter les bouteilles ornant ces mentions facultatives. Cela peut paraitre bête, mais moins d’inscriptions facultatives il y a, mieux cela peut être, surtout en grande surface.

Deuxième et dernier conseil qu’on ne rappellera jamais assez : rendez-vous chez votre caviste indépendant car lui est un véritable professionnel, bien plus savant que les étiquettes des bouteilles de vin !

Faut-il privilégier les vins issus de vieilles vignes ?

Bien qu’il n’y ait pas de législation sur ce qu’est une vieille vigne, beaucoup d’experts s’accordent à dire que, passé 50-60 ans, la vigne sera considérée comme âgée, c’est-à-dire qu’elle est une “vieille vigne”. Et souvent, chez les vignerons indépendants, les meilleures cuvées sont issus de vignes les mieux exposées mais aussi les plus âgées. Mais alors, qu’apportera une vieille vigne au vin ? 

Plus d’arôme et de complexité

Ce qui est sûr et certain, c’est qu’une jeune vigne sera vigoureuse et offrira de la quantité plus que de la qualité. L’inverse sera tout aussi juste, à conditions que le vigneron travaille correctement son vignoble (taille, traitement des sols).

Moins de raisins pour davantage de concentration aromatique et de complexité : voilà ce que nous disent les vignerons sur le terrain.

Toutes les vignes ne sont pas égales devant l’âge

Question cépage, là aussi cela diffère entre les syrah et autre cabernet. Car oui, tous non pas les mêmes qualités aromatiques avec l’âge. Par exemple, le carignan offrira de magnifiques concentrations vers les 50 / 60 ans quand le gamay en offrira dès l’âge de 40.

Finalement et on l’entend de plus en plus aujourd’hui, le problème ne viendrait pas du manque de transparence sur le secteur ? à quand une liste des ingrédients pour découvrir enfin l’ensemble des pratiques œnologiques plus ou moins abusives et obscures de la profession…

Quelques suggestions de dégustation

Vous voulez vous mettre au vin de vieilles vignes ? Essayer un Morgon Vieilles Vignes de Jean-Paul Thévenet, une véritable concentration de fruit et d’intensité.

Ou la syrah Vieilles Vignes du domaine du Clos de la Bonnette en IGP Collines Rhodaniennes.

Enfin, au rayon blanc, pourquoi ne pas découvrir le Bourgogne Hautes Côtes de Nuits du domaine Julien Cruchandeau ?

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé – A consommer avec modération

Willy Kiezer

Je suis un passionné de vin et fondateur de nibuniconnu.fr. J'aime partir à la découverte des terroirs et des pépites de nos régions issus d'une viticulture durable et respectueuse de l'environnement.