Oscars 2021 : Two Distant Strangers et La Sagesse de la Pieuvre, deux lauréats Netflix à découvrir

Alors comme ça, vous trépignez d’impatience à l’approche de votre prochaine soirée télé devant La Servante Écarlate (premiers épisodes de la S4 disponibles sur OCS, NDLR) ou Shadow and Bone (Netflix) ?

Et si ce week-end vous découvriez un autre type de programme ? Disons, un documentaire sur une pieuvre ? Oui, vous avez bien lu. On va bien consacrer cette chronique du vendredi soir à La Sagesse de la Pieuvre, le documentaire animalier primé aux Oscars 2021 et aux BAFTA. Mais avant cela, petit aperçu d’un autre lauréat récompensé dans la catégorie « meilleur court-métrage de fiction » : Two Distant Strangers.

Two Distant Strangers

Two Distant Stranger – Joey Bada$$ (Carter) et Andrew Howard (Merk) Cr. NETFLIX
oscars 2021 Two Distant Strangers netflix

De tous les nominés aux Oscars 2021 reflétant le récent tumulte en Amérique, c’est peut-être le plus pertinent et le plus résonnant. Two Distant Strangers, un récit tordu de 32 minutes, suscite la réflexion dans un schéma façon Un jour sans fin désormais bien usé, pour délivrer un message puissant et une allégorie sur la brutalité policière.

C’est l’histoire de Carter, un dessinateur de BD, qui sort un matin dans la rue pour aller retrouver son chien. Au détour d’un bloc, sans raison véritable, il est brutalement assassiné par la police. Il se retrouve ensuite coincé dans une boucle temporelle, où il est obligé de revivre ce moment, encore et encore.

Carter n’est guère le seul parmi les jeunes hommes afro-américains à avoir à réfléchir soigneusement à ses actions chaque jour pour éviter de se faire tuer. C’est cet effort quotidien incontournable que le réalisateur et co-scénariste Travon Free capture le mieux, et il est tout aussi puissant que les scènes de mort qui s’empilent progressivement. C’est aussi le sentiment qu’en fin de compte, Carter ne peut rien faire pour empêcher cet homme – cet étranger – de vouloir le tuer.

Les personnages sont tous bien dessinés – même le chien qui attend anxieusement à la maison. Le scénario de Free prend en compte une variété de situations qui interpelleront ceux qui prêtent attention à ces histoires dans les journaux, mais elles s’intègrent toutes parfaitement dans l’histoire de Carter, sans gros sabots.

Bien que peut-être un peu lourd et pas aussi ouvertement engageant ou excitant que la fresque de voyage dans le temps produite par Spike Lee sur le thème similaire See You Yesterday (également disponible sur Netflix), Two Distant Strangers constitue sans équivoque un visionnage opportun et stimulant.

La Sagesse de la Pieuvre (The Octopus Teacher)

Tourné dans les eaux au large des côtes sud-africaines, La Sagesse de la Pieuvre raconte la relation qui change la vie d’un homme avec un céphalopode sauvage.

Si vous n’êtes pas un biologiste marin et que vous n’avez pas encore regardé The Octopus Teacher (titre en version originale), il y a de fortes chances que vous n’ayez guère d’intérêt pour les pieuvres, ces céphalopodes à huit bras habitant des océans. Vous pourriez peut-être associer leurs tentacules à des films d’horreur ou à des assiettes d’apéritifs, mais probablement pas à des sujets aussi émouvants que la communication entre espèces ou la repousse d’un membre après une blessure, pour ne citer que deux des tournants indélébiles de ce film documentaire.

oscars 2021 La sagesse de la pieuvre critique-1

Personne ne peut parler pour le personnage principal et narrateur, mais il ne fait aucun doute que pour Craig Foster, le documentariste et plongeur dévoué qui partage le devant de la scène avec le poulpe, il se dessine bien là une histoire d’amour. Son intérêt pour une pieuvre croisée au détour d’une plongée se transforme en une vraie obsession, et le film qui en résulte, des réalisateurs Pippa Ehrlich et James Reed, couvre presque toute sa vie trépidante, soit un an.

La Sagesse de la Pieuvre n’est pas le premier documentaire à nous plonger dans la flore et la faune des océans – un certain nombre de films comme Océans ou Mission Blue l’ont fait de manière magnifique. Mais il est le premier de la sorte à faire la chronique de l’histoire d’une seule créature marine dans une perspective aussi personnelle et ouverte, révélant non seulement des liens émotionnels, mais aussi des comportements animaliers jusque-là inconnus des scientifiques.

Contrairement à un Gunda audacieux cinématographiquement, qui enlève la voix humaine de son récit pour un effet profond, La Sagesse de la pieuvre est très axé sur l’interaction entre les humains et les autres espèces et sur son potentiel positif. Il y a une touche de lien humain-extraterrestre Spielbergien dans l’histoire qu’il raconte, un sentiment d’émerveillement et de mystère renforcé par la partition de Kevin Smuts. Ce n’est jamais édulcoré ou simpliste, mais aussi terriblement surprenant.

oscars 2021 La sagesse de la pieuvre critique

Cette rencontre atypique est très touchante et aborde en trame de fond les thèmes humains de la guérison, de la reconstruction, de la transmission et sonne comme une grande leçon d’humilité. Cette pieuvre, derrière ses impressionnantes tentacules, prête au sourire et aux larmes, à la fascination et au mystère… Mais visuellement, le portrait de cet éco-système est par dessus tout une très belle expérience immersive, riche en surprises et en superbes images. Loin d’être moralisatrice et avec un soupçon de magie, elle nous ramène habilement à notre condition, à notre place au sein d’un grand tout.

Le documentaire d’Ehrlich et Reed est aussi un éminent rappel du peu que nous savons des créatures qui partagent « notre » planète et de ce que nous dessinons comme la hiérarchie des espèces. Vous pourriez penser que vous regardez simplement un autre documentaire animalier jusqu’à ce que, 20 minutes après le début du film, une tentacule se déroule et se tende pour saisir la main de Foster. Tout comme lui, vous pourriez sentir les courants déferler et le petit chamboulement émotionnel qui va avec.

Palmarès Oscars 2021 Netflix :

  • Meilleur film documentaire : My Octopus Teacher
  • Meilleur court-métrage d’animation : If Anything Happens I Love You
  • Meilleur court-métrage de fiction : Two Distant Strangers
  • Meilleure photographie : Mank
  • Meilleurs décors : Mank
  • Meilleure création de costumes : Le Blues de Ma Rainey
  • Meilleurs maquillages et costumes : Le Blues de Ma Rainey

A lire aussi :

Sorties Netflix de mai 2021 : un penchant pour les drames et le suspens

Ces séries Netflix qui nous quittent en 2021