Army of the Dead, un blockbuster de zombies à l’artillerie lourde

Quand il a été annoncé qu’Army of the Dead verrait Zack Snyder renouer avec le sous-genre d’horreur qui a lancé sa carrière, il y avait lieu d’être excité. Mais ce qui commence comme un film de zombie / braquage en plein Las Vegas finit par se transformer en un film d’action sur pilote automatique, ses quelques surprises amusantes mais superficielles étant rapidement emportées au profit de la morosité populaire dans l’ère post-Walking Dead.

À l’extérieur d’un Las Vegas fortifié à la hâte pour y contenir une horde de zombies, une poignée de survivants (dirigés par Dave Bautista avec toute l’expressivité d’une veste pare-balles) envisage de braver les mangeurs de chair pour voler un coffre-fort contenant 200 millions de dollars. Problème, ils n’ont que quelques heures pour récupérer le butin avant qu’une bombe nucléaire n’efface la ville. Le 4 juillet, naturellement.

Pour le meilleur ou pour le pire, Army of the Dead est à l’image de Snyder : déchaîné ; plus encore que dans Justice League. Tout ce que vous aimez ou détestez dans son style de réalisation est pleinement exposé ici, de l’action épique aux plans gore, en passant par des ralentis énormes qui peuvent parfois rendre le film terne et répétitif et par des hommages balourds à d’autres films, Aliens étant le plus évident. Pourtant, quand le film fonctionne, ça fonctionne, surtout quand Snyder fait dans l’humour sombre et impassible.

critique Army of the Dead

Une fois que l’équipage entre à Vegas, Snyder révèle ses influences zombies et les ajouts intelligents qu’il apporte au mythe. Son film est presque un successeur spirituel des films de Romero comme Land of the Dead, et à d’autres moments, il semble également être plus proche d’une adaptation d’I Am Legend. Ici, il y a évidemment des zombies apathiques, mais ils coexistent avec des zombies rapides, ainsi que des « alphas » étrangement évolués, qui ont un aspect bleuâtre et robotique et sont beaucoup plus intelligents que les zombies ordinaires. Et, bien sûr, il y a ce tigre zombie cool vu dans la bande-annonce.

critique army of the dead

Le problème ici, est que le scénario – crédité à Snyder, Joby Harold et Shay Hatten – n’est pas intéressé à explorer l’une des myriades d’implications de l’intrigue au-delà du simple clin d’œil au public pour s’assurer qu’il sait à quel point le film est intelligent. Nous savons que Snyder est un réalisateur désireux de travailler avec le mythe, la religion, la société, et tout est là, jusqu’à un certain point. Il y a un certain regard sur l’immigration, sur Trump (à l’origine de la réplique la plus drôle du film) et sur l’humanité.

L’idée que les zombies aient évolué avec une société, des règles bien à eux et un chef des zombies, est sans doute la meilleure idée du film et une intrigue autrement plus engageante que ce qui se joue en premier plan. Espérons que Netflix, qui a déjà mesuré tout le potentiel à franchise de la besogne avant même sa sortie, suive cette voie dans l’animé et la préquelle déjà tournés, car ici, tout semble être abandonné au profit d’une action pétaradante et d’échanges émotionnels bon marché.

Army of the Dead netflix critique

Army of the Dead de Zack Snyder peut sembler cool en surface, et vous attirer avec des rebondissements potentiellement révolutionnaires dans la tradition zombie, mais il se transforme rapidement en un énième « shoot’em up » de morts-vivants avec des personnages jetables et oubliables. Bien qu’il tente quelques pistes assez fascinantes dans le genre, Army of the Dead finit par s’enliser dans sa propre importance et oublie à quel point il est censé être amusant.

Notre note : ⭐ ⭐ ⭐ ★ ★

A lire aussi :

Qui a tué Sara ? La série mexicaine Netflix vaut-elle le coup ?

Ces séries Netflix qui nous quittent en 2021