Awake sur Netflix, une histoire à dormir debout

Les thrillers apocalyptiques font fureur à Hollywood en ce moment. Mais pour chaque A Quiet Place ou Bird Box qui devient un phénomène culturel inattendu, il y a un film comme The Silence (2019), qui ne parvient pas à fournir la quantité suffisante de frayeurs nécessaires pour que le public ignore les nombreux trous de l’intrigue. Awake, nouveau film Netflix sorti ce mercredi 9 juin, est à ranger plutôt dans la deuxième catégorie.

Pour info : la bande-annonce n’est pas sans quelques spoilers

Awake se déroule dans un monde dévasté par un événement surnaturel inattendu qui empêche l’humanité de dormir. Cette catastrophe est vue à travers les yeux de Jill (Gina Rodriguez), veuve, vétéran et mère en difficulté dont le seul objectif est de protéger ses enfants, dont la jeune Matilda (Ariana Greenblatt), qui est l’une des rares encore capables de s’endormir. Cela fait d’elle une cible de choix pour à peu près tout le monde, certains voulant la sacrifier, d’autres voulant lui ouvrir la tête et découvrir ce qui la rend différente.

Jill et son fils Noah (Lucius Hoyos) vont rencontrer plusieurs embuches sur leur route vers un laboratoire de recherche qui pourrait développer un remède, le tout pendant que leurs facultés mentales déclinent rapidement.

critique-awake-2

Mark Raso, qui a co-écrit la besogne avec son frère Joseph, se concentre sur l’action pure tout au long des 1h30 que dure le film et prend à peine le temps d’installer les personnages (on comprend au bout d’un certain temps que le personnage de Gina Rodriguez est un ancien soldat). Pour cela, il multiplie les enjeux. Non seulement Jill doit combattre des assaillants désespérés comme des zombies privés de sommeil, mais elle doit aussi faire face à sa propre acuité qui se détériore ainsi qu’à celle de son fils et aux hordes de personnes qui veulent que sa fille sauve l’humanité.

L’histoire des frères Raso touche du bout du doigt quelques intrigues engageantes, comme l’expérience traumatisante de Jill en temps de guerre et son retour tumultueux à la vie civile, l’instinct humain envers la violence en temps de crise et l’espoir pour l’avenir d’une jeune génération, sans oublier quelques questionnements autour de la religion et de la science. Sauf qu’aucune de ces idées n’est explorée à sa juste valeur, celles-ci servant uniquement d’argument pour faire avancer l’histoire et la famille vers sa prochaine altercation.

De la même manière, il y a une poignée de moments qui ne fonctionnent pas aussi bien que le drame familial qui se joue au cœur de Awake. Quelques effets spéciaux, notamment, font terriblement « fake », comme le fond de nuit étoilée qui éloigne immédiatement l’esprit du moment émotionnel recherché ou la séquence d’action frénétique finale censée brouiller les frontières entre la réalité et les illusions mais où l’on est plus tenté de rire face au soldat qui shoote dans une pomme de pin, la prenant pour une grenade.

Ce n’est pas qu’il y ait des blagues et des moments humoristiques assumés ici, le ton général étant même mortellement sérieux, souvent à son détriment d’ailleurs, mais c’est une prémisse si intrinsèquement stupide qu’il est difficile de ne pas trouver ces troupes de personnes ivres qui trébuchent un peu drôles. Il y a une courte scène où la famille passe devant un groupe de personnes nues regardant fixement le soleil et ne fait absolument aucun commentaire à ce sujet. Plutôt que de partager le sentiment étrange qu’ils sont censé ressentir, on trouve ça là encore très bizarre et ridicule.

critique awake

Mais même cette bizarrerie ne dure pas. Mis à part un plan final assez marquant, la direction du film est décevante et sans originalité pour un film où tout le monde à part Matilda hallucine vers la fin, l’étendue de son langage visuel étant des caméras tremblantes et un peu de flou. L’écriture ne semble pas non plus évoluer avec ses personnages, ceux-ci s’exprimant toujours en phrases complètes alors qu’ils devraient être complètement incohérents.

Avec autant d’incohérences dans la narration et d’action bizarrement menée, Awake se résume à une expérience de visionnage très inégale, pour ne pas dire involontairement hilarante, vous l’aurez compris. Après tant de films d’horreurs récents illustrant la société déchirée de manière à modifier les sens, cette dernière production Netflix ne peut s’empêcher de ressembler à une parodie exagérée d’un genre qui était déjà ridicule à l’origine.

Notre note : ⭐ ⭐ ★★★

A lire aussi :

Les 20 meilleures séries Netflix en 2021

Actu Netflix Juin 2021 : en route pour l’été !

Ces séries Netflix qui nous quittent en 2021