The Pembroke Murders : un cold case glaçant à voir sur Canal+

La rentrée 2021 s’annonce riche en (très) bonnes séries sur Canal+. Outre la saison 10 d’American Horror Story ou Shadowplay, c’est une création britannique qui risque bien de faire parler d’elle : The Pembroke Murders débarque sur les écrans le 30 août.

Une mini-série de 3 épisodes seulement

Les séries les plus courtes ne seraient-elles pas les meilleures ? A l’image d’Unorthodox (4 épisodes) ou Le Jeu de la Dame (7 épisodes) sur Netflix, les mini-séries que l’on peut binge-watcher en une seule soirée ou un week-end se multiplient. Elles profitent généralement d’un rythme plus soutenu et d’une intrigue sans temps mort, évitant de se disperser dans tous les sens.

C’est précisément ce qui devrait caractériser The Pembroke Murders (The Pembrokeshire Murders en VO), diffusée sur Canal+ à partir du 30 août 2021 après avoir rencontré un grand succès en Grande-Bretagne en janvier sur ITV (plus de 10 millions de téléspectateurs pour chaque épisode).

Derrière ces 3 épisodes de 45 minutes environ se cache en fait de l’adaptation du livre Catching the Bullseye Killer, co-écrit par Jonathan Hill et Steve Wilkins. Ce dernier est d’ailleurs le personnage central de cette histoire vraie, celle d’un commissaire qui décide de rouvrir 2 affaires de meurtres non résolues depuis les années 1980.

Pourquoi regarder The Pembroke Murders ?

Si l’on se réfère au pitch de la série, il y a un peu de True Detective et un peu de Luther dans The Pembroke Murders : il y a pire comme références ! Mais, contrairement à ses deux « consoeurs », la création de Nick Stevens s’inspire de faits réels, partant sur les traces de l’un des serial-killers les plus terrifiants du Pays de Galles.

En 2006, Steve Wilkins, fraîchement promu commissaire, se replonge donc dans l’histoire locale, et notamment deux cold cases, des enquêtes non élucidées dans les années 1980. Grâce aux technologies modernes (notamment en termes de sciences médico-légales et ADN), il parvient à faire le lien entre ces affaires et une série de cambriolages dont l’auteur s’apprête à sortir de prison. Et si cet homme bientôt libéré était en fait un dangereux serial killer ?

Campé par l’excellent Luke Evans, le commissaire Wilkins est un personnage sombre, obstiné et méticuleux. Pas très spectaculaire, certes, mais diablement efficace. L’homme qu’il traque, John Cooper, est lui interprété par Keith Allen (le papa de Lily), un meurtrier tout aussi convaincant. Non, on ne vous spoile rien en disant cela, l’identité du coupable présumé étant révélée dès le tout début de la série.

Plus que sur la culpabilité de ce tueur, The Pembroke Murders nous tient en haleine en répondant à une question fondamentale : comment Wilkins va-t-il réussir à prouver que Cooper est l’auteur des deux meurtres ? Evitant tout sensationnalisme et semblant coller de près à la réalité, Nick Stevens parvient à mettre en scène une histoire glaçante : l’intrigue est bien menée, le casting parfait.

Aussi classique qu’efficace, The Pembroke Murders est assurément l’une des séries à ne pas manquer en cette fin d’été. Sans faire parler d’elle outre mesure, elle pourrait bien être l’une des meilleures de l’année…

The Pembroke Murders, série sur Canal+

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !