L’intrusion sur Netflix : la maison de rêve vire au cauchemar

l'intrusion netflix

Freida Pinto et Logan Marshall-Green interprètent un couple qui vient d’emménager dans la maison de ses rêves. Et s’il y a une chose que l’on a appris ces dernières années à propos des belles demeures dans les thrillers, c’est que ça ne finit jamais bien…Lancé le 22 septembre 2021 sur la plateforme Netflix, L’intrusion fait une belle entrée dans le top 10 français. Mais alors que vaut réellement ce film écrit par Chris Sparling et réalisé par Adam Salky ?

Après avoir surmonté le cancer de Meera (Freida Pinto), le couple Parsons décide de quitter le tourbillon de Boston pour vivre dans une petite ville du Nouveau-Mexique, Corrales. Henry (Logan M-G), architecte accompli, aura dessiné les plans et suivi les travaux de leur maison pendant de longs mois avant qu’ils puissent enfin s’y installer. Malheureusement pour eux, peu de temps après leur emménagement, ils sont victimes de cambriolages.

L’intrusion – Netflix

Au début, ça commence bien. La maison est exceptionnelle, le couple est bien assorti, assez photogénique, avec Meera, d’origine indienne et Henry, caucasien. Dès les premières minutes on sent qu’ils ont vécu des moments difficiles avec la maladie de Meera et qu’ils redoutent une rechute. Néanmoins, ils donnent l’impression de vouloir partir à zéro et de laisser ses instants noirs derrière eux.

Les choses se gâtent avec le vandalisme qu’ils vont subir et elles vont vite s’envenimer. Petit à petit, on découvre un côté mystérieux chez Henri. Ses attitudes mielleuses sont louches, il infantilise de plus en plus Meera, qui est pourtant une femme instruite, étant psychiatre dans un centre pour jeunes. La première heure est ponctuée de rebondissements que l’on trouve bien ficelés… au début !

Plus on avance dans le film et plus l’intuition féminine de Meera se réveille. Malheureusement c’est trop facile… Les indices vont lui tomber entre les mains avec une facilité déconcertante et les dernières vingt minutes sont un enchainement de WTF.

Freida Pinto et Logan Marshall-Green dans L’intrusion – Netflix

Si l’intrigue est intéressante, L’intrusion aurait mérité un script plus précis, surtout sur la fin. On débute avec un cambriolage, puis à mi-chemin on apprend qu’une jeune fille des environs a disparu, ensuite on découvre le lien entre la maison du couple et cette dernière… Bref, en tant que spectateur on comprend vite qu’il n’est pas net le monsieur, et on a surtout envie de savoir comment elle va se défaire de ses griffes.

Ça nous semble tout de même difficile à croire que de tels secrets aient pu être cachés chez un couple marié depuis 12 ans. Il aura fallu tant d’années pour que Meera réalise qu’elle était piégée dans une relation toxique fondée sur la manipulation et la culpabilité (n’oublions pas qu’elle est psychiatre…).

Freida Pinto – Meera – dans L’intrusion – Netflix

En outre, si Logan Marshall-Green est un habitué des rôles vicieux, on trouve que L’instrusion ne rend pas justice à Freida Pinto. Ce rôle d’épouse quelque peu soumise et redevable aurait pu être bousculé. Elle aurait pu, par exemple, faire semblant d’accepter la proposition de son mari de se ranger à ses côtés pour ensuite lui mettre à l’envers. Cela aurait ajouté un peu de dynamisme au personnage.

Bref, selon nous L’intrusion doit être pris comme un petit livre de poche qu’on achète avec de monter dans son avion ou son train, rien de plus. Encore un film qui ne tient pas ses promesses !

Notre note : ⭐ ⭐ ★ ★ ★