Athena sur Netflix : un film français coup de poing

Athena - Netflix

À peine sorti le 23 septembre, le film Athena se hisse à la première position des films les plus regardés en France. Son réalisateur Romain Gavras s’empare de la thématique banlieue avec ce film polémique qui, selon lui, serait une représentation de ce que la France pourrait devenir. Et il s’autorise tout pour faire passer son message.

Au-delà de la violence omniprésente, l’esthétisme et le choix des images racontent ce que les mots ne pourraient expliquer.

Athena en détail

La mort d’un jeune de la cité Athena va déclencher une véritable guerre entre les forces de l’ordre et les jeunes du quartier. Pendant 97 minutes, vous allez suivre la montée en puissance de la violence sur une journée. En parallèle à ce western urbain, on assiste à une véritable tragédie familiale : les trois frères de la victime ne vivent pas la mort de leur cadet de la même manière. Abdel (Dali Benssalah) le soldat revenu du front, Moktar (Ouassini Embarek) le dealer qui voit son business s’effondrer et Karim (Sami Slimane) aveuglé par la vengeance, vont se livrer bataille malgré l’amour fraternel.

Athena – Netflix

Co-écrit et réalisé par Romain Gavras (« Notre jour viendra » et « Le Monde est à toi ») et Ladjly (« Les Misérables »), Athena divise. S’il est plutôt bien accueilli chez nos amis anglophones, il agace beaucoup chez nous, français.

Le film a été tourné en banlieue parisienne, à Évry-Courcouronnes, plus précisément dans le quartier du Parc aux lièvres. Plusieurs dizaines de figurants, dont des habitants du quartier, ont participé au film pendant plus de 8 semaines.

Athena – Netflix

Athena, la polémique

Finalement Athena nous laisse avec beaucoup de questions sans réponses, et prend des raccourcis trop faciles. On ne sait pas vraiment qui sont les méchants et qui sont les gentils, tant les rôles se mélangent tout au long du film. Mais si le scénario n’est pas parfait, les plans séquence et les caméras immersives ajoutent à la dynamique du film qui garde le rythme du début à la fin. La musique, parfaitement choisie, ajoute à l’ambiance du film. L’intensité et la tension sont au rendez-vous, et ce malgré quelques dialogues entre acteurs qui laissent à désirer.

Mais alors qui est véritablement le méchant de l’histoire ? Les jeunes de banlieue, les policiers ou plutôt l’extrême droite… Les dernières images du film nous donnent la réponse, mais est-ce si facile ? Selon nous, mettre tout sur le dos d’un seul coupable n’est pas la bonne réponse. À vous de vous faire votre propre opinion.

Pour conclure, Athena a du budget et ça se sent. Même si l’histoire ne mettra pas tout le monde d’accord (ça reste de la politique, rappelons-le), sa beauté artistique mérite d’être saluée. Petit regret en revanche, il aurait été parfait au cinéma, sur grand écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *