Kaleidoscope : la série Netflix à regarder dans l’ordre que vous voulez !

Une série Netflix qui met en scène un braquage spectaculaire, pour tenter de récupérer le butin du siècle dans une chambre forte. Des personnages hauts en couleur. De la vengeance, de la trahison. Vous pensez à La Casa de Papel ? Raté ! Diffusée depuis le 1er janvier 2023, Kaleidoscope est la première bonne (?) surprise de cette année sur Netflix. Et son intrigue n’est pas la seule de ses particularités…

Une mini-série percutante et très… colorée !

C’est en septembre 2021 que Netflix a annoncé le lancement du projet Jigsaw (soit « puzzle » en français), une mini-série en 8 épisodes confiée à Eric Garcia, le papa de Repo Men, et notamment produite par un certain Ridley Scott. Concept prometteur, casting maousse : tous les ingrédients semblaient réunis pour faire de cette série l’une des plus attendues.

Kaleidoscope sur Netflix

Entre-temps, Jigsaw a été rebaptisée Kaleidoscope, mais la recette n’a pas changé. La série, « librement inspirée de faits réels » nous dit-on, relate l’histoire d’un braquage perpétré au coeur de Manhattan, pendant l’ouragan Sandy. 7 milliards de dollars d’obligations ont ainsi été dérobés par ces voleurs expérimentés, qui n’ont rien laissé au hasard.

C’est d’ailleurs bien ce que nous permet de découvrir la série. Les 8 épisodes de Kaleidoscope s’étendent sur pas moins de 25 ans, afin de relater la genèse complète du braquage. Comment l’équipe s’est-elle formée ? Quel plan a-t-il été mis en place ? Les braqueurs ont-ils réussi leur coup ? Qui sera fidèle à ses coéquipiers jusqu’au bout ? Autant de questions auquel le puzzle doit permettre de répondre, en nous présentant tour à tour les personnages campés par Giancarlo Esposito (le Gus Fring de Breaking Bad, excellent dans le rôle du chef de gang), Rufus Sewell (vu dans Le Maître du Haut Château) ou encore la magnétique Paz Vega.

A lire aussi :
Les 10 meilleures mini-séries que vous devez connaître

Dans quel ordre regarder les épisodes de Kaleidoscope ?

Si le scénario ne brille pas par son originalité, le casting est excellent. Mais ce qui distingue Kaleidoscope des autres séries, c’est sa mise en scène. Ou plutôt la diffusion de ses épisodes, Netflix en ayant fait son argument choc tout au long de la campagne de promo. Les 8 épisodes peuvent donc être regardés dans n’importe quel ordre, à l’exception du dernier, intitulé « Blanc ». Une particularité qui offre pas moins de 5040 combinaisons possibles… et jusqu’à 40 320 combinaisons en intégrant l’épisode blanc.

Plutôt qu’un puzzle, c’est donc un Rubik’s Cube qui s’offre à nous, puisque chaque épisode est associé à une couleur et se déroule à une temporalité différente :

  • Violet : 24 ans avant le braquage
  • Vert : 7 ans avant le braquage
  • Jaune : 6 semaines avant le braquage
  • Orange : 3 semaines avant le braquage
  • Bleu : 5 jours avant le braquage
  • Blanc : le braquage
  • Rouge : le jour après le braquage
  • Rose : 6 mois après le braquage

Sur Twitter, Netflix a publié un post suggérant différents ordres de visionnage selon vos préférences. Pour une « non-linéarité » à la Tarantino, privilégiez par exemple l’enchaînement bleu-vert-jaune-orange-violet-rose-blanc-rouge. Pour une série policière plus traditionnelle, préférez la formule orange-vert-violet-rouge-jaune-bleu-blanc-rose. Commencer par l’épisode blanc, en revanche, n’est pas conseillé…

Notons que l’ordre automatiquement suggéré par Netflix diffère aussi d’un compte à l’autre (comme ce fut le cas pour Love, Death & Robots)…

Dans tous les cas, Kaleidoscope est un divertissement agréable à regarder… à défaut d’être une excellente série. Dommage, car le résultat aurait vraiment pu être très bon si les personnages avaient été un peu moins caricaturaux et si certaines ficelles avaient été un peu moins grosses. Sans parler des éléments déjà vus et revus dans d’autres films et séries comme le fameux « dernier braquage avant de se ranger mais qui a mal tourné »… Netflix a sans doute trop misé sur le concept de son puzzle et sur son casting pour nous livrer cette oeuvre plaisante mais bâclée. Ou bâclée mais plaisante. Dans l’ordre que vous voulez.

Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi d'horlogerie, de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *