Jay-Z et Kanye West : concerts mythiques à Paris

Publié à la rentrée 2011, l'album Watch the Throne, avec son titre explicite (« Regarde le trône ») et sa pochette bling-bling, se voulait une démonstration de la suprématie des deux hommes sur le rap mondial. Il était aussi une célébration de l'ascension fulgurante de ces deux Afro-Américains devenus en quelques années deux des artistes les plus puissants de l'industrie musicale.

Jay-Z, l’exact contraire de Kanye West
Jay-Z, 42 ans, est la personnification du rêve américain. Elevé par sa mère dans les bas-fonds de Brooklyn, ancien délinquant, Shawn Carter (son vrai nom) est aujourd'hui à la tête d'une fortune estimée à 450 millions de dollars par le magazine Forbes.

Réputé pour l'agilité de son flow autant que pour l'audace de ses productions (dans lesquelles il intègre aussi bien du R'n'B, que du rock ou de l'électro-pop), Jay-Z a su s'entourer des plus grands et faire émerger de nouveaux talents.

Soutien influent de Barack Obama, l'époux de Beyoncé est aussi un redoutable homme d'affaires. Dès ses débuts, il a fondé son propre label Roc-a-fella Records, avant de devenir un des rares rappeurs à prendre directement les rênes de l'industrie, en dirigeant le légendaire label Def Jam, une filiale d'Universal.

Sobre et élégant, Jay-Z est donc aussi à bien des égards l'exact contraire de Kanye West.

Docteur West et Mister Kardashian, le « crétin » exubérant
Le rappeur de 34 ans fait régulièrement la Une des magazines et la joie des internautes en raison de son ego surdimensionné, de ses tweets délirants et de sa propension à se ridiculiser en public.

Traité de « crétin » par Barack Obama après avoir causé un scandale aux Grammys Awards, Kanye West aime s'afficher au premier rang des défilés de mode ou aux bras de bimbos – la star de téléréalité américaine Kim Kardashian est la dernière en date.

Mais derrière cette personnalité extravagante se cache un rappeur hors pair qui a façonné le son du rap ces dernières années.
Cet enfant des classes moyennes (son père est photojournaliste, ancien Black Panthers, sa mère prof d'anglais) a fait ses premières armes comme producteur.

Avant de se lancer en solo en 2004, il a forgé de nombreux tubes pour Alicia Keys, Janet Jackson ou encore… Jay-Z, qui l'a propulsé dans la cour des grands.

Le clip de No Church In The Wild réalisé par Romain Gavras
A sa sortie, Watch the Throne a été bien accueilli par la critique, qui a salué le fait que ces deux fortes personnalités soient parvenues à mettre leur ego de côté pour le plaisir de rapper ensemble. Un plaisir que l’on retrouve notamment sur le titre No Church In The Wild, dont le clip (réalisé par le Français Romain Gavras) a été dévoilé cette semaine.

Un plaisir qui, selon la critique, est aussi de mise sur scène depuis le début de la tournée Watch the Throne.
En concert, Jay-Z et Kanye West passent en revue leur album commun, mais aussi quelques-uns des plus grands tubes de leur carrière respective.

Et finissent – comme ce devrait évidemment être le cas à Bercy –, par une longue version de Niggas in Paris (« Négros à Paris »), un des tubes de Watch the Throne, où les deux rappeurs décrivent avec délectation leur vie de nouveaux riches dans la capitale française.

Partager