L’Hypnotiseur : itinéraire d’un film terrifiant

Après Millenium, le nouveau thriller glacial venu de Suède

Dans la veine de Millenium, L'Hypnotiseur, thriller suédois best-seller adapté à l'écran par Lasse Hallström, explore les méandres du subconscient, au fil d'une intrigue aux rebondissements terrifiants, qui met en scène le massacre de toute une famille.

L’adaptation d’un roman

En salles le 8 mai, le film est tiré du roman éponyme, L'Hypnotiseur (Actes Sud, 2010), signé Lars Kepler, pseudonyme d'un couple d'écrivains, Alexander et Alexandra Ahndoril (Lars, en souvenir de Stieg Larsson, l'auteur de Millenium, Kepler, en hommage à l'astronome allemand de la Renaissance). Ce duo de maîtres du suspense vient de publier « Incurables », chez le même éditeur.

Un récit particulièrement violent

Reposant sur la psychologie complexe des personnages, incarnés à l'écran avec justesse et émotion, L'Hypnotiseur est un récit noir et particulièrement violent qui tient en haleine le spectateur.

Une famille est retrouvée sauvagement assassinée dans la banlieue de Stockholm. Un peu plus tôt, le père a été tué dans un gymnase. Le fils aîné, Josef (Jonatan Bökman), laissé pour mort, devient le seul témoin de la boucherie.

Dans le coma, Josef ne peut être interrogé par l'inspecteur Joona Linna (Tobias Zilliacus), chargé de l'enquête. Pour tenter d'élucider le crime, Joona fait appel à Erik Maria Bank (Mikael Persbrandt), un hypnotiseur qui ne devait plus jamais utiliser ses dons après un échec traumatisant. Erik accepte finalement d'entrer en contact avec l'adolescent et s'aventure dans l'exploration du subconscient du jeune garçon.

Des clips d’Abba au thriller

« J'ai toujours voulu réaliser un thriller, mais je n'en ai pas eu l'occasion aux États-Unis. J'ai plutôt signé jusqu'ici des oeuvres intimistes », explique le cinéaste suédois qui a vécu les 40 premières années de sa vie à Stockholm, dont il fait le cadre inquiétant de l'intrigue.

Après avoir travaillé pour la télévision suédoise et réalisé la plupart des clips du groupe Abba, Lasse Hallström s'est imposé auprès du grand public grâce à Ma vie de chien, en 1988, qui lui a ouvert les portes d'Hollywood.

Auteur notamment de Amour et mensonges en 1995, L'oeuvre de Dieu, la part du Diable en 2000, ou Des saumons dans le désert en 2012, il vient de réaliser Safe Heaven et The Danish Girl, avec Nicole Kidman et Rachel Weisz.

Partager