Musique : sélection octobre 2008

Du rock, de l’électro et du R’n’B

Vous avez raté les dernières sorties musicales de la rentrée ? Pas de panique. Masculin.com, en partenariat avec Zikéo, vous fait faire un petit tour d’horizon des artistes à écouter cet automne. Retrouvez Queen et Paul Rodgers pour les rockeurs, Tryo pour les amoureux de la scène française, Ladyhawke pour les accros d’électro et la sublime Zaho pour les irréductibles du R'n'B.

Sommaire:

Queen et Paul Rodgers
« The cosmos rocks »
Tryo
« Ce que l’on sème »
Ladyhawke
« Ladyhawke »
Zaho
« Dima »

Cet article a été réalisé par notre partenaire ZikéoQueen et Paul Rodgers créent l'événement avec la sortie de The Cosmos Rocks, premier album du groupe depuis « Made In Heaven » en novembre 1995.

En 1967, le guitariste Brian May fonde avec le batteur Roger Taylor le groupe Smile. Trois ans plus tard, Freddie Mercury, est engagé comme chanteur et renomme le groupe Queen. Pour le répertoire, Mercury et May concocte des chansons qui allient la puissance métallique de Led Zeppelin aux envolées lyriques les plus délirantes et déliquescentes. Malheureusement, le 24 novembre 1991, vingt quatre heures après avoir annoncé publiquement sa séropositivité, Mercury décède. Les fans sont sous le choc !

Du Queen sans audace
Fin 2004, Paul Rodgers, l'une des plus grandes voix du blues-rock britannique, ex leader des groupes Free et Bad Company, est officiellement annoncé comme le nouveau chanteur du groupe Queen par Brian May. Amis de longue date, ils entament une tournée mondiale dès le mois de mars 2005 qui donnera naissance trois ans plus tard au nouvel opus de Queen « The Cosmos Rocks » sans le bassiste John Deacon. Cela fait-il un bon album pour autant ? La réponse est non ! Sans Mercury, fini le Glam-rock et l'élégance des mélodies du passé. Finies aussi les audaces qui faisaient de Queen un groupe haut perché. Le groupe Queen tel que nous l'avons connu est bel et bien mort…

A voir aussi :
Queen et
Paul
Rodgers
Tryo Ladyhawke Zaho

Sorti en septembre dernier, le quatrième album studio de Tryo, « Ce que l'on sème », prouve que le groupe s'est épanoui en s'ouvrant au monde, tout en restant fidèle à ses valeurs originelles d'engagement et de convivialité.

Autant le dire tout de suite : Tryo, ça n'a jamais été ma tasse de thé. Rien à leur reprocher sur leur comportement. Ils sont restés très accessibles, sans prise de tête. Mais leur musique, comment dire ? Ce n'était vraiment pas ça pour moi. Et puis, je me suis retrouvée avec leur nouvel album « Ce que l'on sème ». Je me dis : « Allez, essayons ! On ne vit qu'une fois après tout ! ». Je mets le CD dans mon lecteur et c'est parti. Je tombe sur une chanson, intitulée « Toi et moi ». Et là, c'est la révélation ! J'avoue tout. Je craque, je tombe sous le charme de ceux qui nous chantaient « L'hymne de nos campagnes ». Pourquoi, me demanderez-vous ? Parce que, ce que j'aime, c'est la simplicité des mots mais la profondeur de leur signification. « Toi et moi » est à la fois une histoire d'amour mais aussi un constat sur notre vie : la guerre dans le monde, l'écologie, la solidarité… Ce que le groupe a semé, c'est de la bonne musique avec des textes engagés et réalistes. Il serait donc normal que le groupe récolte les louanges de son public traditionnel, mais aussi des plus sceptiques comme je le fus.

A voir aussi :
Queen et
Paul
Rodgers
Tryo Ladyhawke Zaho

Passionnée par les chats et les jeux vidéos, un brin déjantée, ancien membre du groupe rock Two Lane Blacktop et de PNAU, Ladyhawke vient de sortir son premier album solo. De l'électro-pop sucrée sous forme de bonbon double effet, un cœur de bonnes mélodies derrière un enrobage d'années 80.

Elle a 26 ans, s'appelle Philippa Pip Brown et est née en Nouvelle Zélande, d'un père jazz-man et d'une mère chanteuse. C'est donc presque par héritage génétique que Ladyhawke se met à la musique dès son plus jeune âge. Mais un esprit anti-conformiste déjà latent lui fait opter pour la batterie à 11 ans. Une fille derrière les fûts à un âge où l'on coiffe la crinière de « Mon Petit Poney », ce n'est pas banal. Mais Ladyhawke n'est pas banale. La preuve, elle est atteinte du syndrome d'Asperger, sorte d'autisme léger qu'on pourrait résumer en extrême timidité. Une pathologie qu'elle a décidé de combattre par la musique. Merci docteur.

Un premier album réussi
Et il est vrai que ce premier album de Ladyhawke pourrait presque être prescrit sur ordonnance, tant le côté « madeleine de Proust » de ses douze pilules électro-pop ont un effet positif sur le moral. Essayez, par exemple, « Paris Is Burning », et vous voilà revenu au temps de Chaka Kahn. Goûtez à Back of the Van et vous aurez l'impression d'entendre Kim Wilde. « Dusk Till Dawn » vous fera plonger, dès la première gorgée, dans l'euro-dance italienne de Valérie Dore.  Ladyhawke flirte avec le kitsch sans sombrer dans la parodie, évite l'excès de douceur et la répétition grâce à des mélodies efficaces et des arrangements très rock et actuels. Au final, un album simple mais pas banal qui s'écoute avec une aisance qui force le respect.

A voir aussi :
Queen et
Paul
Rodgers
Tryo Ladyhawke Zaho

Depuis sa naissance en Algérie où elle a vécu jusqu'à l'âge de dix huit ans, Zaho a pu mesurer la difficulté d'avoir des rêves et une sensibilité artistique.

Il y a, chez la belle Zaho, quelque chose d’attirant. J'avais réellement envie d'écouter ce qu'elle avait à offrir, après son single, devenu incontournable en quelques semaines, « C'est chelou ». Déjà, ce titre traînait dans mon esprit après l'avoir écouté une fois. Les rythmiques, la musicalité mais avant tout les paroles… On sent derrière un vrai travail d'auteur.  On comprend vite que cette jeune femme, née en Algérie il y a 28 ans, a grandi en écoutant une diversité de styles de musique, comme Francis Cabrel, Idir (référence en Kabylie) ou encore Tracy Chapman. Elle n'en oublie pas ses racines arabes, avec des paroles dans sa langue natale, et cela est très louable. Son opus est un mix de toutes ces influences, entre pop, rap et soul, et permet à Zaho de se démarquer d'une scène R'n'B trop aseptisée. Seule fausse note pour nous petits Frenchies, qui pouvions se targuer d'apporter quelque chose de neuf, Zaho est Canadienne…

Cet article a été réalisé par notre partenaire Zikéo

A voir aussi :
Queen et
Paul
Rodgers
Tryo Ladyhawke Zaho
Partager