Top 10 des banderoles de supporters les plus osées

Quand les supporters de foot se lâchent… pour le meilleur et pour le pire

Grossier, vulgaire, choquant, scandaleux, mais drôle. Le message est clairement résumé en couverture de L’Art et la Bannière, petit recueil publié aux éditions Lajouanie qui rassemble le « meilleur » des banderoles de supporters de football. Le meilleur et parfois le pire, les deux étant toujours très proches. Pour Olivier Villepreux, l’un des deux auteurs de ce livre, ce guide des bonnes bannières révèle une réalité sociale qui pourrait permettre de (ré)écrire une histoire populaire du football. Attention, il va y avoir du sport !

1- Bastiais, remettez vos cagoules, vous êtes moches !

Le match Nice-Bastia de 2012 (score final 2-2) n’a pas désigné de vainqueur. Mais, dans les tribunes, les supporters niçois ont su manier humour et politique à leur manière, avec cette allusion aux militants indépendantistes corses.

2- L’OL, c’est comme le beaujolais. C’est commercial
et dégueulasse

Le derby entre l’Olympique Lyonnais et l’AS Saint-Etienne est un rendez-vous à ne pas manquer en région Rhône-Alpes. Il exacerbe toutes les rancœurs et les rivalités entre Lyon la bourgeoise et Saint-Etienne l’ouvrière. Chaque année, les supporters font travailler leur imagination pour trouver de nouvelles punchlines mémorables. Outre cette allusion au beaujolais, on retiendra cette autre banderole d’un goût nettement plus douteux : « Les gones inventaient le cinéma quand vos pères crevaient dans les mines. » Ambiance !

3- Pape Diouf, tes initiales te vont si bien !

Les Lyonnais savent décidément y faire avec les banderoles qui peuvent créer la polémique. Cette bannière de 2008 a d’ailleurs provoqué un tollé au sein de la communauté homosexuelle. Etonnant, non ?

4- Dégage ta putain de caméra de ma banderole

La taille, ça ne fait pas tout. Ici, un seul homme a brandi une petite pancarte. Et pourtant, celle-ci a fait le tour de l’Europe sur les écrans TV. Il faut croire que ce supporter britannique avait bien compris comment faire le buzz.
Pour la petite histoire, le match concerné était la finale de la coupe d’Angleterre, remportée par Arsenal aux dépens de Manchester United (3-2).

5- Perpère, mes couilles sur ton nez, ça te fera des Ray-Ban

Parfois, on se demande où les supporters vont puiser leur inspiration… C’est notamment le cas de ces fans du PSG auprès desquels le président Laurent Perpère n’a jamais trouvé beaucoup de soutien au début des années 2000.

6- Aujourd’hui, c’est moi qui vous applaudit. Merci pour tout.
Baggio

Les supporters français n’ont pas le monopoloe des banderoles inclassables. A la fin de la saison 2003-2004, la star italienne Roberto Baggio raccroche les crampons alors qu’il porte le maillot de Brescia. Pour sa dernière apparition, il déploie cette banderole avec ses coéquipiers pour l’exhiber aux supporters du club.

7- Vous êtes plus affreux que Camilla

On reste en Italie avec cette banderole des supporters de la Juventus de Turin, adressée à Camilla Parker Bowles, la deuxième femme du Prince Charles, lors d’un quart-de-finale de la Ligue des Champions opposant les Turinois à Liverpool. Au-delà de l’allusion au physique plus ou moins agréable de Camilla, cette pique rappelle aussi le drame du Heysel, en 1985, quand 39 personnes ont trouvé la mort suite à une charge des hooligans anglais.

8- T’es comme le i de nancéien. Tu sers à rien

Il n’y a pas que le derby Lyon – Saint-Etienne qui peut mettre le feu aux poudres. Cela vaut aussi pour l’opposition entre Metz et Nancy. Lors de la saison 2002-2003, en Ligue 2, les supporters messins ont su faire preuve de subtilité pour tacler leurs voisins nancéens. Enfin, nancéiens.

9- Fabriquer du savon, c’est bien. S’en servir, c’est mieux

En France, le « classique » PSG-OM est un sommet chaque saison. Et le spectacle est aussi présent en tribunes. A cette banderole des supporters parisiens, leurs homologues marseillais opposent un pamphlet tout aussi « poétique » : Ici c’est gris, ici ça pue, ici c’est Paris.

10- Nou la épi zot

Evidemment, lorsque l’on ne parle pas un mot de créole, cela ne signifie pas grand-chose. Mais cette banderole permet de terminer sur une note plus positive et de démontrer que les supporters savent aussi faire preuve de bon goût.
En français, « Nou la épi zot » signifie « On est avec vous ». Cette banderole a été déployée le 17 août 2005 lors d’un match amical entre la France et la Côte d’Ivoire. Elle fait suite à une catastrophe aérienne survenue au Venezuela la veille du match, et qui a fait 152 victimes, presque toutes martiniquaises.

L'art et la Bannière. Quand nos chers supporters se lâchent
Olivier Villepreux et Jac Lelièvre
Editions Lajouanie
9,95 euros

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !