Street-art : le parcours étonnant de Mr Thoms

Un street-artiste qui ne laisse personne indifférent

Cet artiste italien, spécialiste du street-art, surprend, choque parfois, mais il ne laisse personne indifférent. Ses fresques murales originales lui ont permis de gagner la faveur du public sur le web et en dehors de celui-ci.

Un artiste polyvalent

Diego della Posta, qui signe sous le pseudonyme Mister Thoms, aime s'exprimer sur les murs, les façades, les grands espaces. Avant de s'adonner au street-art, il a été libre penseur, sculpteur, designer graphique, décorateur, concepteur de bandes dessinées, directeur de cinéma et illustrateur.

Diego della Posta n'a pourtant que 35 ans ! Les couleurs vives qu'il emploie, ses thèmes d'actualité, et ses personnages en 3D aux proportions fantaisistes donnent à l'ensemble de son œuvre un style artistique explosif, toujours pimenté d'humour.

Les influences dans son œuvre

On peut deviner, dans l'œuvre de Mr Thoms, une influence surréaliste ; par ailleurs, il s'intéresse depuis près de vingt ans à l'illustration et au street-art. Tout peut lui servir ! Par exemple, le concept de sa fresque intitulée Hair Cut lui est venu de l'idée qu'un personnage a vraiment besoin d'une bonne coupe chez un coiffeur ; Nerd Power lui a été inspirée par les fenêtres d'une maison, qui sont devenues les verres carrés d'un "nerd" ahuri.

Quant à son œuvre la plus récente, Like a Vision, réalisée sur un édifice de Ferentino (Italie), elle parodie le comportement des internautes accrocs aux "likes" (J'aime) des grands réseaux sociaux.

Pour admirer toutes les œuvres de Mister Thoms, rendez-vous sur son site (www.thoms.it) ou sur sa page Facebook.

Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Qu'il dénonce la mode de la 3D ou l'addiction à Facebook, Mr Thoms propose des œuvres de street-art qui font toujours mouche... et qui ne imposent.
Partager