Pour un entrainement plus intense, il faut pédaler en arrière

Quand le rétropédalage a du bon

--- Le ---

Pédaler en sens inverse pourrait permettre un entraînement plus intense. Cela stimulerait en effet vos muscles d'une façon inhabituelle... mais positive.

Pour un entrainement plus intense, il faut pédaler en arrière
© iStock - VILevi ©
RelaxNews

À la salle de sport, le mouvement vers l'arrière pourrait aider les sportifs à aller de l'avant, du moins en ce qui concerne leurs performances cyclistes. C'est ce que suggère une étude récente publiée par le Conseil américain sur le sport (American Council on Exercise).

Selon l'équipe de chercheurs, pédaler en sens inverse sur un vélo stationnaire peut être bénéfique, puisque ça stimule autrement les muscles, de la même manière qu'il est recommandé aux marathoniens d'incorporer quelques sprints dans leurs séances d'entraînement.

Le déroulement de l'étude

Pour leur étude, les chercheurs ont choisi le Cascade CMXRT, un vélo stationnaire en position allongée, pour son ergonomie qui se rapproche de celle d'un vélo ordinaire. Ils ont ensuite recruté 16 volontaires en bonne santé (8 hommes et 8 femmes) pour deux expériences.

La première visait à comparer le pédalage en sens inverse et le pédalage normal en termes d'effets sur la fréquence cardiaque (FC), la consommation d'oxygène (VO2) et le nombre de calories brûlées.

Une fois familiarisés avec le modèle de vélo choisi pour l'expérience et un temps de repos, les participants ont effectué six intervalles de cinq minutes au niveau submaximal – ce qui signifie que la fréquence cardiaque ne dépasse 85 % du seuil maximum recommandé.

Les participants ont pédalé vers l'avant pour la moitié de ces intervalles, et en sens inverse pour les autres. Un repos de deux minutes était accordé entre les intervalles dans le même sens. L'équipe de recherche a surveillé en continu la FC et le VO2.

La moitié des volontaires a pédalé d'abord en sens classique avant de renverser le sens après une pause de 10 minutes ; l'autre moitié a fait l'inverse.

Le même format a été adopté pour la deuxième expérience, sauf que, cette fois-ci, le but était d'évaluer le rapport entre la direction du pédalage et les différents muscles sollicités. Pour cela, les chercheurs ont connecté les volontaires à des machines d'électromyographie (EMG).

Plus de calories brûlées

Le pédalage en sens inverse était associé à une FC nettement plus élévée (8 battements de plus par minute en moyenne). De même, le VO2 et les calories brûlées étaient plus élevés pendant le pédalage en sens inverse.

Des quadriceps plus actifs

Quant aux données de l'EMG, elles ont démontré une activation considérablement plus importante des quadriceps lors du pédalage en sens inverse (+17,5 %). Aucune différence n'a été observée dans les autres muscles étudiés (mollets, fessiers et muscles de l'arrière des cuisses).

L'étude est disponible à la lecture ici (en anglais).


Le vélo stationnaire CMXRT de la marque Cascade a été choisi pour une étude sur le pédalage en sens inverse.

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS