Les bienfaits de l’ostéopathie

Cette médecine manuelle qui vous veut du bien

A l’heure des médecines alternatives, l’ostéopathie apparaît comme une pratique de plus en plus répandue, utilisée et appréciée par les patients, hommes, femmes, et même nourrissons. Constituée d’un ensemble de manipulations sur l’ensemble du corps, l’ostéopathie et tout particulièrement conseillée pour les affections douloureuses du squelette et notamment les problèmes de dos. Mais l’ostéopathie n’est pas la solution à tout : tour d’horizon des différents champs d’application de cette technique qui vous veut du bien.


Ostéopathie : définition
L’ostéopathie est une pratique médicale exclusivement manuelle qui permet, à l’aide de manipulations, d’identifier différents troubles pouvant agir sur l’état de santé et de corriger ces dysfonctionnements afin de rétablir un équilibre. Le but de l’ostéopathie est de restituer l'harmonie dans le système musculosquelettique et dans chacun des autres systèmes.

Tout d’abord, sachez que l’ostéopathie peut agir à titre préventif ou curatif. Son champ d’action s’applique aux affections douloureuses du squelette, des viscères, des articulations, des muscles…

Attention, même si les résultats après une séance d’ostéopathie sont parfois étonnants, notamment sur les douleurs dorsales, cette pratique ne soigne pas tous les maux : elle ne peut, par exemple, agir sur des maladies dégénératives (cancer, sclérose en plaques), les maladies génétiques, les infections et les fractures.

Les principales indications de l’ostéopathie :
–    mal de dos ;
–    douleurs articulaires ;
–    tendinites ;
–    syndrome du canal carpien ;
–    troubles circulatoires ;
–    états dépressifs, stress, anxiété.
Un homme averti en vaut deux
Le bien-être a un prix. Etant donné que l’ostéopathie n’est pas une pratique anodine, mais une vraie manipulation à visée thérapeutique, certains effets secondaires peuvent se faire ressentir : aggravation des symptômes, problèmes de comportement, hypersensibilité, vertiges et céphalées, fatigue…
Généralement, ces symptômes ne persistent pas plus de 24h. Dans le cas contraire, consultez un médecin.

Partager