La Rédac' Masculin
Il y a 2 mois

Dry January : un mois sans alcool pour votre santé ?

Boire de l’alcool régulièrement n’est pas aussi anodin qu’on pourrait le penser. C’est pour cette raison qu’à chaque mois de janvier depuis 2013, des milliers de personnes à travers le monde décident d’arrêter de boire pendant 4 semaines. On appelle cela le Dry January.

Meilleur contrôle sur sa consommation d’alcool, modification du rapport à l’ivresse, les effets à long terme sont significatifs sur les participants. Alors, si vous participiez vous aussi ?

Le “janvier sec”, ça vient d’où ?

La première édition du Dry January a eu lieu en 2013. Un premier succès qui a permis au concept de s’exporter dans d’autres pays et de prendre de plus en plus d’ampleur.

En 2019, c’est ainsi 23% de la population adulte des USA qui a tenté l’expérience. En France, le premier “janvier sec” s’est officiellement tenu l’année dernière. Soutenu par de nombreuses associations (France Assos Santé), le mouvement a été un relatif succès médiatique, mais n’a pas été suivi par les pouvoirs publics. En effet, en France, la consommation de vin est culturelle et est un enjeu économique, surtout en période de crise sociale.

Mais au-delà de toutes ces considérations politiques et sanitaires, le Dry January présente-t-il vraiment des bienfaits visibles, et surtout, sont-ils ponctuels ou profitables sur la durée ? Passer un mois sans alcool (au moins) est-il la meilleure bonne résolution à prendre pour démarrer l’année ?

Pourquoi devriez-vous tenter le Dry January ?

Avant même de parler des bienfaits concrets du Dry January, le principe même de décider d’arrêter de consommer de l’alcool pendant un mois peut agir comme un révélateur. Car si pour certains l’expérience semble un jeu d’enfant, il n’est pas sûr que tout le monde arrive jusqu’au bout de l’aventure.

Des bienfaits à court terme

En 2015, une étude a été menée par Richard de Visser de l’Université du Sussex. Il a interrogé 857 personnes ayant participé au Dry January de cette année-là. Les participants n’avaient pas tous tenu un mois entier, mais ils ont, pour la plupart, expérimenté les mêmes effets :

Ces effets ont été constatés par un premier bilan, un mois après le Dry January. Bien qu’ils nécessitent de plus amples recherches (effet placebo ?), ils n’en restent pas moins positifs pour la santé des participants.

Des bienfaits à long terme

Après ce premier bilan, un rendez-vous a été donné 6 mois plus tard aux personnes testées. Ce second entretien a permis de remettre en cause l’idée d’un “effet rebond“.

En effet, au lieu de reprendre la même consommation d’alcool qu’auparavant, ou même, de “fêter” la fin du Dry January en augmentant leur consommation, les personnes interrogées l’ont réduite.

On a d’ailleurs remarqué un phénomène similaire chez les hommes et les femmes qui arrêtent de boire pendant la grossesse de madame. Vous voyez, les bonnes raisons ne manquent pas pour essayer de diminuer sa consommation d’alcool !

Comment participer au Dry January ?

Alors, vous avez envie de tenter l’aventure du Dry January 2021 ? Même si vous pensez maîtriser votre consommation d’alcool, cette expérience peut vous permettre de modifier votre rapport à la fête et à la sociabilisation et de, pourquoi pas, vous ouvrir d’autres horizons.

Dans tous les cas, relever le défi du mois de janvier est un bon moyen de tester votre volonté. Si vous voulez vous inscrire et vous lancer de manière officielle, inscrivez-vous ici.

N’hésitez pas à motiver votre entourage, vos amis, votre famille pour maximiser vos chances de réussite ! “Se priver” d’alcool n’est pas forcément une chose facile, mais cela se passe nettement mieux quand on peut partager l’expérience à plusieurs !