Joanie
Il y a 1 semaine

Le syndrome de l’imposteur chez l’homme

Ne vous méprenez pas, le syndrome de l’imposteur n’a pas grand chose à voir avec la définition du mot imposteur : “personne qui abuse de la confiance d’autrui par des mensonges, en usurpant une qualité” (Dictionnaire Le Robert). Il concerne des personnes qui réussissent dans la vie, mais qui n’arrivent pas à s’en attribuer le mérite. Elles ont la sensation de ne pas être légitime dans leur domaine de compétences et de tromper leur entourage. Mais surtout, elles vivent dans la peur que tout s’arrête du jour au lendemain.

Phénomène récent, le syndrome de l’imposteur fait son apparition dans les années 70 et tend à toucher de plus en plus de monde. Selon le psychologue Nicolas Sarrasin, plus la société s’individualise, plus l’esprit de compétition sera fort, entraînant ainsi plus de comparaison aux autres. Alors, comment composer au quotidien avec ce mal moderne ?

Comment le syndrome de l’imposteur se manifeste-t-il ?

Mauvaise estime de soi, peur de l’échec, dévalorisation, culpabilité de réussite, besoin de reconnaissance… autant de symptômes qui caractérisent ce mal qui prend de plus en plus de place dans notre société.

L’ “imposteur” va attribuer sa réussite à des éléments extérieurs : chance, relations, circonstances exceptionnelles, etc. En aucun cas il ne lui viendra à l’idée que c’est grâce à son travail et son mérite que vient le succès. Il s’imagine duper son entourage (collègues, famille, amis, supérieurs…) et être sur le point d’être démasqué.

Voici les comportements qui le caractérise :

  • Fournir un travail acharné : l’imposteur va redoubler d’effort par crainte qu’on découvre qu’il n’est pas si bon qu’il en a l’air. Il va se fixer un niveau d’exigence élevé et remettra systématiquement en doute ses compétences.
  • Se cacher derrière un masque : il ne va pas montrer ses véritables sentiments ou opinions, il va chercher à dire ce qu’il pense que les autres veulent entendre. Il aura tendance à fuir les situations où il serait au centre de l’attention.
  • Banaliser ses accomplissementsça ne m’a pas demandé un gros effort”, “ce n’était pas si difficile”.
  • Cacher le peu de confiance en lui qu’il a et faire preuve d’une modestie décuplée. Parfois, il va aller jusqu’à se saboter lui-même par des “actes manqués” tels qu’un retard, une absence, un travail non rendu, etc).

Comment le syndrome de l’imposteur s’exprime chez les hommes ?

Bien que les femmes soient plus touchées que les hommes par ce syndrome, il arrive que ces messieurs le subissent. On peut expliquer cette différence par le fait que les femmes sont plus souvent impactées d’une présomption d’incompétence. Néanmoins, la tendance est en train de s’équilibrer… Des études montrent que, sous la pression, les hommes seraient davantage marqués. La société s’attend à un certain niveau de compétence chez un homme, ce qui augmenterait le besoin de performance.

Par ailleurs, le syndrome de l’imposteur concerne n’importe quelle catégorie socio-professionnelle, que l’on soit salarié ou à son compte. D’ailleurs, on parle aussi de “syndrome de l’autodidacte” car il touche notamment des personnes peu ou pas diplômées.

De plus, il ne s’arrête pas au domaine professionnel, la vie privée aussi peut en pâtir (famille, apparence physique). Ce glissement vers la vie privée affecte de plus en plus les hommes qui cherchent à prendre davantage de responsabilités dans la vie de famille.

syndrome de l'imposteur

Peut-on guérir de ce syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur n’est ni une maladie, ni une pathologie. Il n’existe donc pas de traitement à proprement parler. Chacun va devoir s’en sortir par lui-même, avec parfois la nécessité d’aller consulter un professionnel afin de l’aider, surtout lorsque la situation devient ingérable.

Les séances de “coaching” fonctionnent bien sur ce syndrome car elles vont vous mettre en situation et vous donner des pistes pour aller mieux. Et si les troubles anxieux deviennent trop importants, une psychothérapie comportementale peut être bénéfique. Et pourquoi ne pas se laisser tenter par la méditation pour faire redescendre son niveau d’angoisse ?

La guérison dépend aussi de l’origine du syndrome : est-ce juste une conséquence de la pression de la société ou est-ce plus profond, en lien avec l’enfance ? Les professionnels ont mis en lumière que les personnes élevées par des parents qui ne les acceptent pas comme elles sont seraient plus touchées par ce syndrome. Elles auraient développé l’impression qu’on ne peut être aimé que si l’on est parfait.

Le but reste le même : se défaire du regard des autres et travailler sa culpabilité. L’imposteur est son propre tyran, il doit en quelque sorte s’affranchir d’une partie de lui-même. Il va devoir se libérer de la pression qu’il se met, que ce soit dans sa vie professionnelle ou personnelle, car cela peut avoir un impact néfaste sur son entourage. En effet, il peut inconsciemment devenir exigeant avec ses proches, devenant ainsi difficile à supporter.

Un peu de lecture pour vous aider :

– Croyez en vous ! Libérez-vous du syndrome de l’imposteur du Dr Jessamy Hibberd, disponible chez Amazon ou la Fnac

– Chassez le naturel…: Le syndrome de l’imposteur revient au galop de Faustine Godin, disponible sur Amazon

– Le syndrome de l’imposteur de Claire Le Men, disponible chez la Fnac ou sur Amazon