Cultiver des légumes dans l'espace, un grand défi de la NASA

Une expérience cruciale pour la vie des astronautes...

--- Le ---

Se nourrir et avoir des nutriments essentiels au corps humain dans l'espace, les explorateurs de la prochaine génération devront y faire face.

Cultiver des légumes dans l'espace, un grand défi de la NASA
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Ce n’est pas très évident de jardiner dans l’espace. Le manque de gravité ajouté à l’eau qui ne s’écoule pas, les conditions sont un peu rudes. En plus, les plantes ne bénéficieront pas d’une lumière naturelle. Et le vent, lui est quasiment inexistant. Mais ce ne sont pas ces conditions draconiennes qui feront reculer la NASA. Aidée par une grande poignée d’étudiants, cette expérience s’avère être cruciale pour la vie des astronautes.

La nécessité de réaliser un jardinage dans l’espace

Faire pousser des plantes dans l’espace n’est pas du tout une chose facile. Cependant, pour se nourrir et avoir des nutriments essentiels au corps humain, les explorateurs de la prochaine génération devront y faire face. En effet, au fil du temps certains éléments nutritifs disparaissent des produits lyophilisés tels que les vitamines C et K.

 

Une fois que le corps humain en est privé, le risque de développer des infections s’accroît. D’autant plus que ce manque favorise l’apparition de maladies cardiaques, mais aussi de différents cancers. Cela contribue aussi à une mauvaise coagulation du sang.

 

La sélection des plantes pour l’espace

Il a été sélectionné à peu près 106 variétés de plantes qui pourraient être cultivées dans les conditions de l’espace, y compris la laitue et le chou rustique. Cette sélection n’a pas été simple. En effet, selon le directeur du Jardin botanique tropical de Fairchild en Floride, Carl Lewis : « Il existe des dizaines de milliers de plantes alimentaires sur terre et il n’est pas facile de choisir celles qui seront les meilleures pour la production alimentaire destinée aux astronautes ».

 

Dans cette optique, plus de 15 000 élèves venant de 150 établissements scolaires ont participé à cette expérience. En reconstruisant les conditions de vie de ces plantes dans l’espace, ces élèves prêtent main-forte à la NASA depuis à peu près deux ans. Financé d’une subvention de 1,24 million de dollars, il leur reste encore deux années supplémentaires afin de mener à bien ce projet.

Des conditions de vie sévères pour ces plantes

La nécessité de travailler avec ces étudiants réside dans le fait que les plantes se développeront dans un environnement assez rude. Il se peut que l’humidité soit trop élevée ou que les plantes soient délaissées pendant les vacances scolaires. Cependant, c’est tout à fait ce à quoi s’attend la spécialiste de botanique à la NASA, Gioia Massa, qui explique que « Si une plante réagit bien avec toutes ces variations, il est probable que cette plante réagisse bien dans l’espace ».

 

De même qu’à bord de la Station spatiale internationale (ISS), la température est de 20 °C. Un fort niveau d’humidité combiné avec un niveau dominant de dioxyde de carbone s’ajoute à ces conditions. Aussi, ces explorateurs de l’espace peuvent dorénavant se réjouir du premier succès de l’expérience. En effet, le premier caisson qui a été lancé en 2014 a vu naître une année après la première salade qui a poussé dans l’espace. Une expérience encore longue pour ces jardiniers extraterrestres puisque d’autres variétés vont suivre, telles que la tomate ou encore le mini-chou chinois.

 

Thèmes connexes : espace alimentation
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES