La Rédac' Masculin
Il y a 11 ans

Attention aux faux antivirus !

Vers le milieu des années 1990, lors de la démocratisation de l’informatique et des PC, les antivirus étaient omniprésents. Norton régnait alors en maître et la plupart des ordinateurs étaient livrés avec un logiciel antivirus adéquat. Depuis quelques années, on parle bizarrement de moins en moins des anti-virus.

Ne pas se fier aux apparences
Notamment parce que les logiciels Open Source tel Avast ont l’avantage d’être performants ET gratuits. Pourtant, les virus informatiques sont toujours aussi présents. Ils sont même plus malins, plus pernicieux. D’ailleurs, les faux anti-virus se multiplient. De façon très intelligente, ils prennent des noms comme Smart Virus Eliminator, Fast AntiVirus 2009, WinAntiVirus Pro… Des noms qui se veulent « rassurants », mais qui cachent un moyen de voler les coordonnées bancaires de la personne visée.

Les logiciels de la peur
Ces logiciels, justement baptisés « scareware », misent tout sur la « politique de la peur », en faisant croire à leur victime qu’elles sont infectées par un virus. Dès lors, l’utilisateur est invité à procéder à une analyse de son système. Une analyse qui aboutit à la véritable infection de la machine. Car, quand celle-ci est terminée, le logiciel installé préconise à la victime d’acheter la version complète de l’anti-virus, le tout en dévoilant ses coordonnées bancaires, bien sûr !

Comment se protéger ?
Comme souvent, de telles pratiques visent avant tout les personnes pas forcément familières du monde de l’informatique, et qui se laissent donc plus facilement prendre au piège.
Dans tous les cas, il est heureusement possible de se prémunir des attaques de « scareware ». Il suffit pour cela de régulièrement mettre à jour son navigateur internet, de désactiver le contenu actif du navigateur (Javascript, ActiveX…) et surtout de ne jamais accepter une analyse en ligne de votre système. De (vraies) solutions de sécurité intégrant un filtre http peuvent aussi être installées sur l’ordinateur. Finalement, le meilleur à conseil à donner est toujours le même : sur le net, il faut savoir se montrer prudent… sans sombrer dans la parano.