3 weeks ago

[TEST & AVIS] BenQ ScreenBar Plus : bien plus qu’une lampe de bureau

Youtubeurs, influenceurs, gamers et autres télétravailleurs, vous êtes nombreux à faire face à un écran de longues heures chaque jour sans disposer d’un environnement de travail confortable et approprié. On parle bien sûr de l’assise, de la posture et du matériel informatique mais aussi d’un autre équipement qui passe très souvent au second plan : l’éclairage.

Parfois insuffisant, encombrant ou carrément gênant, l’éclairage sur un bureau est une source insoupçonnée de fatigue. C’est sur la base de ce constat que BenQ a conçu la ScreenBar Plus, une barre LED qui vient se fixer au-dessus de l’écran. Est-ce pour autant la lampe de bureau idéale ? C’est ce que nous allons voir à travers ce test.

test screenbar plus : mon avis

BenQ, une marque réputée pour le confort visuel

Marque spécialisée dans les écrans professionnels à destination des arts graphiques notamment, BenQ est réputé pour soigner la qualité et le confort visuel de ses produits.

Le fabricant chinois est arrivé en France en 2004 sur 2 marchés : les vidéoprojecteurs et les moniteurs. C’est en 2014 qu’il prend position en matière de santé oculaire avec une gamme complète d’écrans Eye-care, sans-scintillements et à faible lumière bleue et conserve son positionnement de leader du secteur depuis.

On connait moins BenQ pour ses accessoires et éclairages. Pourtant, la marque conçoit des lampes destinées à nos bureaux, à nos écrans et même à nos pianos.

La famille ScreenBar

A côté des lampes de bureau traditionnelles et de sa PianoLight donc, BenQ propose une lampe de bureau pour écran de PC, aussi appelée lampe de lecture “e-Reading”, la ScreenBar.

BenQ a décliné sa gamme de ScreenBar en trois produits :

  • BenQ ScreenBar : la version classique
  • BenQ ScreenBar Lite : la version pour ordinateur portable
  • BenQ ScreenBar Plus (celle testée ici) : la version avec un contrôleur déporté.

Voici les caractéristiques principales de la ScreenBar Plus :

UtilisationTravail face à un écran et espace de travail
RéglageVia un contrôleur déporté
Éclairement (Lux/hauteur)500 Lux / 45 cm
Température de couleur (Kelvin)2700K – 6500K
Couverture de lumière (500 Lux)74 cm x 35 cm

La version classique BenQ ScreenBar est noire et les réglages se font via des boutons tactiles directement sur la lampe. Pour la version BenQ ScreenBar Lite, le format est réduit, la hauteur passe à 30 cm et les réglages se font via les boutons tactiles ou l’application SmartLite.

Découverte de la BenQ ScreenBar Plus

test screenbar plus : mon avis

Installation et prise en main de la ScreenBar Plus

Comme d’habitude chez BenQ, le packaging est irréprochable. A l’intérieur, on a trois objets, la lampe, son support pour la poser sur l’écran et le boitier de commandes avec les câbles.

test screenbar plus : mon avis

Le montage est vraiment très simple. On clipse la lampe dans le support lesté, une encoche est là pour guider le positionnement ; on place la lampe sur l’écran comme on le souhaite, pas forcément au centre, et le contrepoids fait son travail pour maintenir la lampe dans sa position, tout en évitant tout point de compression. Il ne reste plus qu’à relier et brancher la lampe.

test screenbar plus : mon avis

Pour raccorder et alimenter la ScreenBar, BenQ fournit un câble plat en Y de 1,50 m de long. Ce câble part du boîtier de commandes pour connecter d’un côté la lampe via micro USB et de l’autre l’alimentation via USB. C’est bien pratique pour le câble management, il n’y a qu’un seul câble à gérer et nul besoin de passer sous le bureau à la recherche d’une prise secteur. Il suffira que la puissance de sortie USB soit de 5 V et fournisse au moins 1 A pour que la lampe fonctionne.

Une fois la lampe en place, on peut facilement l’ajuster en jouant sur le contrepoids pour éloigner l’éclairage de l’écran ou le rapprocher. Un “jeu” dans le support permet aussi d’orienter le faisceau sur une inclinaison de 20 degrés une fois le pied en place.

Et n’ayez crainte, un coup de plumeau un peu brutal ou quelques vibrations ne la feront pas chavirer. La pince est lestée et un patin assure un appui stable sur l’arrière de l’écran. Vous êtes maintenant prêt à travailler !

Design : la lampe et le contrôleur en détail

Admirons un peu l’objet à présent. La lampe prend, comme son nom l’indique, la forme d’une barre arrondie de 45 cm de long sur environ 9 cm de diamètre. Elle est conçue en alliage d’aluminium et tout dans sa conception ou dans l’ajustement des pièces respire la durabilité. Ça semble solide et bien en place.

test screenbar plus : mon avis

BenQ a soigné chaque détail. Le métal gris qui entoure la lampe est rappelé autour du contrôleur, les plastiques utilisés sont de qualité et le contrôleur est assis sur un épais patin et lesté lui aussi pour bien rester en place. Le fabricant va même pousser le détail jusqu’à décliner un design circulaire (façon disque vinyle) sur l’arrière de la pince et sur le bouton principal du contrôleur.

Dans l’ensemble, c’est propre et épuré, des détails de la lampe aux commandes, et la lampe devrait s’accommoder avec tous les setups, même les plus minimalistes. Bon, on ne va pas aller jusqu’à dire qu’elle passe inaperçu une fois installée, mais on l’oublie vite.

Plus personnellement, je ne suis pas une grande fan de ce gris métallisé. Le noir de la ScreenBar classique aurait joué davantage l’uniformité avec les bandes noires de mon écran d’iMac, mais le style est là et le résultat est plutôt seyant malgré tout. En plus, on y voit moins la poussière… Et pour les fan d’Apple, sachez que le gris de la ScreenBar fait grandement penser au gris sidéral de la marque à la pomme.

Utilisation de la ScreenBar Plus : un jeu d’enfant

Allumer une lampe, tout le monde sait le faire. Il suffit d’appuyer sur un interrupteur et le tour est joué. Ici, BenQ a souhaité apporter un peu plus d’options, mais sans complexifier la chose pour autant. Tout se passe à partir du contrôleur, ce gros cadran rond surmonté d’un bouton central. Ce dernier agit à la fois de sélecteur par pression pour allumer et éteindre la lampe et de variateur rotatif pour choisir le degré de luminosité et la température de la lumière.

test screenbar plus : mon avis

De chaque côté du bouton principal, on a deux autres petits boutons et deux LEDS de position. Le bouton de gauche permet d’activer ou non la variation de lumière automatique et celui de droite de basculer entre le réglage de la luminosité et de la température. C’est très intuitif. Des voyants LEDS discrets permettent d’identifier le réglage sélectionné et la surface du contrôleur est inclinée vers l’utilisateur pour rendre toutes les commandes visibles.

Vous pouvez choisir suivant 15 niveaux de luminosité et 8 préréglages de température de couleur, allant du chaud (2700 kelvin) au froid (6500 kelvin), histoire d’adapter l’éclairage à votre environnement de travail et vos besoins.

test screenbar plus : mon avis

A savoir que le mode automatique (luminosité dynamique) sélectionne par défaut une température autour de 4000 kelvin (plutôt neutre) et que cela remet à zéro vos réglages perso déterminés en “mode manuel”. A l’inverse, si vous choisissez vous-même la luminosité et la température, la lampe conserve les réglages pour la prochaine utilisation. Pratique.

La ScreenPad Plus et l’argument santé

Outre sa conception discrète qui désencombre le bureau, la ScreenBar Plus dispose d’autres arguments en faveur du confort et de la santé de vos yeux. Sans aucun doute, la meilleure chose à propos de cette lampe, c’est le fait qu’elle éclaire votre bureau sans provoquer de reflets dans l’écran. Fixée la haut, elle projette un faisceau à la verticale le long de l’écran et vers l’avant pour éclairer une surface utile de 74 cm par 35 cm de 500 lux.

test screenbar plus : mon avis

Petit point technique qui n’est surement pas inutile : le lux est une unité d’éclairement qui mesure la quantité de lumière qui atteint effectivement une surface éclairée (la surface de travail ici). 500 lux, c’est l’éclairement idéal pour travailler et distinguer très correctement son espace de travail d’après les normes européennes.

En d’autres termes, BenQ a tenu compte de la position haute de la barre pour fournir l’éclairement idéal pour travailler efficacement. L’aplomb de la lampe assure aussi un éclairage sans ombres, autres perturbatrices sous-estimés dans notre confort visuel.

test screenbar plus : mon avis

Le manque de lumière est un autre facteur de fatigue oculaire. C’est pourquoi BenQ a doté sa ScreenBar Plus d’un mode “variation automatique” qui va s’adapter à la luminosité environnante et fournir le juste niveau d’éclairement afin d’éviter un déséquilibre entre les sources de lumière.

D’autres facteurs comme le scintillement ou la lumière bleue peuvent poser problème et là encore, BenQ a préparé le terrain. La ScreenBar Plus répond aux normes IEEE PAR1789 pour la régulation du scintillement et est certifiée IEC/TR 62 778 pour l’absence de risque lié à la lumière bleue.

Avec une moyenne de 5,7 heures par jour passées derrière nos écrans, BenQ tient là de solides arguments pour prendre soin de nos yeux.

Verdict : Mon avis sur la BenQ ScreenBar Plus

Après un mois d’utilisation quasi-quotidienne, la lampe ScreenBar Plus a su se rendre indispensable dans ma journée de travail. Pour situer un peu le contexte, j’utilisais avant de la recevoir une simple lampe de bureau sur pied avec abat-jour et ampoule plutôt faible, d’où le bénéfice ressenti en changeant pour la barre BenQ.

Concernant l’argument anti-fatigue, difficile de statuer. Sans vrai recul, ni réelle gêne ressentie en temps normal, je peux simplement dire que l’éclairage est puissant, l’absence de reflet dans l’écran brillant de l’iMac est agréable et je n’ai eu aucun problème à travailler avec. A cet instant, le bénéfice que j’en tire tient plus du confort lié à l’ergonomie, à la puissance de la lampe et à sa position haute, ce qui est déjà pas mal.

Le style de la lampe est discret, sa manipulation très simple et la personnalisation de l’éclairage vraiment avantageux.

Moi qui suis vite éblouie et gênée par la lumière forte, j’ai apprécié la possibilité de baisser la luminosité de la lampe tout en conservant une parfaite visibilité de mon espace de travail. Et j’ai bien pris soin de désactiver la luminosité automatique de mon écran d’iMac qui me jouait des tours à chaque mise en route de la barre, mais fermons la parenthèse. Et puis la place gagnée sur le bureau est un plus.

En gros, je ne me verrais pas repasser à une lampe de bureau traditionnelle. Quant à savoir si je me la serais achetée si je ne l’avais pas reçue dans le cadre de ce test, la réponse est oui. Peut être pas dans l’immédiat, mais c’était la suite logique dans une démarche d’optimisation de mon espace de travail.

Avec la ScreenBar Plus, on achète du confort et du design. Il faut en être conscient afin de prendre toute la mesure de son tarif de 129 euros, loin d’être négligeable. Elle n’est évidemment pas destinée à tout le monde mais pour quiconque passant plusieurs heures devant son écran chaque jour, elle apporte un grand confort difficile à estimer avant d’y avoir gouté. Et puis pour ceux qui ne veulent pas s’encombrer d’un contrôleur sur leur bureau, la ScreenBar standard (noire) est proposée 30 euros moins chère, à 99 euros pour les mêmes fonctions.

Enfin, concernant la durabilité de la lampe, BenQ annonce une durée de vie de 50 000 h pour sa barre à LEDS (non remplaçables). Si l’on estime que vous utilisez la lampe 8 h par jour, 5 jours par semaine toute l’année, vous devriez être tranquille pour 20 ans.

✅ Commandes déportées❌ Prix élevé
✅ Réglage automatique ou manuel❌ Difficile d’adapter une webcam
✅ Qualité de fabrication❌ Pas d’adaptateur secteur
✅ Minimaliste : libère de l’espace sur le bureau
✅ Conception ergonomique

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error