Test Yeedi Vac Station, l’aspirateur robot autonome par définition

De plus en plus perfectionnés et proposés à des prix toujours plus compétitifs, les aspirateurs robot n’en finissent pas de bousculer les barrières pour conquérir leur public. Yeedi et son nouveau Vac Station en est surement l’un des exemples les plus probants. Intelligent, efficace, plutôt coquet et discret, avec une fonction serpillère qui plus est, il embarque surtout une station de vidange pour la poussière qui lui permet d’être parfaitement autonome un mois durant, le tout pour un tarif qui reste sous les 500 euros. Est-ce pour autant l’aspirateur robot pas cher ultime ? Place au test du Yeedi Max et de sa Vac Station.

Présentation du Yeedi Vac Station

Le robot, entouré de blanc et de détails noirs, mesure 34.5 cm de diamètre pour 7.4 cm de haut seulement et affiche un poids de 4.7 kg. La hauteur contenue s’explique par l’absence de LiDAR, petite tourelle qui surplombe certains robots aspirateurs pour permettre la cartographie comme en est pourvu par exemple l’Ecovacs Deebot T9+ que nous avons testé.

Yeedi a fait le choix d’équiper son appareil de la technologie Visuel SLAM c’est à dire qu’il embarque une caméra, non destinée à filmer, mais qui va effectuer des cartographies du plafond pour se repérer dans l’espace. Elle ajoute différents capteurs répartis tout autour du robot dont 6 capteurs de vide servant également à assurer des déplacements précis.

Du fait de sa conception 2-en-1 (aspirateur et serpillère), le bac à poussière (430 ml) est disposé au centre du robot avec un accès par le dessus. Son emplacement assez pratique pour la vidange n’aura que peu d’utilité ici puisque le robot vide lui-même la poussière de son bac dans la station, mais nous y reviendrons plus tard. Ouvrir le capot sur le robot nous permet aussi de découvrir un outil de nettoyage pour la brosse ainsi que les boutons de marche/arrêt et d’association au Wifi.

Passons sous le robot à présent où l’on constate une configuration classique à base d’une petite brosse rotative à trois brins et d’une brosse principale en caoutchouc. Trois roues dont deux crantées lui assurent des déplacements fluides et le bac à eau qui alimente la serpillère est placé sur l’arrière.

Installation et prise en main

Après ce premier contact où nous nous n’en attendions pas tant, il faut bien le reconnaitre, il est temps de passer à la configuration. Comme avec tout objet connecté, la première étape consiste à télécharger l’application iOS / Android. Ensuite, il suffit de se laisser guider pour choisir la langue, créer un compte, connecter le robot à son réseau WiFi (uniquement 2,4 GHz) puis enfin, positionner le QR code qui s’affiche sur son smartphone au dessus de la caméra du robot.

yeedi vac station test

Quelques secondes d’attente et le Yeedi Vac Station annonce (en anglais par défaut, mais il est possible de basculer en français par la suite) que tout est terminé et prêt à l’action. Enfin, après une ultime étape, une mise à jour firmware – comme souvent – sera nécessaire.

A l’image du look de l’aspirateur, l’application est réussie avec un design moderne et aéré. Elle permet de mettre en action le robot mais aussi de personnaliser ses principaux paramètres : langue et volume des messages audio, puissance d’aspiration, créer des programmes de nettoyage récurrents en fonction des jours et heures de la semaine. C’est aussi un moyen de voir l’historique des derniers passages ou de personnaliser les préférences de nettoyage.

La station de vidange, un accessoire indispensable

D’ordinaire réservée aux robots haut de gamme, la station de vidange est LE gros point fort de ce Yeedi Vac Station. En effet, celle-ci permet au robot de fonctionner de façon complètement autonome, d’autant plus si vous le programmez à des moments de la journée précis, sans avoir à le lancer manuellement donc. Le principe de cette station de vidange est, comme son nom l’indique, d’accueillir le robot pour récupérer la poussière qu’il a collectée durant l’aspiration. La station va aussi recharger le robot comme toute base d’aspirateur robot.

yeedi vac station-2

Avec le Yeedi Vac Station, on dispose donc du robot aspirateur Yeedi Vac Max et de la station Yeedi Self Empty. Cela représente un surcoût notable que chacun est libre de trouver justifié ou non. Pour nous en tout cas, le gain est là.

En effet, plus besoin de se soucier de vider les poussières à chaque fois, elles sont automatiquement collectées par la station. Seule « contrainte », changer le sac collecteur une fois par mois environ. Saluons au passage l’ouverture par bouton poussoir du bac. Un petit détail premium bien pratique.

En elle-même, la station est assez discrète grâce à sa forme arrondie et à sa façade blanche. Sa hauteur de 45 cm environ avec une emprise au sol de 30 cm n’encombrera finalement pas beaucoup plus qu’une base de charge classique puisqu’elle s’étire en hauteur. Avec des murs blancs ou clairs, elle passerait presque inaperçu.

Premiers pas avec le Yeedi Vac Station

Le robot est installé et prêt à travailler, il est temps de lancer le premier nettoyage. Afin de cartographier son environnement, il doit réaliser trois passages de reconnaissance. Automatiquement, une carte va apparaitre sur l’application avec les pièces délimitées en zones (identifiées par A, B, C…). Il vous sera possible par la suite de renommer les pièces (salon, chambre, bureau…) et de définir des limites virtuelles pour délimiter des zones où le robot n’a pas le droit d’aller en mode aspiration et serpillère ou serpillère uniquement. Pratique pour le faire éviter les tapis quand il passe la serpillère notamment.

Par contre, impossible de redéfinir l’organisation des pièces initiale. Dans mon cas, avec un rez-de-chaussée à la distribution pas « conventionnelle », le robot n’a pas fait la distinction entre l’entrée, la cuisine et le salon, tous regroupés en jaune. C’est dommage de ne pas avoir la main là dessus.

Ces zones sont pourtant bien pratiques si vous souhaitez créer des programmes de nettoyage notamment, où seul le nettoyage automatique (global) et par zone est proposé. Ici, j’aurais aimé qu’il s’affaire dans la cuisine et l’entrée mais c’est impossible de les distinguer en programmation.

Il faut passer par le mode d’aspiration Personnalisé pour cela, disponible uniquement en lancement direct (vous appuyez et il part tout de suite au travail). Ce mode permet de choisir une surface précise en faisant glisser une forme sur le plan. C’est très précis et parfait pour aspirer les miettes sous la table par exemple.

Autre grief, il n’est pas possible de créer plusieurs cartes pour prendre en charge un étage par exemple. Si le robot a pris ses marques au rez-de-chaussée et que vous le lancez à l’étage en mode automatique, il fera le job. Mais impossible de lui attribuer une zone à nettoyer ou de suivre précisément son parcours puisqu’il n’est pas repéré.

Enfin, que serait un objet connecté en 2021 sans la prise en charge des assistants Google et Amazon Alexa ? Yeedi supporte les deux. Vous pourrez ainsi lui demander d’aller aspirer sans avoir besoin de sortir votre smartphone ou votre tablette. Tellement plus simple !

Intelligent, vous avez dit ?

Jusque là, hormis la gestion des cartes un peu limité, nous n’avons rien trouvé à redire sur ce Yeedi Vac Station. Voyons s’il en va de même quand on parle efficacité. Lors de notre essai, l’aspirateur a réalisé ses trois passages nécessaires pour cartographier en tâtonnant légèrement mais une fois repéré dans l’espace, son quadrillage de chaque pièce était rigoureux et les « chocs » dans les meubles moins brutaux. Malgré sa technologie basée sur une caméra et des capteurs de proximité, il arrive à s’en sortir de presque toutes les situations si on prend le soin de retirer de son passage les câbles.

Dans mon cas, il est arrivé qu’il reste aussi coincé entre les pieds d’une chaise ou derrière le pied d’un miroir qu’il avait réussi à franchir dans un sens mais pas dans l’autre. La fois d’après, il a trouvé la sortie tout seule. Quoi qu’il en soit, si vous constatez qu’un endroit particulier lui pose problème, il suffit d’ajouter une barrière virtuelle et le tour est joué.

Question efficacité, rien à redire. Les poussières et petits débris sont parfaitement aspirés et le sol est impeccable derrière son passage. Le fait qu’il booste son aspiration lorsqu’il passe sur un tapis est aussi un avantage non négligeable. La navigation le long des plinthes, autour des pieds d’une table ou d’une chaise est certes un peu moins précise et source de tâtonnements comparé à un robot équipé d’un LIDAR, mais avec un passage régulier, ce n’est finalement pas un problème. Et si besoin, il est toujours possible d’opter pour un double passage dans les paramètres de l’application.

Sur sols durs, la première vitesse d’aspiration suffit. Elle permet en prime de profiter d’un bruit d’aspiration plutôt discret (environ 57 dBA à 1m). Supportable donc même si dans l’absolu, mieux vaut se trouver dans une autre pièce lorsque le robot passe.

Le mode serpillère vaut d’être mentionné mais n’a pas joué un rôle déterminant lors de notre test, nous semblant un peu gadget. Comme pour tous les autres robots dotés de ce type de lavette qui essuie le sol, et contrairement au Yeedi Mop Station que nous avons testé récemment et qui est un robot laveur avant tout, la lingette microfibre humidifiée à l’aide du réservoir d’eau de 240 ml va surtout essuyer la poussière résiduelle plutôt que réaliser une quelconque action lavante. C’est pratique pour la tâche de café du matin ou en appoint entre deux passages de serpillère dans la salle de bain mais pas déterminant selon nous.

Notre avis sur l’aspirateur robot laveur Yeedi Vac Station

A lui seul, l’aspirateur robot Yeedi Vac Max, vendu 255 euros sur Amazon, n’a rien à envier à certains modèles plus onéreux. Élégant, efficace et discret, il effectue le nettoyage régulier des sols avec brio, et ce même si sa technologie de déplacement n’est pas la plus avancée du moment. Il a su se jouer de la plupart des obstacles lors de notre test.

L’aspiration est performante. Le robot récupère les poussières ou cheveux et rien ne reste collé sur la brosse centrale. Et ça, c’est précieux dans l’optique de le laisser enchainer les nettoyages sans s’en soucier. Elle reste propre tout comme les brossettes latérales sur lesquelles aucun fil ou cheveux ne sont restés enroulés.

Mais là où il gagne le plus de points à nos yeux, c’est lorsqu’on lui associe la station de vidange dans le Yeedi Vac Station : aspirateur + station vendus 499 euros chez Amazon (hors promotion). Le surcoût est certes important mais justifié selon nous au regard du confort que la station apporte. L’aspirateur va vider tout seul le contenu de son bac à poussière après chaque passage. Si vous prenez le soin de programmer son passage régulier pendant votre absence, vous n’aurez plus à vous en soucier un mois durant tout en profitant d’un sol toujours propre. Un vrai confort.

Son application est très simple à utiliser même si elle se limite à une seule carte mémorisée et que celle-ci n’est pas modifiable. La possibilité de limiter son champ d’action à une pièce voire à une zone réduite, sans oublier les multiples options offertes pour automatiser le passage du robot à certains jours/plages horaires de la semaine sont autant d’atouts en faveur du Yeedi Vac Station.

Question autonomie, vous aurez amplement de quoi couvrir tout votre intérieur en un seul passage à condition d’être au niveau d’aspiration normal. Si vous boostez sur les deux niveaux supérieurs, la batterie fond beaucoup plus vite, CQFD. Mais dans ce cas, il vous est possible de cocher une option dans l’application permettant au robot d’aller se recharger et de repartir au travail automatiquement, à partir de là où il s’était arrêté.

Quant à son côté 2-en-1, il a le mérite d’être proposé. Le passage en mode serpillère peut séduire, d’autant qu’il ne détrempe pas le sol et permet un séchage rapide, mais l’on perd tout le côté autonome de l’engin et le fait que la même lavette non rincée parcourt tout le domicile ne nous a pas conquis, surtout s’il croise en début de ménage les traces de boue laissées par le chien.

Pour autant, il n’y a rien que nous avons rencontré lors de notre test qui nous contrarie réellement avec ce Yeedi Vac Station, surtout sous les 500 euros. A ce tarif et grâce au confort offert par la station de vidange, ses petits défauts sont vite oubliés au profit de l’agrément.

Le Yeedi Vac Station (aspirateur + station) est proposé à 499 euros chez Amazon

L’aspirateur Yeedi Max (seul) est proposé à 254,99 euros chez Amazon. La Vac Station seule est disponible à 199€ sur la boutique Yeedi (propose également des sacs et lingettes en accessoires).