Test Viewsonic M1 Mini : un vidéoprojecteur qui tient dans la poche

En quelques années seulement, les vidéoprojecteurs se sont largement démocratisés. Loin d’être réservés à une utilisation professionnelle, ils s’invitent de plus en plus souvent dans nos intérieurs, comme une alternative au téléviseur classique.

Parmi toutes les marques et tous les modèles qui s’offrent à nous (à des prix très variés), ViewSonic propose une gamme très intéressante, notamment portée par son X10 4K à courte focale. Mais comme tout le monde n’a pas 1500€ à investir dans un tel produit, on a choisi de se concentrer sur le projecteur d’entrée de gamme de la marque, le M1 Mini. Petit gabarit, petit prix… mais maxi performance ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

Viewsonic M1 Mini : un vidéoprojecteur dans la poche

ViewSonic, la marque qui veut crever l’écran

Né en 1957 à Taïwan, James Chu s’est très tôt passionné pour les technologies de l’image. Il a tout juste 30 ans quand il crée en Californie sa société Keypoint Technology Corporation pour proposer aux entreprises toute une gamme de solutions visuelles.

Au sein de l’entreprise, ViewSonic est une division spécialisée dans la conception de moniteurs en couleur pour les ordinateurs. Face au succès qu’elle rencontre, James Chu décide de rebaptiser l’ensemble de la société ViewSonic et de se concentrer sur le développement d’écrans de plus en plus performants et de solutions innovantes pour le professionnels.

C’est ainsi qu’il introduit le ViewPad 1000 en 2001, un appareil hybride à mi-chemin entre tablette et ordinateur portable (l’ancêtre du Microsoft Surface en quelque sorte !). Cette même année, ViewSonic dégaine aussi un moniteur de 50 », soit le plus grand écran alors disponible sur le marché.

Année après année, l’expertise de la marque ne s’est pas démentie, avec le lancement de vidéoprojecteurs HD puis 4K, d’écrans incurvés… Pour les gamers, les professionnels et le grand public, ViewSonic demeure donc une alternative de choix face à des concurrents comme Acer, AOC, LG ou BenQ…

Test Viewsonic M1 Mini vidéoprojecteur

Le test du projecteur ViewSonic M1 Mini

Sur le marché des vidéoprojecteurs, ViewSonic doit aussi faire face à une concurrence de plus en plus ardue, une marque comme XGIMI, par exemple, ayant largement contribué à la popularité de ces appareils. Alors, comment se positionne le M1 Mini et que vaut-il face à ses rivaux ?

Une prise en main simplissime

Comme son nom l’indique, le ViewSonic M1 Mini se distingue avant tout par son gabarit : un carré de 10 cm de côté pour 2,8 cm d’épaisseur et un poids de 280 grammes seulement.

Côté look, la marque américaine joue la carte ludique, avec une façade colorée et facilement interchangeable, bleu, jaune ou gris. Un pied ajustable fait également office de cache pour le projecteur (malin !), et permet de régler assez précisément l’angle d’inclinaison du projecteur. Vous pouvez ainsi regarder vos films au mur aussi bien qu’au plafond !

On retrouve aussi dans l’emballage une petite télécommande, une dragonne ainsi qu’un câble de recharge micro-USB (type B) pour la batterie incorporée. La connectique, parlons-en justement : elle reste très limitée. Peut-être trop, avec seulement un port USB et un HDMI pour brancher un disque dur, une console ou un ordinateur… et surtout pas de Wi-Fi ni de Bluetooth.

Qualité d’image et autonomie : mention passable

Après cette rapide prise en main, il est temps de passer à l’utilisation concrète de ce ViewSonic M1 Mini. Premier bon point : l’allumage est rapide et l’appareil très silencieux.

La télécommande permet de naviguer facilement dans les menus (succincts, mais pratiques). En dehors du réglage des couleurs, vous n’aurez de toute façon pas grand-chose à modifier, puisque le trapèze est automatique et l’image s’ajuste d’elle-même en fonction de l’inclinaison du projecteur.

Doté d’une lampe LED de 120 lumens, avec un contraste de 500:1, le M1 Mini bénéficie d’une bonne luminosité. Même sur un mur (très) légèrement coloré et sans être dans le noir complet, le confort visuel reste agréable. Et malgré une résolution limitée à 854×480, la qualité d’image reste tout à fait acceptable. Quant à la partie audio, elle est surprenante, le haut-parleur JBL de 2W faisant parfaitement son travail !

Un poil plus à l’aise pour projeter des films que pour jouer à Mario Kart (au niveau du rendu visuel), le M1 Mini peut compter sur une autonomie de 2h30 environ. Dommage pour ceux qui espéraient se lancer dans la version longue du Seigneur des Anneaux, même si vous pouvez ajouter une batterie externe en USB ou vous brancher sur secteur pour prolonger le plaisir.

Avec une image très très grand format, les parties de Mario Kart prennent une autre dimension (malgré la porte !)
Mario Kart vidéoprojecteur Viewsonic
Grâce à sa lampe LED et son bon taux de contraste, le Viewsonic M1 Mini offre une belle image
Les Animaux fantastiques sur vidéoprojecteur

En résumé, notre avis sur le M1 Mini

Après plusieurs semaines d’utilisation, le ViewSonic M1 Mini nous aura plutôt laissé une bonne impression. La qualité de son et d’image est à la hauteur et son gabarit et sa simplicité d’utilisation en font l’un des modèles les plus pratiques du marché…

On pourra tout de même regretter l’absence de connectivité sans fil, qui rend moins évident l’aspect nomade du projecteur. L’autonomie un peu limite est compensée par un temps de charge assez rapide et ne vous empêchera pas de passer une soirée foot sur (très) grand écran avec vos amis !

Au final, le ViewSonic M1 Mini est un mini-projecteur tout à fait valable au vu du prix proposé aujourd’hui : environ 165€ à la Fnac, sur Amazon ou chez LDLC (comptez 100 euros de plus pour la version Wifi / Bluetooth). Un modèle d’entrée de gamme qui saura séduire les ados et tous ceux qui cherchent simplement un « écran d’appoint nomade » pour un moment convivial en intérieur ou en extérieur !

On aime…le petit gabaritla simplicité d’utilisationla qualité du son et de l’imagele pied réglablele prix
À améliorerl’absence de WiFil’autonomie un peu juste
Avis Viewsonic M1 Mini

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Réagir à cet article