Test Cabasse The Pearl Keshi : la taille, ça compte ?

Cabasse, le spécialiste de audio haut de gamme brestois continue de décliner sa gamme Pearl. Aujourd’hui, la marque revient avec The Pearl Keshi, un ensemble 2.1 dans la lignée de The Pearl Akoya testée l’an passé. Les deux satellites supplémentaires changent-ils réellement la donne ? C’est ce que vous avons essayé de savoir à travers notre test des Pearl Keshi.

Premium dès le packaging

A l’heure des emballages minimalistes où, sous couvert de considérations écologistes chaque gramme de carton compte, Cabasse prend le contrepied en livrant ses Pearl Keshi dans un véritable écrin. La découverte débute donc d’abord par l’ouverture d’une imposante caisse en bois en totale opposition avec la miniaturisation des satellites. Passée la surprise, c’est l’occasion d’apprécier une nouvelle fois le soin apporté au packaging. Chaque élément dispose de son propre emplacement avec en prime un tissu souple pour protéger les enceintes.

Après cette première approche des plus plaisantes, il est maintenant temps de passer à l’installation. Rien de compliqué, il suffit de raccorder les satellites au caisson. Pour des raisons de miniaturisation, Cabasse a dû opter pour un cable tressé solidaire des satellites. Plus contraignant à l’usage, d’autant que leur longueur de 3m pourra poser quelques difficulté pour le dissimuler sur les installations rapprochées. Les fans d’automobile pourront être sensibles au carbone présent sur les fiches bananes.

Cabasse The Pearl Keshi

Reste enfin à brancher le cable d’alimentation au caisson. L’occasion une nouvelle fois d’apprécier le souci du détail de Cabasse avec ici un cable tressé de belle facture et une prise judicieusement positionnée pour le rendre le moins visible possible.

Cabasse The Pearl Keshi

Vient ensuite la configuration, dans la lignée de toute enceinte connectée. Il suffit de se munir de son smartphone, de télécharger l’application Cabasse StreamCONTROL puis de se laisser guider.

Quelques instants plus tard, il ne reste plus que l’ultime étape : la calibration CRCS. Le système va alors émettre une série de sons puis en déduire les optimisations nécessaires à une restitution optimale en fonction des retours captés par le micro intégré au caisson.

Si la technologie se révèle une aide précieuse, quelques essais montrent vite l’intérêt de positionner le caisson au centre et, idéalement à même hauteur que les satellites en tirer toute la quintessence. Une contrainte sans en être une car il serait sans doute dommage de cantonner le caisson au sol au regard du soin apporté à son design. Car si le pied métallique vise avant tout à empêcher les vibrations de se propager, il permet aussi de donner à cette sphère de 23 cm la sensation de flotter dans l’air.

Petite par la taille, grande par le son

Cabasse The Pearl Keshi

Mais trêves d’envolées lyriques, revenons à l’intérêt principal du Pearl Keshi, à savoir sublimer vos albums préférés voire vous permettre d’apprécier certaines subtilités jusque là passées inaperçues. Car oui, c’est bien là tout le brio de Cabasse, parvenir à retranscrire tout son savoir-faire acquis au fil des décennies dans un système audio 2.1 à peine plus gros que des HomePod mini. Pour cela, Cabasse n’a pas lésiné avec une puissance totale de 1050W, répartie à hauteur de 450W pour le caisson (avec son woofer de 17 cm) et de 300W pour chaque satellite. L’ensemble étant capable de restituer une bande passante de 30 à 23000 Hz.

Mais revenons aux utilisateurs Apple. Ces derniers seront ravis de constater que la compatibilité AirPlay est désormais assurée (comme sur toute la gamme Pearl grâce à la dernière mise à jour). De quoi faciliter les interactions avec les iPhone, iPad et autres Mac. Sur ces derniers, il est même possible de profiter d’une restitution multi-enceintes via Apple Music et ainsi apprécier un son à 360° selon la disposition de vos périphériques.

Cabasse The Pearl Keshi

Quant aux utilisateurs Android, qu’ils se rassurent, les Pearl Keshi supportent bien évidemment les principaux services de Streaming (Qobuz, Deezer, Spotify) et peuvent aussi être utilisés comme un « simple » périphérique Bluetooth. The Pearl Keshi peut aussi faire office d’enceinte connectée à travers les services de Google et Amazon Alexa. Pour les périphériques plus anciens, l’entrée optique pourra se révéler utile.

Cabasse The Pearl Keshi

Notre avis sur The Pearl Keshi de Cabasse

Avoir l’opportunité de tester bon nombre des nouveautés high-tech sorties ces dernières années est assurément une chance que beaucoup nous envient. Soyons honnêtes, une forme de lassitude finit par s’installer et il devient parfois difficile d’être enthousiaste face à un nouveau produit.

Heureusement, certains parviennent toujours à nous étonner et nous décrocher un large sourire. Cabasse en fait assurément partie. La Pearl Akoya nous avait déjà séduit, les Pearl Keshi produisent le même effet « whaou » dès les premières secondes. On se demande alors comment un système aussi compact peut délivrer une telle puissance tout en offrant un tel niveau de détails et de précision et ce, quelque soit le style de musique. Classique, Rock, RAP, les notes s’enchainent avec toujours un point commun, la capacité du sytème à s’adapter à un large spectre. Le tout avec la justesse, la neutralité et une pointe de rondeur qui caractérise la marque brestoise.

Sans maitrise, la puissance n’est rien

Un letmotiv qui résume à merveille la philosophie de la gamme Pearl. Bien sur, il est possible de trouver des systèmes audio tout aussi convaincants mais aucun ne peut rivaliser à ce jour en terme de miniaturisation – rappelons que les satellites ne font que 8 cm de diamètre pour une puissance de 300W par unité. C’est là LA force des Pearl Keshi avec en prime l’originalité d’un design singulier sans pour autant être clivant au point de ne pouvoir s’intégrer dans tous les intérieurs !

L’ensemble 2.1 The Pearl Keshi est commercialisé à 2490€ et se décline en noir ou blanc.

Rédigé par Julien

Mettre en lumière les dernières nouveautés High-Tech et automobiles, tel est mon quotidien sur Masculin.

Réagir à cet article