Second life : une autre vie numérique

Communauté , liberté, argent

Second life est un univers internet multi-joueurs en 3D. Des milliers de personnes peuvent s'y connecter simultanément et y faire ce qu'ils y veulent. Mais, pourquoi donc tant de succès pour un jeu qui n'a ni but ni règle?

Communauté , liberté, argent

C'est que Second Life n'est pas un jeu comme les autres. Certains diront même que ce n'est pas un jeu, mais plutôt un gigantesque salon où on peut discuter en direct avec les autres connectés. A la différence près qu'il s'agit d'un monde virtuel avec des décors en 3 dimensions. Et les utilisateurs font aussi partie du décor, puisqu'il faut commencer par se créer un avatar et déterminer son apparence de manière extrêmement détaillée, avant d'entrer dans Second Life.

Quoi de neuf ?

Avec Second Life, pas d'objectif à accomplir, pas d'univers clé en main, pas de règles comme dans tout bon jeu en ligne qui se respecte : La liberté totale sur l'univers est donnée aux utilisateurs inscrits. Ils disposent d'outils 3D et peuvent se créer des décors, des objets, des gestuelles…
Mais ils peuvent aussi acheter et vendre avec la monnaie locale, le « linden dollar ». Ils vivent ainsi leur vie numérique dans un nouveau chez-soi, en interaction avec des milliers d'autres joueurs. Une microsociété surréaliste, avec ses utopies, ses vices, ses stars… Et son business.

Un jeu où tout serait possible
Au début de Second Life en 2003, il n'y avait donc rien. Tout était vide. Désormais, c'est l'effervescence : l'éditeur Linden Lab annonce un million et demi d'utilisateurs, des villes champignons apparaissent et une véritable économie parallèle s'y développe : car le linden Dollar est convertible en vrai dollar et débité sur la carte bleue ! Vous savez fabriquer des objets ? Vendez-les aux autres joueurs ! Les nouveaux arrivants débarquent toujours dans votre maison ? Faites payer la visite ! Vous avez toujours rêvé de danser nu sur les tables d'un bar ? Vous vous ferez un peu d'argent de poche !

Tout s'achète et tout se vend sur Second Life
Linden Lab a annoncé qu'un millier de «résidents» vivaient de leurs revenus engrangés sur Second Life… De grandes sociétés créent fébrilement des agences sur place, histoire d'essayer d'en profiter ou au moins de pouvoir dire : «j'y étais» ! On se croirait au début de l'Internet…

Victime de son succès
Second Life semble d'ailleurs donner quelques signes de faiblesse face au succès et au zèle de ses propres utilisateurs : la foule de visiteurs crée des ralentissements, l'omniprésence du commerce pose des problèmes inédits de droits d'auteurs, des attaques de virus peuvent modifier l'univers du jeu…Un futur loisir de masse ?
Les gens sont-ils capables de passer des heures devant leurs écrans à faire semblant de boire un verre dans un bar ou à vendre des objets dans une boutique en 3D? La communication par Internet de demain passera t-elle par des lieux virtuels et des avatars?
Il est encore un peu tôt pour le dire : Second Life reste un univers neuf, mais le succès montre qu'un potentiel est là. Et il est probable que de nouveaux univers virtuels concurrents pourraient bientôt nous être proposés.

En pratique :
– En anglais, bientôt une version française.
– Interdit aux mineurs.
– On donne son numéro de carte bleue à l'inscription.
– Compte basique gratuit, mais on ne peut pas acheter de terrain.
– Abonnement Premium : environ 10$ par mois. On reçoit des "Linden $" en échange.

Pour aller plus loin :
SL Observer : Conseils et actualité de Second Life en français.
SL on the rocks : Des lieux et des personnalités de Second Life.
Forum et groupe de discussion en français.
Des conseils pour débuter.
Le site officiel de Second Life (en anglais).

par Gabriel Récopé
Images extraites des galeries FlickR
Partager