Quels sont les atouts des smartphones 4G pas chers ?

Rolls du smartphone ou mobile à moins de 100 euros ?

Loin de l'iPhone 6 ou du Samsung Galaxy Note 4, les smartphones compatibles avec le réseau 4G et vendus à moins de 100 euros représentent une nouvelle tendance majeure du marché français de la téléphonie mobile, selon plusieurs experts.

Wiko vs Archos

Et ce sont deux entreprises basées en France qui sont en pointe dans ce secteur tarifaire. Wiko, filiale à 95% du constructeur chinois Tinno installée à Marseille, a ouvert le bal avec le Kite dévoilé en mai dernier, au prix de 99 euros pour un écran de 4 pouces.

Archos vient de lui emboiter le pas lors de cette rentrée avec son modèle 45 Helium, doté d'un écran 4,5 pouces, sur lequel il a effectué une grosse baisse de prix pour passer sous ce seuil fatidique des 100 euros. Il s'agit d'un enjeu très important pour le concepteur français de matériel électronique grand public qui souffre énormément dans son activité tablettes, où il était pourtant pionnier. Ce smartphone Archos 45 Helium est par ailleurs doté d'un processeur à quatre coeurs et non deux, censé offrir une "réactivité et une fluidité d'utilisation incomparables".

"C'est un coup de pub pour eux mais qui permet de donner un éclairage sur le reste de leur gamme", explique à l'AFP Damien Douani, expert nouvelles technologies à l'agence de conseil FaDa.

Merci Free ?

L'essor des offres sans engagement, qui constituent désormais quasiment un forfait sur deux selon l'institut Gfk, et le déclin des mobiles subventionnés, liés à l'arrivée de Free, sont en partie à l'origine de ce positionnement.

"Le marché a commencé à s'orienter différemment, touchant des cibles de populations différentes, plus jeunes notamment, qui veulent un téléphone moderne, mais pas les +Rolls+ de Samsung ou d'Apple", souligne Damien Douani.

"Cette tendance à avoir des smartphones bien moins chers est la double conséquence d'une baisse des coûts de production et de la nécessité pour les équipementiers d'élargir le marché", résume Jean-Michel Huet, associé du cabinet de conseil en management et technologies BearingPoint.

Les populations aisées étant désormais bien équipées, c'est le marché des personnes à plus faibles revenus qui reste en effet à conquérir.

L'importance d'être précurseur

"Il y a de plus en plus une bipolarisation, avec d'un côté des appareils toujours à prix élevés en raison de l'effet marque et des fonctionnalités offertes, et de l'autre des nouveaux smartphones plus accessibles", détaille Jean-Michel Huet. Selon lui, cette évolution est comparable à l'émergence il y a quelques années dans l'informatique des mini-PC vendus 300 euros.

La compatibilité avec le réseau 4G qui apporte le très haut débit mobile est présenté comme un facteur clé pour attirer des clients, même si son potentiel n'est pas encore pleinement exploité. "La 4G est aujourd'hui plutôt de l'ordre du confort, elle n'est pas nécessaire mais elle le deviendra demain pour la gestion de flux de données", estime Alexandre Buselli, associé conseil responsable Télécoms et Médias chez Deloitte.

En attendant ZTE, Asus et Acer

Plusieurs constructeurs, parmi lesquels le Chinois ZTE, et les Taïwanais Asus et Acer, vont en tout cas rejoindre Wiko et Archos dans les prochains mois afin de se positionner au plus vite sur ce créneau.
"C'est crucial car, quand on est précurseur, on gagne entre un et trois ans d'avance sur une tendance avant d'être dans la nécessité de se renouveler", affirme Alexandre Buselli.

Ces marques parviennent, en compressant au maximum les coûts, à dégager de la marge et font du volume sur une catégorie de consommateurs peu habitués à ce type de produits, quitte à ce que ces smartphones, tous produits en Chine, se ressemblent beaucoup, autant du point de vue du design que des performances.

"Certains de ces nouveaux clients auront ensuite envie d'évoluer vers des produits plus performants et un peu plus chers, donc ce positionnement n'est donc pas du tout absurde", relève Alexandre Buselli.

Partager