La retraite : mode d’emploi

Quelles démarches accomplir ?

Partir à la retraite, ça se prépare le plus tôt possible. Etapes, critères, documents, calculs, que faut-il vraiment savoir et sur quoi se baser pour estimer sa pension et son âge de départ ?


A quel âge je peux partir ?
Normalement, l’âge minimum légal pour « battre en retraite » est 60 ans – même si le gouvernement pourrait réfléchir changer cela. On touche généralement sa retraite à taux plein – c’est-à-dire 50 % de la pension totale – à partir de 65 ans, quand on a cumulé suffisamment de trimestres cotisés (40 années, soit 160 trimestres en tout jusqu'au 31/12/08, avec augmentation d'1 trimestre par an jusqu'en 2012).
Quid de la pénibilité ?
Dans certains cas – travaux pénibles, handicap – on peut la prendre par anticipation : il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres – 164 trimestres pour les natifs de 1952 par exemple. Il est bien sûr possible de partir à la retraite à 60 ans, sans avoir cumulé le nombre de trimestres nécessaires, mais vous percevrez alors moins d’argent puisque votre taux de retraite sera décoté de 2,5 % (ce coefficient de minoration est progressivement ramené à 1,25 % pour les assurés nés à partir de 1944). Si au contraire vous avez cotisé plus de 40 ans, vous bénéficiez d’une surcote par trimestre supplémentaire.

La pension que vous toucherez est calculée à partir de deux prestations : la retraite de base et la retraite complémentaire. La retraite de base est calculée à partir du salaire brut des 25 meilleures années revalorisé par un coefficient d'actualisation fixé au 1er janvier de chaque année, et du nombre de trimestres cotisés. Le montant de la pension à taux plein correspond à 50 % de ce salaire de référence pour 40 années de cotisations actuellement.  

Une question de points
Le montant de la pension à taux plein correspond à 50 % de ce salaire de référence pour 40 années de cotisations actuellement. Puis, on rajoute au salaire de base la retraite complémentaire, calculée en multipliant le nombre de points acquis pendant sa carrière par la valeur du point. Plus on en a, mieux c’est ! Ces points sont fonction des différents statuts de travailleurs (ou régimes) qui existent.
Les différents régimes de retraite complémentaire
Ces régimes permettent de compléter la pension de base selon la catégorie professionnelle du cotisant. Il en existe pour :
–  les salariés du secteur privé ;
–  les salariés du secteur public ;
–  les non-salariés (artisans, commerçants, professions libérales et indépendants) ;
–  les agriculteurs (salariés ou non-salariés).
Il existe aussi des régimes dits spéciaux (EDF-GDF, SNCF, RATP…).

Les cotisations des salariés sont versées à l’ARRCO, celles des cadres à l’AGIRC et celles du secteur public à l’IRCANTEC. Les non-salariés, fonctionnaires et régimes spéciaux dépendent de caisses différentes.

Outre le régime, la retraite de base et complémentaire, d’autres facteurs entrent en ligne de compte dans le calcul de la pension : les jobs d’étudiants ou travaux d’été (à condition d’avoir perçu 200 fois le SMIC horaire cette année là), le service militaire, les congés paternité, l’invalidité, les périodes de chômage, les majorations pour personnes à charge ou tierce personne et d’éventuelles bonifications.
Qui contacter ?
Vous pourrez vérifier toutes ces indications concernant votre retraite de base sur votre relevé de carrière, que vous pouvez demander à la Caisse Régionale d'Assurance Maladie, ou au 39 60 (0,09 euro/min), ou en vous rendant sur le site de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse. Pour vérifier le nombre de points acquis dans votre régime complémentaire, adressez-vous plutôt au CICAS.

Le relevé de carrière mentionne vos salaires, le nombre de trimestres cotisés, les références des employeurs, durées,  les reports de salaire pour les régimes étrangers et la nature des périodes non travaillées (arrêts maladie, service militaire, périodes de chômage).

Formule du calcul de la pension : nombre de trimestres cotisés / le maximum de trimestres requis x le salaire moyen annuel x le taux de retraite – il s'applique aux assurés qui demandent leur retraite entre 60 et 65 ans sans totaliser le nombre de trimestres maximal.

Remarque : la retraite de base ne peut dépasser 50 % du plafond de la Sécurité Sociale qui est de 2 773 euros par mois en 2008, soit 2773 x 50 %,= 1 386,50 par mois pour 2008 de retraite de base maximum.
Exemple détaillé
Pour un assuré né en 1948, qui a cumulé 156 trimestres cotisés, a 3 enfants et un conjoint sans ressources et un salaire annuel de 22 000 euros :

148/160 x 22 000 euros x 46,25 % (taux réduit) :9 411,88
Bonification pour les enfants : 10 %941,19
Majoration pour conjoint à charge : 609,80 x 148/160564,07
Total de la retraite annuelle :10 917,14

Voilà, vous savez à peu près tout ce qu’il faut savoir pour calculer votre retraite, à présent, à vous de jouer !

Pour en savoir plus :
Pour simulez votre retraite en ligne, voir le site de Marel

Partager