La Rédac' Masculin
Il y a 1 semaine

PVT : tout savoir avant de partir vivre à l’étranger

Partir en PVT (Programme Vacances-Travail) est le rêve de nombreux jeunes adultes. Mais force est de reconnaître que cela est un peu plus compliqué pendant la période de pandémie actuelle.

Mais si de nombreuses frontières restent fermées, vous pouvez toujours préparer votre départ. Voici donc tout ce qu’il faut prendre en compte avant de partir vivre à l’étranger dans le cadre d’un PVT.

Qu’est-ce que le PVT ?

Le PVT ou Programme Vacances-Travail appelé également Permis Vacances-Travail est un dispositif de mobilité internationale. Il permet de séjourner de manière temporaire dans un pays participant en ayant le droit d’y travailler.

Le PVT est ouvert à la majorité des jeunes sans condition de niveau d’études, de langues ou d’expérience professionnelle. Il offre une grande liberté mais il faut tout de même bien préparer son voyage.

A quoi ça sert ?

Le PVT est accessible à tous les jeunes de 18 à 30 (ou 35) ans quel que soit leur parcours. C’est facile à obtenir et le voyage peut être financé en travaillant sur place. Le planning et les projets sont plutôt libres et permettent de découvrir un pays tout en pratiquant une langue étrangère et en acquérant une expérience professionnelle.

Vous pouvez visiter le pays, y travailler sous certaines conditions et suivre des études pendant un temps déterminé.

A qui est-il destiné ?

Le PVT s’adresse à tous les jeunes de 18 à 30 ans (ou 35 ans) qui veulent partir à l’étranger pour une longue durée et travailler.

Les Français ont le choix entre 15 destinations avec une durée maximale de 12 mois mais certaines destinations permettent de rester jusqu’à 24 mois (comme au Canada). En Russie, c’est 4 mois renouvelables jusqu’à 12 mois ; à Taïwan, six mois renouvelables une fois.

Dans tous les cas, le nombre de PVT n’est pas limité si l’on change de pays à chaque fois.

Quand et comment faire une demande ?

Certains pays proposent un nombre de places limité chaque année mais il est rare qu’ils soient atteints. On peut donc faire sa demande toute l’année pour un PVT en Australie ou en Nouvelle-Zélande, où il n’y a pas de places limitées.

La Colombie est aussi une destination très prisée par les jeunes Français pour partir à l’étranger, de même que le Canada. Un permis dans ce dernier pays est toutefois plus difficile à obtenir et il y a un tirage au sort pour déterminer quelles seront les personnes accueillies.

Avec un PVT, vous partez facilement vivre et travailler à l’étranger mais c’est à vous d’organiser votre séjour. Il faut penser à réserver un billet d’avion, un logement et prévoir une assurance voyage adaptée au pays (Allianz Travel est par exemple un spécialiste en la matière), afin d’être couvert en cas de frais médicaux ou pour les
dommages causés à un tiers, notamment.

Les conditions d’obtention sont à peu près similaires d’un pays à l’autre. Le dossier est à retirer auprès de l’ambassade du pays visé. Le passeport doit être valide durant tout le séjour et il faut justifier un minimum de ressources financières. Certains pays demandent une lettre de motivation, un curriculum vitae et, bien sûr, une assurance maladie-hospitalisation rapatriement.

Et le PVT au temps du coronavirus ?

Malheureusement, en ces temps de pandémie, de nombreux accords sont mis sur pause. PVT ou autre, voyager hors de France est difficile. La délivrance des visas est suspendue ou très retardée. La fermeture de nombreuses frontières est durable et la date de reprise des programmes est encore inconnue pour beaucoup de destinations. En octobre 2020, toutes les frontières des pays membres sont fermées. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut abandonner tout espoir !

Ainsi, la Colombie accueille les étrangers s’ils sont en mesure de fournir un test PCR à l’arrivée ; le Mexique est également ouvert mais le voyage est déconseillé. Le Chili accueille les PVTistes tout comme Taïwan qui impose une quarantaine (14 jours). Mais les situations évoluent rapidement et il convient de se renseigner sur la situation sanitaire du pays.