Comment échapper aux nouvelles addictions ?

Au secours, je suis accro !

--- Le ---

Les nouvelles addictions suscitent souvent des sourires, mais derrière le caractère ludique ou léger de ces emprises se cache en réalité un malaise plus profond.

Comment échapper aux nouvelles addictions ?
WR

Ces néo-pathologies suscitent souvent des sourires, mais derrière le caractère ludique, léger ou coquin de ces emprises se cache en réalité un malaise plus profond. Et les hommes seraient plus concernés que les femmes !

Les nouvelles addictionsLes établissements cliniques sont bel et bien obligés eux aussi de suivre les nouvelles tendances et de s’adapter !
Cependant, ces nouvelles pathologies n’ont rien de frivole, même si en apparence elles sont liées à des loisirs et à des choses plaisantes.
Ces nouveaux objets de désir sont séduisants : jeux, achats, sexe… Moins fun, mais tout aussi tendance, le travail.

Un palliatif au manque de confiance en soi
Devenir un super héro (Elfe Noir, Archimage…), accumuler des tonnes de vêtements ou d’objets inutiles, dépenser son énergie dans le sexe ou le travail peuvent avoir des effets très positifs sur l’estime de soi et permettent de s’affirmer.

En revanche, si ces attitudes dépassent un certain seuil, elles peuvent devenir critiques. La cyberdépendance par exemple peut devenir handicapante au niveau des relations sociales du sujet qui évolue surtout dans un monde virtuel. Il s’agit d’une cible essentiellement masculine jeune (de 17 à 25 ans).
Le cyberdépendant ne supporte pas de rester loin de son ordinateur très longtemps et n’arrive pas à se sortir de ce comportement tout seul. En outre, cette dépendance s’accompagne souvent d’une mauvaise hygiène de vie (manque d’exercice, consommation excessive de junk food, alcool, cigarettes…).

Pour échapper à une réalité oppressante
Ces nouveaux comportements sont révélateurs d’une volonté de fuir un contexte social ou familial pesant ou stressant. Cette émergence a déclenché un signal d’alarme de la part de médecins en décembre dernier.

Le point commun à toutes ces addictions, souligne le Dr Michel Reynaud dans un article du Figaro (octobre 2007), est « la recherche du plaisir et l'irruption de la souffrance si l'objet de l'addiction quel qu'il soit vient à manquer ».

En général, pour ces dépendances moins graves que celles liées à l’alcool, à la drogue, le traitement consiste d’abord à évaluer leurs conséquences sur la vie quotidienne, puis de réapprendre au sujet à éprouver du plaisir dans des situations différentes et variées. Le premier pas vers la guérison est le renoncement au déni et dans certains cas, une psychothérapie peut être conseillée en fonction du degré d’addiction.

par D. Lalande
Crédits photo : BRANDX / Jupiterimages

Thèmes connexes : hygiene de vie sante
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS