Le priapisme

Une érection qui fait mal

Le priapisme – ou érection douloureuse persistante – n’a rien de fantasmatique. Même si son évocation fait sourire, il s’agit d’un trouble grave qui doit être pris très au sérieux et traité rapidement.


Un fantasme qui a la peau dure…
Quel homme n’a jamais rêvé de maintenir une érection pendant des heures ? Aucun, sauf les sujets atteints de priapisme. Si le pénis érigé de Priape (dieu grec de la fertilité) est encore considéré comme un symbole de virilité depuis l’Antiquité, il traduit au niveau médical un trouble qui peut s’avérer très douloureux et dangereux pour la santé. Le priapisme se manifeste par une tension du corps caverneux mais pas du corps spongieux (le gland reste mou). Il concerne peu d’hommes (1,5/100 000) et survient à n’importe quel âge.

Première idée reçue : le priapisme est la conséquence d’un désir débordant. Faux ! Cela n’a même rien à voir. Les causes de cette érection prolongée peuvent être diverses mais sont toutes d’ordre physiologique.
Des traitements trop puissants
Les traitements contre l’impuissance (injections intra-caverneuses, pilules…) en sont généralement la première cause. On compte aussi certains traitements contre l’hypertension artérielle et l’adénome de prostate (alphabloquants), les neuroleptiques et certains antidépresseurs.
Origine toxique ou médicale
Les autres causes peuvent être d’origine toxique (absorption d’alcool, de cocaïne ou de marijuana). Certaines maladies du sang (thrombocytémie, leucémies, polyglobulie, drépanocytose…), une lésion de la moelle épinière ou une tumeur du bassin peuvent également provoquer une érection persistante.

Au-delà de quelques heures, une érection prolongée peut entraîner des lésions irréversibles du corps caverneux et avoir pour conséquence l’impuissance (à cause de la perte d’élasticité des tissus). Si le mal persiste plus de 3 heures, il est urgent de consulter et de traiter. Il faut savoir que le priapisme n’engendre pas d’éjaculation et ne peut donc pas « passer » par ce biais-là.
Une douche froide avant les urgences
Enfin, un dernier point est important à noter, si vous souffrez de priapisme. Avant d’aller aux urgences (au service urologie), il est conseillé de mettre de la glace sur la verge et de prendre des douches froides. Plus le priapisme est traité tôt, plus le traitement est efficace. Une intervention chirurgicale est généralement envisagée sous anesthésie locale. Elle consiste à rétablir le drainage normal de la verge par ponction, en injectant un médicament contenant un alpha-stimulant.

Partager