Les 7 problèmes sexuels les plus fréquents qu’un homme peut rencontrer au lit

Dans une vie rêvée, la sexualité ne serait qu’une partie de plaisir. Des caresses et câlins en tous genre, du plaisir assuré… Oui, mais dans les faits, vous l’avez sans doute constaté, ce n’est pas si simple !

En effet, personne n’est à l’abri d’une petite panne, pas même vous messieurs. Un coup de mou dans la gâchette, une gêne, la pression du quotidien… On résume ici les problèmes intimes auxquels tout homme est confronté au moins une fois dans sa vie et surtout on vous dit comment y remédier.

1. La panne d’érection : le problème masculin qui fait peur

Un grand classique et, en soi, ce n’est rien de bien grave : tous les hommes auront au moins une panne d’érection dans leur vie. Ce phénomène est très souvent lié au stress ou à la fatigue ; ce n’est pas que Monsieur n’ait pas envie de hisser le drapeau, c’est purement physique : l’envie est tout de même là.

Parfois, la panne sexuelle est liée à la peur du manque de performance, à tel point que cela provoque un blocage (mais cela ne concerne qu’une minorité d’hommes). Pour y remédier, il suffit de laisser un peu de temps et de reprendre les choses sérieuses plus tard.

2. L’éjaculation précoce : l’autre grand classique

Quand on parle de problème sexuel à un homme, deux éléments viennent immédiatement à l’esprit : le coup de la panne, que l’on vient d’évoquer, et donc l’éjaculation précoce. Cette peur de « partir trop vite », avant même d’avoir pu donner du plaisir à sa (ou son) partenaire.

Ici, c’est une trop grande excitation qui peut être la cause du « problème »… qui n’en est pas vraiment un. Arrêtez en effet de croire qu’il faut faire l’amour 20, 30 minutes pour que cela vaille le coup : le quickie de quelques dizaines de secondes peut procurer autant de plaisir voire plus.

Si, en revanche, vous ou votre partenaire souffrez de cette éjaculation trop rapide, détendez-vous, pensez à autre chose dans l’acte, faites une pause, changez de position… Les solutions ne manquent pas !

Pour aller plus loin :

Éjaculation précoce : nos 10 conseils pour la soigner

3. Le déboire féminin : le manque d’orgasme

Un nouveau grand classique, cette fois-ci plus commun chez les femmes. En effet, près de 70% d’entre elles disent ne pas avoir d’orgasme à chaque rapport. C’est souvent lié à ce « mythe de l’orgasme », véhiculé par les images publicitaires et télévisuelles.

Pour l’avoir, il faut arrêter d’y penser comme une fin en soi et laisser venir les choses. Messieurs, soyez rassurants et avenants et gardez à l’esprit que, vous aussi, vous pouvez jouir sans éjaculer… ou inversement !

4. La peur des libidos changeantes

Cela se manifeste généralement après plusieurs années de vie commune : l’un est plus demandeur, l’autre moins réceptif. Pas de panique, cela vient souvent des conditions de vie, de travail et l’épuisement qui en découle. S’il y a addiction de l’un des deux partenaires, alors l’affaire est plus compliquée.

Dans ce cas, il ne faut rien presser, mais juste prendre le temps de se retrouver parfois, pour un dîner, puis au lit.

Problèmes sexuels couple

5. Le manque de temps et la fréquence des rapports

Voici encore un problème sexuel lié à l’environnement de vie et de travail : rien de bien alarmant, si cela ne dure pas des mois. S’accorder un peu de temps pour souffler en couple, c’est pourtant essentiel : accordez-le vous une fois par semaine.

Et puis, là encore, dites-vous bien que la sexualité n’est pas une course à la performance. La durée ou la fréquence des rapports sont des données souvent idéalisées. Mais plutôt que la quantité, misez sur la qualité, vous n’en serez que plus satisfaits !

6. Les rapports douloureux : un problème fréquent

Pas si rares que ça, les rapports douloureux sont la conséquence d’un manque de douceur ou parfois d’un entrain trop prononcé. Pour y remédier, des préliminaires royaux sont à envisager !

Notez que l’homme aussi bien que la femme peut être concerné par ce problème, qui peut aussi être causé par des rapports trop peu fréquents. Prenez votre temps, jouez de vos mains et de votre langue et cela devrait aller mieux !

7. Le stress grandissant : une source d’échec

Responsable des pires maux en matière de performance intime, le stress n’est pas toujours aisé à gérer. C’est pourquoi il faut le faire à deux pour éviter toute déconvenue : panne, pas de réceptivité, manque d’entrain, blocage…

Pour cela, la communication est essentielle : n’hésitez pas à tout arrêter, en parler, puis recommencer une fois la flamme rallumée ! Et s’il ne fallait retenir qu’un mot d’ordre pour vous aider à surmonter ces problèmes, c’est : dédramatiser.