Les sportifs sont-ils de bons coups ?

Y a-t-il un lien entre sport et sexualité ?

Sport et sexe sont-ils compatibles ? Les personnes sportives sont-elles réellement plus performantes dans leur vie sexuelle ? C'est ce qu'a voulu savoir Runstatic au travers d'une enquête dont voici les résultats.

Oui, le sport est bon pour la sexualité

D'après cette étude, il y aurait bien une influence bénéfique du sport sur la sexualité. 80% des hommes et 60% des femmes pratiquant une activité sportive à raison de deux ou trois fois par semaine déclarent avoir un appétit sexuel et un sex appeal supérieur à la moyenne.

Suivre un programme d'aérobic peut également avoir des conséquences sur votre libido ! Il a été établi que faire 4 séances par semaine durant neuf mois permettait aux hommes d'augmenter de 30% la fréquence de leurs relations et de 26% le nombre d'orgasmes. De plus, 46% des personnes ayant commencé le sport déclarent constater un accroissement de leur activité sexuelle de manière quasi-immédiate. Enfin, 93% des coureurs ont pu déclarer qu'ils se sentaient beaucoup mieux dans leur corps et qu'ils étaient ainsi beaucoup confiants dans l'intimité.

Le sexe influence également les performances sportives

A l'inverse, le sexe a également des vertus ! Une étude a en effet démontré que les marathoniens ayant eu une relation la veille terminait en moyenne leur course 5 minutes avant ceux qui s'étaient abstenus.

Les relations sexuelles permettent, à moindre mesure, de conserver également la ligne, brûlant en moyenne 5 calories par minute (contre 1 seule calorie lorsqu'on regarde la télévision). Les personnes qui ont une bonne activité sexuelle sont, quant à elles, moins susceptibles d'être malades.

En conclusion, on pourra dire que sport et sexe font plus que bon ménage. Le sport permettant de développer son activité sexuelle, et l'activité sexuelle comportant de nombreux avantages, il s'agit ici d'un véritable cercle vertueux qui s'instaure et vous facilite la vie ! Et surtout, ces deux activités sont loin d'être les plus déplaisantes. Alors, qu'attendez-vous ?

Partager