WR
Il y a 13 ans

La circoncision

Petite histoire de cette pratique ancestrale !

Par conviction religieuse ou par obligation médicale de nombreux hommes sont confrontés à la circoncision.

Au départ, il y avait la pomme…

Selon l'évangile de Barnabé, la circoncision serait une conséquence de la désobéissance d'Adam et Eve qui auraient goûté au fruit défendu.
Adam aurait alors pour se punir, décidé de se couper un morceau de chair et Dieu lui aurait alors suggéré de se couper un morceau du prépuce.
Une fois circoncis Dieu lui aurait pardonné. Une fois sur terre Adam continua de circoncire ses enfants, mais peu à peu ce rituel disparut sauf chez certains peuples d'Afrique et d'Océanie.

Si les juifs et les musulmans continuent de la pratiquer c'est parce qu'Abraham aurait repris ce geste afin de signifier « une alliance » entre l'individu et Dieu !

Un acte simple s'il est bien fait !

Il s'agit donc de supprimer la peau qui constitue le prépuce par un acte chirurgical « bénin ». Pour cela, on pratique généralement dans les civilisations occidentales une anesthésie locale – par injection à la base du prépuce ou par l'application de crème anesthésiante sur la partie concernée – ou par une anesthésie générale. Si on n'est pas circoncis pour des raisons religieuses, certains troubles comme le phimosis peuvent y conduire.

Un phimosis est cette difficulté que l'on trouve souvent chez le jeune enfant à rétracter le prépuce du gland, car la peau est trop serrée voire collée. On retrouve cette pathologie aussi chez certains adultes qui doivent alors recourir à la circoncision.

Bénéfique ou pas ?

Dans les cultures occidentales, la circoncision « hors religion » date des médecins de l'Angleterre Victorienne, qui l'avaient imposée pour limiter… la masturbation. Aujourd'hui, si les ¾ de la population masculine d'Amérique du Nord est circoncise c'est avant tout pour des raisons d'hygiène. Il semble que le smegma, composé de sécrétions des glandes sébacées destinées à la lubrification du prépuce, puisse provoquer s'il n'est pas nettoyé, des infections du gland.

Parce qu'elle pourrait contribuer à la limitation de la pandémie de sida, la circoncision est étroitement suivie par l'OMS. Il semblerait que les pénis circoncis parce qu'ils n'ont plus la muqueuse qui retiendrait le virus et parce qu'ils sèchent plus rapidement, ne retiendraient pas le VIH. Il s'agit ici d'hypothèses qui si elles se vérifient pourraient apporter un réel espoir d'éradication du sida.

par S. Vergez

Pour en savoir plus :O.M.S (Organisation Mondiale de la Santé)