RelaxNews
Il y a 7 ans

Les réseaux sociaux, c’est mauvais pour la sexualité

Crise + réseaux sociaux = libido en baisse

Un sondage paru dans The Lancet montre que l'utilisation de Facebook et Twitter aurait des conséquences néfastes sur la sexualité des Britanniques. En pleine crise économique, la sexualité de nos voisins anglais enregistre en effet un net recul que The Lancet attribue au stress ambiant, aux problèmes financiers, mais aussi à un accès démocratisé au porno en ligne.

5 rapports sexuels par mois en moyenne

Il ressort d'un sondage décennal, mené entre 2010 et 2012 auprès de 15 000 Britanniques âgés de 16 à 44 ans, que la fréquence moyenne des rapports sexuels est de moins de cinq fois par mois.
En comparaison, des chiffres issus du même sondage mené dix ans plus tôt (1999-2002) et vingt ans auparavant (1990-91) montraient que la fréquence était à l'époque de six fois par mois, comme le reprend la BBC.

Les raisons de cette baisse

« Les gens se font du souci pour leur emploi, pour leur argent (…) Ils ne sont pas d'humeur à faire l'amour », a confié à la BBC le docteur Cath Mercer de l'University College London.
Et d'ajouter, « mais nous pensons que les technologies modernes sont aussi liées à cette tendance. Les gens ont des tablettes et des smartphones, et ils les emmènent dans leur chambre pour répondre à des e-mails et envoyer des messages sur Twitter et Facebook ».

Si nous vous avons récemment vanté l'influence anglaise dans le domaine de la coiffure masculine, il faut espérer que les Britanniques ne deviendront pas une nouvelle source d'inspiration sous la couette !

Résumé de cette étude (en anglais) parue dans The Lancet : www.thelancet.com/themed/natsal