Assumer sa bisexualité, plus facile à dire qu'à faire ?

Etre un homme bisexuel n'est pas toujours facile au quotidien

--- Le ---

Pour un homme, assumer sa bisexualité est peut-être plus compliqué que le fait de revendiquer son homosexualité. Catherine Deschamps nous explique pourquoi.

Assumer sa bisexualité, plus facile à dire qu'à faire ?
© flukyfluky ©
WR

Catherine Deschamps, spécialiste de la bisexualitéA l’heure où les tabous tombent autour des questions d’identité sexuelles, ne pas être "simplement hétérosexuel" est loin d’être aussi facile qu’on pourrait le croire. Si certaines stars se mettent à parler de pansexualité, le fait d’être un homme bisexuel et de l’assumer est tout sauf anodin.

Catherine Deschamps, auteur de la thèse "Le miroir bisexuel. Une socio-anthropologie de l'invisible", et co-fondatrice de Bi'Cause, première association de bisexuels de France, répond à nos questions et nous livre sa vision de la bisexualité masculine et féminine.

 

Catherine Deschamps, qu'est-ce que la bisexualité ?

En fait, la bisexualité peut avoir deux définitions. Il faut différencier, d’un côté, l’existence de pratiques bisexuelles, c’est-à-dire le fait d’avoir des partenaires des deux sexes, ce qui ne veut pas dire que ces pratiques soient forcément publicisées.

Et d’un autre côté, il existe une bisexualité revendiquée, plus rare, qui correspond à une sorte d’identité que les gens se donnent et donnent à voir. Cette définition, paradoxalement, ne suppose pas forcément d’avoir des partenaires sexuels hommes et femmes. Ainsi, pratiques et identité ne coïncident pas toujours.

 

A quoi ça sert, alors, de revendiquer sa sexualité ?

Pour les gays et les lesbiennes par exemple, les groupes de pression ont permis la création du Pacs puis, plus récemment, du mariage homosexuel.

Pour les bisexuels, la création de l’association Bi’cause en 1997 est née de la rupture avec le milieu gay, lesbien et féministe – les lesbiennes considérant que la femme bisexuelle avait été souillée par un homme. Ces femmes ont pu se retrouver et partager les mêmes expériences.

 

La bisexualité, est-ce la difficulté ou le refus de faire un choix ?

La difficulté est de savoir quel choix : choix de partenaires sexuels, choix d’identité ? En fait, il serait faux d’imaginer que la bisexualité est le point d’équilibre à équidistance entre l’hétérosexualité et l’homosexualité. Certaines femmes ou certains hommes préfèrent l’un pour la sexualité et l’autre pour les sentiments. C’est donc faire le choix de l’un ou de l’autre pour des domaines différents.


La bisexualité, ce n'est pas qu'une question de choix

 

Est-ce qu’une personne hétérosexuelle jusqu’à 40 ans puis homosexuelle à partir de là est bisexuelle ?

Définir la bisexualité, c’est aussi se demander quelle partie de la vie on prend en compte. Toute une vie ou juste les derniers temps. Une femme mariée, qui un jour décide de divorcer pour vivre avec une autre femme, aura donc eu des pratiques bisexuelles mais elle affirmera sans doute fortement son homosexualité.

 

Mais la bisexualité peut aussi être simultanée ?

Oui, si on vit des relations homosexuelles et hétérosexuelles en même temps. C’est le cas d’un homme marié profondément amoureux de sa femme et qui vit des relations homosexuelles avec des amants. Son identité sociale sera plutôt hétérosexuelle alors qu’il a des pratiques bisexuelles.

 

Les femmes sont-elles plus nombreuses chez les bisexuels ?

Non, il semble qu’il y ait autant d’hommes que de femmes, mais dans nos sociétés occidentales, les femmes l’assument mieux. D’autant qu’un acte sexuel entre un homme et deux femmes fait partie des fantasmes masculins les plus fréquents.

Est-ce qu’un homme qui est hétérosexuel mais qui a des fantasmes homosexuels est forcément bisexuel ?
Selon l’échelle de la bisexualité de Fritz Klein (chercheur américain, ndlr) – échelle qui évalue les pratiques, les sentiments amoureux, les fantasmes... – oui, cet homme sera un peu bisexuel ! Il sera quelque part entre l’hétérosexualité absolue et l’homosexualité absolue.

 

Depuis quand connaît-on des bisexuels et reconnaît-on la bisexualité ?

Au 18ème siècle, la bisexualité est un terme botanique. Ce n’est qu’au 19ème qu’il déterminera des pratiques sexuelles. Suivront ensuite les termes d’homosexualité puis d’hétérosexualité. C’est une nouvelle manière de classer les pratiques sexuelles. En revanche, les pratiques bisexuelles doivent exister depuis toujours.

 

Pour finir sur un sujet plus léger, existe-t-il des bisexuels célèbres qui se revendiquent comme tel ?

Oui, bien sûr, il y a la célèbre auteure du début du 20ème siècle Virginia Woolf qui est l’icône bi. Mais il y a aussi Frida Kahlo et, plus récemment, David Bowie ou encore Angelina Jolie par exemple.

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur le site de l’association Bi'cause
Lire Le Miroir Bisexuel de Catherine Deschamps

Thèmes connexes :
A LIRE AUSSI ...
A VOIR AUSSI EN VIDEO
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS