Le jean selvedge sous toutes les coutures

Petit précepte du jean selvedge, ou comment choisir sa toile japonaise

--- Le ---

De plus en plus présent dans les collections masculines, le jean selvedge n'est pas tout à fait une toile de jean comme les autres. Explications.

Le jean selvedge sous toutes les coutures
© iStock ©
Jérémy Kohlmann

Social Media Strategist | jkohlmann.fr [Google+]

Introduction et histoire

Si vous êtes un fervent lecteur de blogs, un passionné de mode, ou que vous travaillez dans le textile, vous avez sûrement déjà entendu parler de toile Selvedge, ou encore de toile japonaise comme on l’appelle communément (et à tort, mais vous verrez par la suite pourquoi).  Cette toile est prônée, encensée par la plupart des acteurs du style au masculin, tant pour sa solidité que pour sa qualité "légendaire". Voyons ensemble ce qu’est vraiment la toile selvedge, et ce qu’elle vaut par rapport à une toile de jeans classique.

Qu’est-ce que la toile selvedge ?

A l’origine, (au 19ème siècle), la toile de jeans était produite sur des métiers à tisser donnant quelque chose de très serré de très solide : un tissu sergé. Cette toile était alors la norme, et se faisait environ partout. Pour se différencier, les marques ont appliqué un liseré de couleur sur certaines parties du tissu, donnant lieu à ce que l’on connaît aujourd’hui. En effet, c’était un bon moyen de se différencier des autres productions de jeans de moins bonne qualité.

Seulement, avec les Trente Glorieuses et la nécessité d’accroître leur productivité, ces marques ont dû se débarrasser de ces métiers à tisser, au profit de machines plus efficaces, même si le tissu était alors de moins bonne qualité. Les teintures naturelles sont peu à peu abandonnées et des méthodes de délavage industriel voient le jour. C’est encore ce que l’on retrouve aujourd’hui dans les jeans de prêt-à-porter grand public (peu importe leur prix, malheureusement…).

Jean Selvedge - Momotaro
Ici, le président de Momotaro, fait encore ses teintures à la main avec de l’indigo


C’est à cette époque que les japonais ont commencé à racheter la plupart des anciens métiers à tisser, et à copier ce qui était fait avant cela avec le tissu sergé. Pendant longtemps, les Japonais avaient donc le quasi-monopole en matière de toile selvedge (c’est pour cela que l’on parle bien souvent de toile japonaise).

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, puisque l’on trouve à nouveau cette toile en Europe, Aux Etats-Unis etc… Mais dans l’inconscient collectif, le denim japonais est resté synonyme de qualité supérieure.

Cette toile est-elle meilleure que les autres ?

La différence de cette toile par rapport à une autre plus classique, est bien entendu son épaisseur, et donc sa solidité ! Toutefois, ce n’est pas le seul point à surveiller si l’on veut un jean solide et de grande qualité. Il faudra faire attention à la doublure des poches et de la braguette, aux rivets de renfort à l’intérieur du jean, à la précision et la finesse des points de couture et j’en passe.

Tout cela pour vous dire que oui, le selvedge est souvent synonyme de qualité, mais ce n’est pas systématiquement le cas ! Vous trouverez aujourd’hui par exemple, des toiles italiennes de très grande qualité, ou des tissus selvedge qui ne sont pas japonais.

Donc si vous voulez un jean vraiment solide, ne vous fiez pas uniquement à la provenance de la toile, ce serait une erreur.

 

Le liseré coloré d'un jean selvedge
© Rawdenim.com

Thèmes connexes : jean pantalon
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS